Aller au contenu principal

Les distributeurs automatiques de fruits et légumes ont la cote

Au Sival, une conférence a fait le point sur ce nouveau mode de commercialisation.

Un distributeur permet de pallier le problème de main-d’œuvre et de toucher une clientèle qui ne serait pas venue dans un magasin pour des raisons d’horaires ou autres.
Un distributeur permet de pallier le problème de main-d’œuvre et de toucher une clientèle qui ne serait pas venue dans un magasin pour des raisons d’horaires ou autres.
© Véronique Bargain


Déjà courants en Allemagne et lancés en France en 2008 par Didier Filbing, les distributeurs automatiques intéressent de plus en plus de producteurs. Fin 2013, une centaine étaient en fonctionnement en France. Et cents autres devraient être installés en 2014. «De plus en plus de consommateurs veulent acheter local pour des raisons éthiques et de qualité des produits, constate Didier Filbing. Un distributeur automatique permet d’acheter 24 h/24 et 7 jours/7 des produits locaux et qui n’ont pas été manipulés par d’autres consommateurs». L’emplacement est déterminant. «Il doit présenter plusieurs places de stationnement et ne pas être trop éloigné du lieu de production pour que le réapprovisionnement ne prenne pas trop de temps».
L’idéal, pour l’image des produits et le réapprovisionnement, est qu’il soit sur la ferme. Mais une situation près d’un axe de circulation important, près de commerces (boulangerie, boucherie…), d’une école ou d’un lieu de vie (place de village) est également intéressante.
La gamme de produits commercialisables inclue tous les légumes, les pommes de terre, les pommes et poires, les petits fruits… Et ces produits peuvent être vendus à l’unité ou en lot. Mme Brard, maraîchère dans le Val d’Oise, a choisi de ne distribuer que des lots de fruits et légumes. «Nous exploitons 20 ha de légumes et petits fruits que nous vendons dans un magasin à la ferme et dans un distributeur de 32 cases à l’entrée de l’exploitation, indique-t-elle. Dès le départ, j’ai habitué mes clients à acheter des paniers de 3,50 euros à 14 euros».
Dans tous les cas, la qualité et la fraîcheur des produits sont essentielles et impliquent un réapprovisionnement régulier (1 à 10 fois/jour selon la nature des produits, la saison…) et éventuellement un abri (local, auvent…), voire un système de réfrigération ou climatisation. Enfin, la communication est importante : panneaux, affiches, numéro d’appel d’urgence, indications des horaires d’ouverture (le plus souvent 24 h/24 mais parfois 5 h-23 h) et des absences exceptionnelles…

2 heures de travail par jour pour 30-40 casiers
La plus grande partie des ventes a lieu de 16 h à 20 h. Mais les ventes s’étalent sur la journée et même la nuit. Et les samedis et dimanches sont des jours importants. «Il faut dès le départ prévoir 2 heures de travail par jour et savoir qui alimentera le distributeur le dimanche et pendant vos vacances», insiste Didier Filbing. Les pertes sont par contre très limitées. «Pas plus de 1 % des produits» assure Didier Renard, maraîcher près de Tours.
L’investissement pour un distributeur de 30-40 cases s’élève à 15 à 25 000 euros selon le nombre et la capacité des cases, l’existence d’un système de réfrigération… «Mais si l’emplacement et la qualité sont bons, un distributeur peut permettre un chiffre d’affaires de 50 000 euros/an, assure Didier Filbing. S’il y a un magasin à la ferme, ce chiffre d’affaires s’ajoute à celui du magasin car il apporte une clientèle supplémentaire. Il faut juste placer le distributeur avant le magasin».
Dans un proche avenir, les distributeurs devraient aussi permettre la vente sur internet. Dès l’été 2014, ils seront équipés d’un système permettant d’ouvrir les casiers avec un code. «Nous proposerons aux producteurs un site personnalisable sur lequel les clients pourront choisir et payer les produits, indique Didier Filbing. Un code leur sera envoyé, avec lequel ils pourront ouvrir le casier correspondant». Le distributeur pourra aussi envoyer un SMS au producteur lorsqu’il doit être réapprovisionné.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde