Aller au contenu principal

Les échos du conseil de la FDSEA de la Somme

Une forte participation au conseil de la FDSEA a été remarquée lundi dernier.

Forte participation à ce conseil, qui engage le travail syndical au-delà des élections pour les mois à venir.
Forte participation à ce conseil, qui engage le travail syndical au-delà des élections pour les mois à venir.
© F. M.

Françoise Crété a présidé le conseil d’administration de la FDSEA ce lundi 28 janvier, à quelques jours de la clôture du scrutin des élections à la Chambre d’agriculture de la Somme. La première partie de la réunion a été consacrée à un point d’étape du scrutin, notamment l’observation du taux de participation, dont l’évolution quotidienne est transmise aux syndicats. Après un démarrage rapide, lundi dernier, le taux de participation sur le premier collège frôlait la barre des 35 %, avec une tendance quotidienne de 2 à 3 %.
S’il est quasi acquis que le taux de participation est en baisse, les raisons en sont nombreuses. Certes, ces élections interviennent dans un contexte de crise sociale ou politique, avec un éloignement général des citoyens avec leurs institutions, mais il y a aussi les nombreux retours d’information de matériels non distribués par la voie postale. C’est ainsi que plusieurs dizaines de situations individuelles ont pu être rattrapées par les services de la FDSEA et de Jeunes agriculteurs, qui sont intervenus à plusieurs reprises auprès des services de la préfecture pour faire rééditer des documents de vote pour les personnes concernées. Au-delà des appels que les équipes locales ont pu passer autour d’elles, la FDSEA et JA ont programmé un second et dernier SMS de rappel.

Une place dans le Grand débat
Autre sujet traité dans le conseil d’administration, la place de l’agriculture dans le dispositif du Grand débat national. En effet, depuis l’annonce de ce temps de débats fin 2018, les modalités sont à présent connues. Quatre thèmes ont été retenus : fiscalité, organisation de l’Etat et des collectivités publiques, transition écologique, démocratie et citoyenneté.
Si le chef de l’Etat affirme, dans sa lettre adressée aux Français, la nécessité de «rebâtir une souveraineté industrielle, numérique et agricole», on constate que l’agriculture est directement questionnée par le thème de la transition écologique. L’exécutif invite les Français à se pencher sur «les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir», ainsi que sur «les propositions concrètes pour accélérer la transition environnementale [...], sans que les agriculteurs et les industriels ne soient pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers…» Bref, le champ des contributions est ouvert avec une grande lattitude pour contribuer avec «tout et son contraire».
Le conseil s’est interrogé sur la façon de participer ou non à ces débats. Première conclusion, il faut participer, d’une façon ou d’une autre, et surtout ne pas laisser le champ totalement libre aux contributions caricaturales sur l’agriculture. Donc, il a été convenu de constituer une plateforme de contributions, qui va permettre à tous les agriculteurs qui souhaiteront participer à des débats locaux de bénéficier de points de repères tangibles pour préparer leurs interventions et leurs positionnements. Le groupe d’élus, qui a à charge de préparer les argumentations, ne s’interdit d’ailleurs pas d’initier l’organisation d’un atelier débat départemental pour l’ensemble de la profession agricole et la ruralité.

Agriculteurs acteurs de la biodiversité
Autre élément débattu en conseil : l’initiation d’une association environnementale impulsée par les agriculteurs eux-mêmes. L’origine de ce débat est double. L’an dernier, lors des consultations locales, le sujet de l’environnement avait été jugé priorité absolue par plus des trois quarts des participants aux assemblées des syndicats territoriaux, et nombre d’entre eux avaient émis cette idée à décliner dans le territoire de la Somme.
Idée que deux autres départements ont aussi eue et concrétisée, notamment la Marne et l’Oise, qui ont créé dans chaque département une association baptisées Symbiose, ouverte aux acteurs locaux de l’agriculture et de l’environnement. Hervé Lapie, président de la FDSEA de la Marne et de l’association Symbiose de son département, en avait expliqué le principe lors de l’assemblée générale de la FDSEA.
L’idée est double : la première est d’initier et de mettre en valeur des initiatives locales des agriculteurs pour favoriser l’appréciation de l’agriculture dans ses contributions à la biodiversité, la seconde est de pouvoir bâtir des programmes agricoles en mobilisant des fonds issus des contributions RSE (Responsabilité sociétale et environnementale) des entreprises. Des visites sont à présent prévues dans ces départements pour mieux en connaître le fonctionnement et les potentialités. Deux sujets qui s’inscrivent parfaitement dans la lignée de vouloir mieux valoriser l’impact de l’agriculture sur la biodiversité, en lien avec le grand public.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde