Aller au contenu principal

Les conseils du Gnis pour réussir une linière

La rentabilité se fait dès le semis... et même avant. Plus la balle sera homogène et sans défaut au teillage, plus le lin teillé sera valorisé.

Pour un lin homogène, le semis est à soigner.
Pour un lin homogène, le semis est à soigner.
© D. R.



Les surfaces augmentent et malgré tout, il convient d’être vigilant dans les pratiques pour garder un haut niveau de qualité du lin et répondre aux attentes des filateurs et des tisseurs. Il n’y a pas que la finesse qui compte, pour eux c’est aussi la solidité, l’homogénéité et l’absence de défaut. Le savoir-faire de l’agriculteur contribue largement au résultat final.

Un raisonnement global sur l’exploitation
Le choix de la parcelle doit se raisonner plusieurs années à l’avance, pour obtenir le «jour J» une parcelle propre et une bonne structure de sol pour cette plante «sensible». Sont à prendre en compte les précédents laissant plus ou moins d’azote et d’oligoéléments essentiels, peu de résidus de matière organique et une parcelle «propre». Il est important de maîtriser, pendant la rotation, les graminées ou la renouée liseron par exemple. D’autre part, l’idéal est de prévoir six à sept ans entre deux cultures de lin et de privilégier une céréale comme précédent.
Si une interculture est implantée, il n’y a pas vraiment de règle quant au choix de l’espèce. Ce qui est important, c’est de s’assurer que le résidu de cette interculture ne vienne pas perturber le bon positionnement de la graine et le bon développement de la plantule.

Favoriser une levée rapide en soignant la préparation du sol
Toujours dans l’objectif d’obtenir une linière homogène, quelques recommandations sont nécessaires pour une levée rapide et régulière. La préparation du sol devra donc être elle-même la plus régulière possible. Il est nécessaire de s’intéresser à l’état en surface, mais aussi en profondeur pour un bon enracinement : privilégier une céréale comme précédent, ramasser les pailles et surtout laisser peu de résidus grossiers si une interculture a été implantée ; reprendre les terres en condition de sol bien ressuyé à très bien ressuyé ; vérifier l’humidité sur toute la profondeur du sol sur environ 25 cm ; ne pas laisser un sol «soufflé», préparer une terre fine et régulière en surface et rappuyer en profondeur. Tout cela favorisera une levée régulière.
Il est toujours difficile de prédire les conditions météo après le semis, mais une levée rapide et peu de mottes en surface sont deux facteurs pour limiter les dégâts ou présence des altises.

Un semoir bien réglé
L’objectif est de tout mettre en œuvre pour que les graines soient à la même profondeur pour éviter des levées échelonnées. De même, du fait de la densité de semis, la régularité sur la ligne aura toute son importance. Pour ce faire, il faut semer à 1 cm de profondeur sur un sol régulier. Les semoirs à disques permettent une meilleure maîtrise de la profondeur de semis ; régler votre semoir et la vitesse d’avancement (7 km/h) afin d’obtenir un semis régulier sur les lignes ; éviter les traces de roues en utilisant du matériel bien adapté ; prendre en compte, si possible, les prévisions météorologiques et éviter ainsi une période de pluie après le semis pour limiter les risques de battance.

Maîtriser au mieux la dose de semis
L’optimum du peuplement à la récolte dépend de nombreux facteurs maîtrisables ou non (type de sol, région, matériel et pratiques, conditions climatiques…). Mais une fois celui-ci déterminé, il est nécessaire de convertir cet objectif de peuplement en dose de semis. Pour calculer la dose de graines à semer, il vous faudra en plus prendre en compte les conditions de semis (qualité de la préparation du sol et température), la date de semis (pour un semis précoce, augmenter la dose) et la taille des graines (par exemple pour les semences avec un poids de 1 000 grains inférieur à 5,5 g, augmenter de 5 % la dose).

Utiliser de bonnes semences
En lin, les exigences sont fortes et, par exemple, la norme officielle du taux de germination est particulièrement élevée. Les agriculteurs multiplicateurs et les établissements œuvrent dans ce sens pour mettre à la disposition des liniculteurs des semences de très haute valeur germinative et saines. Sur neuf ans, la moyenne du taux de germination est de 95,5 % pour une norme à 92 %.
Dans le cadre de la certification des semences, l’état sanitaire pour le lin est pris en compte et tous les lots sont analysés. Cinq maladies qui pourraient perturber le bon développement de la plante sont ainsi contrôlées : l’alternaria, le botrytis, le colletotrichum, le fusarium et le phoma. Les résultats de ces analyses montrent que, globalement, sur plusieurs années, il est constaté une quasi-absence de maladie pour les semences certifiées de lin high tech.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde