Aller au contenu principal

Les concours d’élevage, «une parenthèse de convivialité»

Près de cent bovins participaient au concours de la foire de Montdidier, ce week-end. Une génisse et une vache des Derly, à Aubvillers, s’y sont illustrées. Pour ces passionnés, un tel événement est un moment de partage privilégié.

Foire
Julien Derly, seize ans, s’est pris de passion pour les concours d’élevage. Il mène sa génisse Rosée des Grilles, fille d’O’Kalira, avec beaucoup de patience.
© D. R.

De retour de la foire de Montdidier, qui avait lieu ce 18 avril, voilà la famille Derly plus motivée que jamais à s’investir dans son élevage laitier. Comme la plupart des éleveurs participants au concours organisé par l’association Prim’Holstein 80, d’ailleurs. «Ce genre d’événement, c’est une parenthèse de convivialité. On se retrouve, on rit, on parle de vaches et de concours, mais aussi d’autre chose. On mange ensemble le soir… C’est une vraie source de motivation dans le quotidien», confie Bertrand Derly. Leur travail de tous les jours a été récompensé : Rosée des Grilles a remporté le championnat génisses, et Nidda est deuxième du championnat des vaches adultes en lactation.
Bertrand est un acharné d’élevage laitier depuis toujours. Après s’être investi dans le contrôle laitier de la Somme, il a repris l’exploitation familiale d’Aubvillers, près d’Ailly-sur-Noye, en 2011. «Avec ma femme, Nathalie, on voulait élever nos enfants comme on avait eu la chance d’être élevés nous-même.» Concilier vie professionnelle et vie de famille a toujours été une priorité pour le couple et leurs trois enfants. Bertrand en est pourtant conscient : «L’épuisement et l’isolement que nombre d’éleveurs subissent fait peur. L’élevage attire de moins en moins les jeunes. Nous avons voulu nous donner les moyens d’investir pour moderniser, réduire la pénibi-lité du travail et rendre l’activité plus attractive.» 
Le troupeau des Derly compte cinquante vaches, dont une partie du lait est dédiée à la transformation en yaourts. «Nous vendons trois-mille yaourts par semaine à la ferme, et entre quinze et vingt-mille au total chaque semaine, en grande partie dans les GMS du secteur.» Cette diversification apporte une valeur ajoutée à la production laitière, qui a entre autres permis, il y a trois ans, d’investir dans un robot de traite. «Cela nous a apporté un vrai confort de vie.» 

Au rythme des vêlages

La famille entretient aussi sa passion pour l’élevage laitier avec la génétique. «On vit au rythme des vêlages. On espère toujours que la génisse qui va naître sera encore plus belle que sa mère. On veut la voir grandir et suivre sa carrière.» Un intérêt dont a hérité Julien, le cadet. «Il s’est révélé il y a deux ans et il est épatant. Il fait preuve de beaucoup de patience. On dirait que manœuvrer un animal est inné chez lui.» À tout juste seize ans, l’étudiant du Paraclet a eu la chance de présenter Nidda au Salon de l’agriculture, à Paris, cet hiver.
C’est aussi lui qui prépare et qui mène Rosée des Grilles aux concours. «Nous avons acheté cette génisse lors d’une vente aux enchères dans l’Orne, en juin, pour lui faire plaisir. Tout s’est fait à distance. Sa généalogie m’intéressait beaucoup.» Rosée n’est autre qu’une descendante d’O’Kalibra (deux fois championne du monde, championne d’Europe, et trois fois gagnante de Swiss’Expo). Une collecte d’embryons a été réalisée sur cette génisse et cinq gestations sont en cours. Elle-même devrait vêler en août. «On a hâte de voir comment sera sa mamelle.» Avant cela, la pépite devrait aller faire un tour à Tilloy-les-Mofflaines (62), lors de Terre en fête, du 10 au 12 juin.
Mais Bertrand garde les pieds sur terre. «Il faut être prudent. La passion ne doit pas prendre trop d’importance car elle est coûteuse. Il ne doit s’agir que de quelques animaux du troupeau.»

Résultats du concours

Classement

Nom de l’animal

Éleveur

Génisses

1

Rosée des Grilles

Bertrand Derly, Aubvillers (80)

2

Surprise de la Boiseraie

Jean-François Maquigny, Moreuil (80)

Jeune vache en lactation

1

Orka

Laurent Foulongne, Lannoy-Cuillère (60)

2

Papaye des Saules

Vincent Smessaert, Pisseleu (60)

Meilleure mamelle jeune vache

1

Orka

Laurent Foulongne, Lannoy-Cuillère (60)

Vache adulte en lactation

1

Note des Saules

Vincent Smessaert, Pisseleu (60)

2

Nidda

Bertrand Derly, Aubvillers (80)

Meilleure mamelle vache adulte

1

Note des Saules

Vincent Smessaert, Pisseleu (60)

Grande championne foire de Montdidier

1

Note des Saules

Vincent Smessaert, Pisseleu (60)

2

Orka

Laurent Foulongne, Lannoy-Cuillère (60)

   
     
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Festival agriculture picardie maritime
Abbeville prépare aussi son édition des « retrouvailles »
D’ici vendredi soir, les installations pour l’accueil du dixième Festival de l’agriculture en Picardie maritime devraient être…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde