Aller au contenu principal

Les Cuma régionales pensent au monde d’après

La Fédération régionale des Cuma Hauts-de-France a profité de son assemblée générale du 14 juin pour présenter son plan d’action nommé «réseau Cuma 2030» et vanter le dynamisme et les intérêts croissants que représentent les Cuma.

En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma  des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
© Pixabay

Des évolutions fortes, voire des ruptures, apparaissent dans le monde agricole depuis quelques années : émergence de méthodes environnementales, nouvelles réglementations, baisse du nombre d’agriculteurs... Ces mutations et enjeux ont été mis en avant par la crise de la Covid-19, tout comme l’importance de pérenniser les systèmes de production. Face à ces changements, la Fédération régionale des Cuma (FRCuma) Hauts-de-France mise sur le collectif, comme elle l’a démontré lors de son assemblée générale du 14 juin.

 

Anticiper les transitions

«À travers le projet Cuma 2030, nous avons la volonté de prendre du recul sur nos activités, d’analyser les potentiels scénarios qui peuvent arriver dans les années à venir», résume Luc Vermeulen, président de la Fédération nationale des Cuma, structure à l’origine de la démarche. D’après leurs conjectures, deux sujets majeurs devraient, entre autres, toucher à moyens termes les agriculteurs : le changement climatique et le renouvellement des générations.

«Si on prend la problématique du changement climatique à bras-le-corps, les Cuma ont un potentiel énorme», poursuit le responsable, appelant à la «priorisation des modèles durables.» «Il faudrait que la moitié des Cuma s’inscrive dans des démarches de développement reconnues, comme les GIEE ou les contrats de territoire», insiste Luc Vermeulen. Président de la FRCuma Hauts-de-France, Dominique Carnel, invite les adhérents à devenir «des acteurs des territoires» et à «répondre aux demandes des communautés de communes, agglomérations ou parcs naturels dont les projets peuvent avoir des retombées directes et intéressantes pour les agriculteurs, à l’image des projets alimentaires territoriaux (PAT).»

 

Un réseau plus étoffé

Concernant la transmission des fermes, Dominique Carnel préconise aux groupes d’exploitants de se former régulièrement pour céder des entreprises attractives. «Plus la dynamique et l’entente seront bonnes, plus les projets des Cuma seront viables. Il est nécessaire de s’appuyer sur les expériences des adhérents pour mener de nouveaux projets.» «Les Cuma sont de vrais lieux de réussite pour les jeunes», ajoute Luc Vermeulen, en faisant référence aux systèmes de parrainage qui existent parfois entre adhérents et «qui sécurisent les jeunes dans leurs installations.» 

Le réseau des Cuma continue d’attirer dans la région. Huit nouveaux groupes ont vu le jour en 2020 et durant la première moitié de 2021 à Marconnelle (62), Bernaville (80), Curchy (80), La Neuville-Roy (60), Orainville (02), Foreste (02), Courcelles-le-Comte (62), Nuncq-Hautecôte (62). L’an dernier, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde