Aller au contenu principal

EXCLUSIF
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19

La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto vont être autorisés à participer sous certaines conditions.

Le gouvernement envisagerait de demander à des géants de l'agrochimie d’accélérer leurs travaux de recherche sur la formulation d'un vaccin complémentaire.
© D.R.

Pour accélérer la campagne de vaccination des Français contre la Covid-19 et tenir le calendrier, le gouvernement a besoin de plusieurs choses : plus de doses, plus de vaccins et plus de volontaires pour pratiquer la vaccination.

C'est dans cette optique que le chef de l'Etat l'a annoncé hier soir dans son allocution télévisée : la liste des personnels pouvant intervenir va s'allonger – on est dans l'attente du décret ce jeudi 1er avril - puisque les détenteurs du Certiphyto vont être autorisés à injecter le vaccin au même titre que les médecins, infirmières, pharmaciens, sapeurs-pompiers, vétérinaires, biologistes, étudiants en médecine, « à condition qu'ils aient suivi une formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé », précise un  décret. Et sous l'oeil d'un médecin, poursuit le texte.

« Mes chers compatriotes, je vous le dis. Il n'y a pas de différence entre appliquer un produit phytosanitaire sur une plante pour l'aider à se protéger des ravageurs et protéger les Français d'un virus. C'est pourquoi j'ai décidé d'autoriser les détenteurs du Certiphyto à pratiquer la vaccination sur nos compatriotes », a déclaré le chef de l'Etat. Pour l'entendre, il suffisait juste de bien l'écouter.

La pratique de la vaccination par les détenteurs du Certiphyto sera encadrée doublement : par les agents de l'Office Français de la Biodiversité qui contrôleront la validité du document d'une part ; et par les technico-commerciaux des coopératives et négoces, de l'autre, pour s'assurer qu'ils appliqueront des pleines doses. 

Des silos réquisitionnés pour devenir vaccinodromes

Les agriculteurs détenteurs du Certiphyto – renouvelé, il va sans le dire -, devront se faire connaître auprès de leurs coopératives puisque ces dernières vont aussi se voir dans l'obligation de mettre à disposition leurs silos pour accueillir des vaccinodromes.

Pour savoir ce que ces coopératives en pensent, on leur a posé la question : « Ma foi, pourquoi pas... On a servi à stocker des vieux pneus, puis des engrais, et maintenant, on va servir de plateforme pour la vaccination. Sur le principe, on n'est pas contre si on peut rendre service, mais il faudra que tout soit terminé avant le 15 juillet... » a répondu le président d'une coopérative samarienne. 

Alors que se tenait il y a quelques jours une formation pour le renouvellement du Certiphyto à la Chambre d'agriculture de la Somme, une blagounette circulait déjà à l'heure de la pause :  « Glypho ou vaccin, c'est quoi la différence ? C'est juste la couleur de la blouse qui change... !» A croire que certains avaient déjà l'information...

Sur Twitter, dans la communauté agricole, la nouvelle est évidemment bien perçue et les réactions n'ont pas tardé, à commencer par un représentant du syndicat majoritaire : « Les agriculteurs qui ont été en deuxième ligne pendant toute la période de pandémie vont se retrouver demain en première ligne. Si avec tous ces efforts, nous ne sommes pas reconnus, c'est à n'y rendre comprendre », a t-il déclaré sur Twitter.

Côté vaccins, alors que les livraisons des solutions Pfizer, Moderna tardent et qu'AstraZeneca est boudé par les Français, le gouvernement envisagerait, selon nos informations, une autre voie : demander à des géants de l'agrochimie d’accélérer leurs travaux de recherche sur une autre formulation. Mais comme on peut en douter, cela se fait dans le plus grand secret pour ne pas réveiller les velléités d'opposants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde