Aller au contenu principal

Les contours du plan «énergie, méthanisation autonomie azote»

Avec pour objectif de multiplier par dix le nombre d’installation, le gouvernement finalise un plan «méthanisation».

Fin 2012, la France comptait 88 unités de méthanisation à la ferme, un chiffre qui ne demande qu’à croître sur les prochaines années. Le ministre lui-même ambitionne 1 000 unités en 2015.
Fin 2012, la France comptait 88 unités de méthanisation à la ferme, un chiffre qui ne demande qu’à croître sur les prochaines années. Le ministre lui-même ambitionne 1 000 unités en 2015.
© A. PUYBASSET

Situé au carrefour du plan de soutien à l’élevage, de la future loi d’avenir pour l’agriculture, du «projet agro-écologique» et du plan biogaz, un plan «énergie, méthanisation, autonomie azote» est en cours de préparation. Baptisé EMAA, ce plan devrait être présenté d’ici à la fin mars et est présenté comme une partie du plan de soutien à l’élevage.

Volet méthanisation, volet azote
Il comprendra un volet sur la méthanisation et un volet sur l’azote. Le volet méthanisation devrait être destiné à «encourager la méthanisation à la ferme, qu’elle soit collective ou individuelle, plutôt qu’industrielle». Il s’agira aussi de voir comment le cadre actuel – réglementaire, tarifaire, administratif – peut être optimisé. Un second volet important portera sur l’azote, notamment sur les moyens d’inciter à remplacer l’azote minéral, que les éleveurs achètent pour fertiliser leurs cultures, par de l’azote organique fertilisant, notamment celui qui est contenu dans le digestat, résidu du procédé de méthanisation. À la clé : davantage d’autonomie, et a priori, des économies. 

La méthanisation décolle en agriculture
L’enjeu en vaut-il la chandelle ? Bien qu’il soit encore très restreint, en France, «dans le secteur agricole, le parc est en développement», constate Julien Thual, de l’Ademe. On y distingue les unités de méthanisation dites «à la ferme», gérées en autonomie par un agriculteur, d’une puissance généralement inférieure à 500 MWélectriques (MWe) et alimentés essentiellement par des déchets agricoles, et des unités dites centralisées, (puissance supérieure à 500 MWe), qui sont alimentées par des déchets variés récoltés sur le territoire. Ces unités centralisées sont tantôt des projets menés par des agriculteurs regroupés, tantôt portés par des collectivités locales. Fin 2012, la France comptait 88 unités à la ferme et 15 unités centralisées en fonctionnement, pour des puissances installées de 15 MWe pour les premières et de 17 MWe pour les secondes.

Une idée «séduisante»
L’Ademe et l’APCA partagent cet enthousiasme. Les chambres d’agriculture avancent pour le biogaz agricole un «potentiel considérable» de 1,18 million de tonnes équivalent pétrole (Mtep). Pour comparaison, la «ferme France» consomme 11 Mtep, soit 4% de l’énergie consommée par la France. De fait, la méthanisation en agriculture présente plusieurs intérêts, détaille Julien Thual : «Pour l’agriculteur, elle permet de gérer des déjections animales, elle présente une possibilité de diversifier l’activité et les sources de revenus. Sur le plan environnemental, la méthanisation permet de réduire l’émission de gaz à effet de serre par rapport à un simple stockage des fumiers et lisiers». Cette réduction, l’Institut de l’élevage l’a chiffrée : elle atteint 6% pour l’élevage laitier. La méthanisation offre la possibilité de produire une énergie de source renouvelable, donc «de retrouver une certaine autonomie sur l’exploitation», par ailleurs, une partie de l’azote minéral peut être remplacée par l’épandage de digestat. Enfin, «l’intérêt est aussi territorial», note Julien thual : elle constitue un service rendu à la société, puisque des déchets non-agricoles peuvent avantageusement être ajoutés dans le méthaniseur, qu’il s’agisse de déchets organiques industriels ou issus des espaces verts des collectivités. La France vise l’objectif de produire 36,3 Mtep à partir de ressources renouvelables en 2020. En 2011, l’hexagone en produisait 20,6 Mtep. La voie semble donc ouverte. Mais pour que la méthanisation dans le secteur agricole puisse s’y inscrire réellement, certains freins restent à lever, en particulier sur le plan économique (voir encadré). L’enjeu du plan méthanisation sera donc de dépasser ces problèmes et de poser un cadre qui, à la fois, favorisera un développement des unités à la ferme en harmonie avec le reste des opérateurs et des projets des territoires, améliorera réellement l’autonomie des ex­ploitations agricoles en énergie et en fertilisant, et dégagera une rentabilité satisfaisante pour eux.

LES CINQ FREINS A LA METHANISATION

  • La rentabilité économique

L’équilibre économique des installations de méthanisation est délicat à trouver. Aujourd’hui, ces unités servent surtout à réaliser des économies sur les coûts de gestion des déchets et sur l’électricité ou la chaleur. D’une part, les investissements dans des unités de méthanisation sont lourds (de l’ordre de plusieurs millions d’euros), donc pas à la portée de tous les élevages. Ensuite, si quelques dossiers, en 2012, se sont montés sans subventions publiques (Etat, région, Feder), la grande majorité des projets ne sont rentables sur un pas de temps satisfaisant que grâce aux subventions. Selon l’Ademe, elles représentent en moyenne 17% des montants investis. Au-delà des subventions, les tarifs de rachat de l’électricité impactent bien évidemment la rentabilité. En élevage laitier, par exemple, «les unités de petites puissances ne sont pas rentables», explique Alicia Chapiot, responsable de projets «Bâtiments d’élevages» à l’Institut de l’élevage. «Pour une unité de 43 kilowatts, il faudrait une augmentation de l’ordre de 20% du tarif de rachat de l’électricité pour obtenir un retour sur investissement au bout de 10 ans», chiffre-t-elle.

  • La question des digestats

C’est une des grandes questions que pose le plan EMAA. Une question aussi technique que cruciale, et qui reste en suspens : aujourd’hui, en effet, le digestat, qui a un statut de déchet peut-être épandu sur les terres agricoles, dans le respect des règles des plans d’épandage. Il a en effet des vertus fertilisantes, en particulier parce que «l’azote qu’il contient est plus facilement assimilable par les plantes que celui contenu dans les lisiers ou fumiers», explique Julien Thual, de l’Ademe. Homologués ou normalisés, ils peuvent être exportés d’une région à l’autre, valorisés ou commercialisés. Seulement, entre un déchet et un produit normalisé, les responsabilités diffèrent : le producteur du déchet est responsable de son effet sur l’environnement ; pour un produit normalisé, c’est l’utilisateur et les leçons tirées de l’épandage des boues de station d’épuration, à leurs débuts, ont laissé des traces dans les esprits.

  • La valorisation de la chaleur

Le biogaz issu de la méthanisation à la ferme se fait le plus souvent en cogénération : on produit à la fois de la chaleur et de l’électricité.
Une chaleur qu’il faut pouvoir utiliser. «La valorisation de la chaleur est plus facile pour le porc et la volaille», rappelle Alicia Chapiot. Ces productions ont en effet des besoins pour le chauffage des bâtiments d’élevage. Mais, pour les vaches laitières, cette question ne se pose pas : les exploitants doivent donc trouver de nouveaux débouchés. «Il y a des solutions : collège, école, bureau, procédé industriel, transformation fromagère, séchage de fourrage, champignonnière, séchage de tabac, bois, etc.», énumère Alicia Chapiot. «Mais cela nécessite une réelle implication de l’éleveur et on a l’impression qu’ils sont effrayés», regrette-t-elle. Pour Julien Thual, de l’Ademe, les solutions sont effectivement à trouver en lien avec la collectivité, ou dans la création d’une nouvelle activité liée à la présence de cette chaleur… Même si cette dernière voie est rédhibitoire pour certaines délégations régionales de l’Ademe, qui ne subventionnent que les projets qui substituent des consommations d’énergie, et non qui en créent.

  • Le risque de concurrence

Plusieurs acteurs le soulignent : à mesure que l’intérêt pour la méthanisation s’accroît et que se multiplient les projets de méthanisation, des concurrences apparaissent. Concurrences pour les déchets qui peuvent entrer dans les méthaniseurs comme compléments pour le processus biologique, et concurrences à la sortie du méthaniseur pour l’usage des digestats et sur les surfaces d’épandages capables de recevoir les digestats. La question est d’actualité puisque le gouvernement n’entend pas favoriser uniquement la méthanisation en milieu agricole. Les centres d’enfouissement technique, les stations de traitement de déchets industriels ou d’eau usées urbaines, et certaines unités de traitement des ordures ménagères produisent également du biogaz, avec un potentiel important de développement pour certains segments. D’ailleurs, les trois quarts du biogaz produit en France sont actuellement issus des décharges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde