Aller au contenu principal

Les Cuma régionales pensent au monde d’après

La Fédération régionale des Cuma Hauts-de-France a profité de son assemblée générale du 14 juin pour présenter son plan d’action nommé «réseau Cuma 2030» et vanter le dynamisme et les intérêts croissants que représentent les Cuma.

En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma  des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
© Pixabay

Des évolutions fortes, voire des ruptures, apparaissent dans le monde agricole depuis quelques années : émergence de méthodes environnementales, nouvelles réglementations, baisse du nombre d’agriculteurs... Ces mutations et enjeux ont été mis en avant par la crise de la Covid-19, tout comme l’importance de pérenniser les systèmes de production. Face à ces changements, la Fédération régionale des Cuma (FRCuma) Hauts-de-France mise sur le collectif, comme elle l’a démontré lors de son assemblée générale du 14 juin.

 

Anticiper les transitions

«À travers le projet Cuma 2030, nous avons la volonté de prendre du recul sur nos activités, d’analyser les potentiels scénarios qui peuvent arriver dans les années à venir», résume Luc Vermeulen, président de la Fédération nationale des Cuma, structure à l’origine de la démarche. D’après leurs conjectures, deux sujets majeurs devraient, entre autres, toucher à moyens termes les agriculteurs : le changement climatique et le renouvellement des générations.

«Si on prend la problématique du changement climatique à bras-le-corps, les Cuma ont un potentiel énorme», poursuit le responsable, appelant à la «priorisation des modèles durables.» «Il faudrait que la moitié des Cuma s’inscrive dans des démarches de développement reconnues, comme les GIEE ou les contrats de territoire», insiste Luc Vermeulen. Président de la FRCuma Hauts-de-France, Dominique Carnel, invite les adhérents à devenir «des acteurs des territoires» et à «répondre aux demandes des communautés de communes, agglomérations ou parcs naturels dont les projets peuvent avoir des retombées directes et intéressantes pour les agriculteurs, à l’image des projets alimentaires territoriaux (PAT).»

 

Un réseau plus étoffé

Concernant la transmission des fermes, Dominique Carnel préconise aux groupes d’exploitants de se former régulièrement pour céder des entreprises attractives. «Plus la dynamique et l’entente seront bonnes, plus les projets des Cuma seront viables. Il est nécessaire de s’appuyer sur les expériences des adhérents pour mener de nouveaux projets.» «Les Cuma sont de vrais lieux de réussite pour les jeunes», ajoute Luc Vermeulen, en faisant référence aux systèmes de parrainage qui existent parfois entre adhérents et «qui sécurisent les jeunes dans leurs installations.» 

Le réseau des Cuma continue d’attirer dans la région. Huit nouveaux groupes ont vu le jour en 2020 et durant la première moitié de 2021 à Marconnelle (62), Bernaville (80), Curchy (80), La Neuville-Roy (60), Orainville (02), Foreste (02), Courcelles-le-Comte (62), Nuncq-Hautecôte (62). L’an dernier, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde