Aller au contenu principal

Les éleveurs maintiennent la pression

Faute de réponses à leurs revendications, les éleveurs ont continué leurs actions contre les grandes surfaces du département.

© AAP

Dans un courrier du 4 février, la Fdsea, les JA et l’Uplp avaient demandé aux responsables des grandes surfaces du département de «revaloriser les prix d’achat des produits issus de l’élevage» (voir nos précédentes éditions). Aucune réponse n’étant encore parvenue à la mi-février, les éleveurs ont décidé de poursuivre les actions. Du jeudi 21 au samedi 23 février, les «actions paillage» nocturnes ou matinales ont recommencé. Cette fois ce sont de petits groupes qui sont allés manifester leur colère un peu partout dans le département. Vingt cinq supermarchés ont été «paillés» la semaine dernière et plus de 160 éleveurs se sont mobilisés, montrant leur détermination à obtenir une hausse des prix de leurs produits.
En début de semaine, la Fdsea et les JA ont obtenu deux rendez-vous avec des directeurs de supermarchés. Ils ont par ailleurs rencontré le secrétaire général de la préfecture de la Somme (voir ci-dessous) et une réunion est prévue avec les parlementaires samedi 2 mars. Cela étant la mobilisation ne faiblit pas : dès ce samedi une nouvelle action sera menée à Amiens.
La Somme n’est pas le seul département à se mobiliser : l’Oise, le Morbihan, le Finistère, le Poitou-Charentes, le Lot, la Manche et bientôt le Nord-Pas de Calais ont aussi mené des actions du même type dans les grandes surfaces de leur département.

ZOOM

Une table ronde distributeurs, transformateurs, éleveurs et consommateurs va être organisée

Dominique Dengreville et Olivier Thibaut, président et vice-président de l’Uplp, et Marc Hossart, président des JA, ont rencontré Jean-Charles Geray, le secrétaire général de la préfecture de la Somme, vendredi 22 février. François Bonnet, le directeur de la Draaf de Picardie, et Paul Gérard, le directeur de la Dddtm, étaient également présents.
«Nous sommes dans la même situation qu’en 2009, le prix du lait a certes moins baissé, mais les prix des matières premières se sont envolés», a lancé d’emblée Dominique Dengreville, insistant sur la situation délicate de l’élevage dans la Somme. «De nombreuses demandes d’arrêt sont déposées et les installations diminuent. Et pourtant nous possédons de nombreux atouts pour faire de l’élevage, et cette activité crée de la valeur ajoutée et amène des emplois».
«Il est temps de réagir !» a poursuivi Marc Hossart. «Les accords du 3 mai sur la renégociation des prix ne sont pas respectés alors que les conditions sont réunies». Les responsables syndicaux ont également fustigé le désengagement de l’Etat dans la gestion interprofessionnelle des volumes et des prix.
«Nous ne pouvons pas produire des produits de qualité, pas chers touten respectant les contraintes environnementales, ces trois critères ne sont pas compatibles», a fait observer Olivier Thibaut. «La politique des grandes surfaces est de tirer les prix vers le bas. Le prix de la baguette a été augmenté de 50% depuis les années 90 en prétextant la hausse des cours du blé alors que le blé ne représente que 5% du prix de la baguette et que les prix des produits laitiers stagnent. Aujourd’hui, les éleveurs n’arrivent pas à répercuter les prix de vente sur leurs produits, nous n’avons pas la reconnaissance de notre travail», a-t-il déploré.
Prenant acte de ces propos, Jean-Charles Geray, a accepté d’organiser une table ronde entre distributeurs, transformateurs, éleveurs et consommateurs. C’est ce qu’a demandé au niveau national la Fnpl (Fédération nationale des producteurs de lait) et c’est ce qui devrait donc se passer dans toutes les régions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde