Aller au contenu principal

Les dons alimentaires en forte hausse

Solaal a enregistré de plus grosses quantités de dons alimentaires qu’au cours d’une semaine classique, en région et surtout au niveau national. L’association rappelle que le don, défiscalisé, peut être une solution pour un producteur sans débouchés.

En Hauts-de-France, les agriculteurs ont fait don de 28 641 kilos depuis le 16 mars 2020.
En Hauts-de-France, les agriculteurs ont fait don de 28 641 kilos depuis le 16 mars 2020.
© Solaal

«Dans le contexte du Covid-19, Solaal peut aider, gratuitement, les acteurs du milieu agricole à trouver des débouchés à leurs invendus». C’est ce qu’a tenu à rappeler l’association facilitant le lien entre les donateurs des filières agricoles et les associations d’aide alimentaire. Mais il semble que les agriculteurs n’ont pas attendu la piqûre de rappel et ont donné, par la force des choses… plus que d’habitude. «Nous avons de nouveaux donateurs, mais aussi des agriculteurs qui donnaient régulièrement et ont fait plus de dons ces derniers temps, en raison de la fermeture des restaurants et cantines notamment», observe Cécile Peltier, chargée de mission Solaal dans les Hauts-de-France.

Cinq fois plus de fruits et légumes
Et pour illustrer ce phénomène, elle sort les chiffres : «Au niveau national, 200 tonnes d’aliments ont été données au cours de la deuxième semaine de confinement. Cela représente 10 % des dons annuels !». En résumé, la filière agricole a donné une quantité de fruits et légumes cinq fois plus élevée qu’en temps normal.
Dans les Hauts-de-France, on observe la même tendance, dans une moindre  esure :  «Les agri-culteurs ont fait don de 28 641 kilos depuis le 16 mars 2020. Au cours de l’année 2019, ce sont 350 tonnes qui avaient été données», détaille Cécile Peltier. Ainsi depuis le début du confinement, plus de 8 % des dons annuels ont été effectués. Il y a donc eu une hausse de 50 % des quantités de pommes de terre, carottes, betteraves, fraises et autres fruits et légumes données aux associations. Autre obser ation : de nouveaux aliments ont fait leur apparition. «On a vu des produits qui jusque-là n’avaient jamais été donnés, comme la viande sous vide», précise Cécile Peltier.

«Tout le monde a fait des compromis»
Une fois les dons effectués, Solaal se charge de la répartition des produits vers les associations habilitées (La Croix rouge, le Secours populaire, les Resto du coeur ou encore les épiceries solidaires Andes…). En général, ce sont elles qui viennent récupérer les denrées dans les exploitations. Cette fois-ci, il a fallu s’adapter à la situation. «Beaucoup de bénévoles étant retraités, certains n’ont pas pu se déplacer (pour des raisons sanitaires, ndlr), explique Cécile Peltier. Les donateurs ont très bien compris la situation, certains agriculteurs ont livré directement, d’autres ont stocké. Tout le monde a fait des compromis, c’était beau à voir !»

«Quand on a besoin de nous, on est là»
«En cas de crise, Solaal est toujours là, notre efficacité a été prouvée, souligne la chargée de mission. Avec le soutien des associations d’aide alimentaire, nous avons tout fait pour récupérer les produits. De plus, toutes les filières agricoles ont également communiqué sur notre association, c’est très appréciable.»

Pour faire un don vous aussi, rendez-vous sur le site de Solaal : https://dons.solaal.org/. Pour rappel, à la suite du don, l’association d’aide alimentaire délivre une attestation au donateur. Il peut ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt de 60 % du coût de revient du produit donné.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde