Aller au contenu principal

Les éleveurs manifestent de nouveau à Amiens ce vendredi 12 avril

Journée nationale pour la défense de l'élevage.

Face à la situation économique préoccupante des élevages avec notamment la flambée des prix de l’alimentation animale, la Fdsea et les JA se sont mobilisés depuis début février dans la Somme. Des actions en grandes surfaces ont été menées, le préfet, les parlementaires du département et des directeurs de la grande distribution ont été rencontrés. Une table ronde régionale entre éleveurs, transformateurs et distributeurs avait également été organisée. Les syndicats demandent une meilleure répartition des marges entre les éleveurs et la grande distribution ainsi qu’une revalorisation du prix des produits issus de l’élevage. Au niveau des résultats, les enseignes ont fait des promesses, mais aucune hausse concrète sur les prix n’est jusqu'à présent intervenue.
Une table ronde s'est tenue au niveau national entre éleveurs, transformateurs et distributeurs. Mais «les enseignes de la distribution continuent à se faire la guerre entre elles sur le dos des éleveurs», a regretté la Fnsea dans un communiqué de presse. La Fnsea et les JA ont lancé un mot d’ordre national pour ce vendredi 12 avril pour que «l’élevage soit reconnu à sa juste valeur». La Fdsea et les JA de la Somme ont appelé les éleveurs à se rassembler à 12h devant la préfecture à Amiens. «Nous souhaitons que tous les acteurs ayant un lien avec l’élevage soient présents, ainsi que toutes les personnes qui veulent défendre la cause des éleveurs», a déclaré Françoise Crété secrétaire générale de la Fdsea. Un grand barbecue est organisé pour l'occasion et une délégation ira rencontrer le préfet pour lui remettre un cahier de doléances.
Ce cahier reprend les revendications des éleveurs : revaloriser les prix, simplifier les normes environnementales, redonner des perspectives à l’élevage à travers la Pac.
Lors de la table ronde du 8 avril, la Fnpl avait lancé un ultimatum à la grande distribution pour ce vendredi 12 avril. «Selon les avancées des négociations, nous n’hésiterons pas à maintenir la pression et à nous rendre dans les enseignes qui ne passent pas de hausse suffisante sur les produits issus de l’élevage» a déclaré Dominique Dengreville, président de l’Uplp.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde