Aller au contenu principal

Les Cuma régionales pensent au monde d’après

La Fédération régionale des Cuma Hauts-de-France a profité de son assemblée générale du 14 juin pour présenter son plan d’action nommé «réseau Cuma 2030» et vanter le dynamisme et les intérêts croissants que représentent les Cuma.

En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma  des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
En 2020, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.
© Pixabay

Des évolutions fortes, voire des ruptures, apparaissent dans le monde agricole depuis quelques années : émergence de méthodes environnementales, nouvelles réglementations, baisse du nombre d’agriculteurs... Ces mutations et enjeux ont été mis en avant par la crise de la Covid-19, tout comme l’importance de pérenniser les systèmes de production. Face à ces changements, la Fédération régionale des Cuma (FRCuma) Hauts-de-France mise sur le collectif, comme elle l’a démontré lors de son assemblée générale du 14 juin.

 

Anticiper les transitions

«À travers le projet Cuma 2030, nous avons la volonté de prendre du recul sur nos activités, d’analyser les potentiels scénarios qui peuvent arriver dans les années à venir», résume Luc Vermeulen, président de la Fédération nationale des Cuma, structure à l’origine de la démarche. D’après leurs conjectures, deux sujets majeurs devraient, entre autres, toucher à moyens termes les agriculteurs : le changement climatique et le renouvellement des générations.

«Si on prend la problématique du changement climatique à bras-le-corps, les Cuma ont un potentiel énorme», poursuit le responsable, appelant à la «priorisation des modèles durables.» «Il faudrait que la moitié des Cuma s’inscrive dans des démarches de développement reconnues, comme les GIEE ou les contrats de territoire», insiste Luc Vermeulen. Président de la FRCuma Hauts-de-France, Dominique Carnel, invite les adhérents à devenir «des acteurs des territoires» et à «répondre aux demandes des communautés de communes, agglomérations ou parcs naturels dont les projets peuvent avoir des retombées directes et intéressantes pour les agriculteurs, à l’image des projets alimentaires territoriaux (PAT).»

 

Un réseau plus étoffé

Concernant la transmission des fermes, Dominique Carnel préconise aux groupes d’exploitants de se former régulièrement pour céder des entreprises attractives. «Plus la dynamique et l’entente seront bonnes, plus les projets des Cuma seront viables. Il est nécessaire de s’appuyer sur les expériences des adhérents pour mener de nouveaux projets.» «Les Cuma sont de vrais lieux de réussite pour les jeunes», ajoute Luc Vermeulen, en faisant référence aux systèmes de parrainage qui existent parfois entre adhérents et «qui sécurisent les jeunes dans leurs installations.» 

Le réseau des Cuma continue d’attirer dans la région. Huit nouveaux groupes ont vu le jour en 2020 et durant la première moitié de 2021 à Marconnelle (62), Bernaville (80), Curchy (80), La Neuville-Roy (60), Orainville (02), Foreste (02), Courcelles-le-Comte (62), Nuncq-Hautecôte (62). L’an dernier, 40 millions d’euros d’investissement ont été réalisés par les Cuma des Hauts-de-France pour acheter du matériel en commun ou le renouveler.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde