Aller au contenu principal

Les coopératives poussent à la contractualisation

Coop de France Nutrition animale propose aux autres acteurs des filières élevages de jouer collectif pour atténuer les impacts de la volatilité des prix des matières premières pour les éleveurs.

Jean-Luc Cade, président de Coop de France Nutrition animale : «Il est urgent de construire de nouvelles relations partenariales en filière.»
Jean-Luc Cade, président de Coop de France Nutrition animale : «Il est urgent de construire de nouvelles relations partenariales en filière.»
© AAP

Pour Coop de France Nutrition animale (NA), qui tenait le 4 novembre dernier sa convention nationale, à Paris, le moment est venu de s’attaquer à la volatilité des cours des matières premières qui fragilisent l’ensemble des opérateurs des filières animales. Les coopératives de nutrition animale militent pour le développement de la contractualisation en filière permettant, comme le souligne leur président, Jean-Luc Cade, «à chaque maillon de disposer d’une réelle visibilité tant sur ses prix de vente que sur ses coûts de production». Mais, force est de constater, selon lui, que le dispositif n’avance pas suffisamment vite, «souvent par un manque de volonté de l’aval».
Pourtant les initiatives innovantes se multiplient, comme l’a montré une table ronde réunissant plusieurs acteurs de l’amont et de l’aval des filières élevages. Pour limiter le déficit en protéines végétales, la coopérative Alicoop, en Poitou-Charentes, soutient ainsi la création d’une filière soja régionale non OGM. «Pour les éleveurs, explique son directeur Pierre Dalgues, l’intérêt de la démarche est de pouvoir bénéficier de protéines locales à des prix plus stables que ceux qu’ils connaissaient auparavant». La coopérative Cap Seine propose, quant à elle, à ses adhérents, deux outils pour sécuriser leurs revenus : le système Céréaliments et le contrat jeunes bovins. «Ainsi, souligne Jean-Bernard Leroux, responsable des productions et de l’alimentation animale, les éleveurs concernés sont assurés de vendre leurs animaux à un prix cohérent avec leur coût de production».

Donner de l’intelligence à la relation économique
Ces initiatives restent toutefois minoritaires, ont reconnu l’ensemble des intervenants. «Pour que les exemples se multiplient, il va falloir de la pédagogie», reconnaît Francis Amand, médiateur des relations commerciales agricoles. Il estime que le nombre de contrats devrait fortement progresser «dès que les éleveurs pourront contractualiser sur leurs produits animaux, a fortiori si le fabricant d’aliments peut prendre à son compte une partie des aléas que subit son client». Et de poursuivre : «La question des délais de paiement peut ainsi être abordée dans le contrat qui stipulerait un indicateur permettant de rallonger le délai de paiement ou de le raccourcir selon la situation économique des cocontractants. Ce n’est qu’un exemple, mais il montre comment le contrat peut donner de l’intelligence dans les relations entre les parties.» A l’occasion de sa convention, Coop de France NA a publié un recueil de témoignages, «S’organiser pour sécuriser», valorisant l’engagement des coopératives dans les processus de contractualisation(1).

(1) Ce recueil sera bientôt téléchargeable sur www.coopdefrance.coop.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde