Aller au contenu principal

Les éleveurs réclament une revalorisation des prix de leurs produits

La Fdsea, les JA et l’UPLP interpellent les grandes surfaces et les parlementaires.

© AAP

Coûts de production élevés, prix trop faibles : les éleveurs de la Somme en ont assez. Ils réclament un rééquilibrage des prix d’achat de leurs productions, que ce soit le lait, la viande bovine, de porc, de volaille ou de mouton. La Fdsea, les JA et l’Uplp ont ainsi adressé un courrier aux directeurs des grandes surfaces de la Somme dans lequel ils leur demandent «une revalorisation de 20% de nos produits». Cette revalorisation pouvant être «indolore» pour les consommateurs grâce «à une baisse raisonnée de leurs marges commerciales», ajoutent-ils.
Les éleveurs dénoncent aussi les contraintes environnementales et réglementaires qui ne cessent de se durcir. Ils ont donc également adressé une lettre aux parlementaires du département. Ils leur demandent de «jouer leur rôle de médiateur» avec les grandes surfaces, et de «définir un cadre réglementaire durable pour les secteurs d’élevage» s’ils ne veulent pas les voir disparaître.
La Fdsea et les JA ont proposé aux parlementaires de les rencontrer début mars pour débattre de ces différentes problématiques.

REACTION

Olivier Thibaut, vice-président de l’UPLP
«Nous allons nous battre pour un revenu correct et un allégement des contraintes»

«Depuis quelques mois, nos coûts de production flambent et les prix ne nous permettent pas de répercuter ces hausses. L’observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires a montré que sur 100 € dépensés, 8 € seulement reviennent à l’agriculture et 21 € sont destinés aux grandes surfaces. C’est inadmissible !
Nos coûts de production flambent, mais aucun prix de vente n’a été revalorisé. Les magasins Leclerc s’en sont vantés d’ailleurs au mois de décembre dans un journal télévisé. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, il est grand temps d’agir !
Les grandes surfaces doivent impérativement prendre en compte cette situation et augmenter les prix de vente de nos produits.
Les agriculteurs ont besoin d’un prix pour se garantir un revenu.
Il ne s’agit pas d’augmenter les prix aux consommateurs, bien au contraire, mais que les enseignes commerciales revoient à la baisse leurs marges sur les produits alimentaires.
Avec 21€ de marge actuellement, ils peuvent se permettre de nous laisser quelques euros.
Nous avons écrit aux directeurs des grandes surfaces de la Somme. Sans réponse de leur part sous dix jours, nous n’hésiterons pas à intervenir dans leurs enseignes pour faire valoir nos difficultés.
Mais nous ne nous arrêtons pas là. Nous avons également écrit à nos élus départementaux afin qu’ils interviennent pour faciliter les négociations avec les grandes surfaces et nous appuient dans notre combat face aux contraintes environnementales. Le 5ème programme d’actions de la directive nitrates va nous obliger à faire des investissements trop lourds à supporter pour nos élevages. Nous devons sensibiliser les politiques à notre travail. Nous leur avons donc proposé une rencontre début mars pour en débattre.
Nous allons nous battre, le temps qu’il faudra, pour un revenu correct et un allégement des contraintes. Nous vous tiendrons informés de l’avancée de l’action syndicale».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde