Aller au contenu principal

Les emblavements en hausse de 4,5 % dans la Somme

A quelques mois de la fin des quotas sucriers, les surfaces sont en augmentation dans le département, comme dans les Hauts-de-France. Tour d’horizon.

Les surfaces de bettaraves passeront de 38 700 ha en 2015 à 41 600 ha en 2016 dans la Somme. Dans la Région 
Hauts-de-France, elles passeront de 52 381 ha à 57 100 ha.
Les surfaces de bettaraves passeront de 38 700 ha en 2015 à 41 600 ha en 2016 dans la Somme. Dans la Région
Hauts-de-France, elles passeront de 52 381 ha à 57 100 ha.
© V. Marmuse


Les semis de betteraves ont pris fin la semaine dernière dans la Somme au grand soulagement des planteurs, qui ont vu leurs travaux s’éterniser en raison des pluies régulières qui se sont abattues sur le département, comme dans toute la région au demeurant.
Au lieu d’une petite dizaine de jours, la campagne s’est étirée quasiment sur un mois. Autre changement dans leurs habitudes, la fin des quotas sucriers pour 2017. Pour anticiper cette «révolution», planteurs et groupes sucriers ont anticipé l’après-quota en élevant les volumes de production.

96 700 ha en région dont 41 600 ha dans la Somme
Reste que, si pour 2016, les surfaces de betteraves passeront à 41 600 ha dans notre département, contre 38 700 ha, selon les chiffres de l’Association syndicale des betteraviers de la Somme (ASBS), l’évolution des surfaces n’est pas la même suivant les groupes sucriers.
Tereos représente dans le département 40 % des surfaces, Saint Louis Sucre 32 % et Cristal Union 28 %. Toujours selon l’ASBS, l’augmentation des surfaces proposée par Tereos serait de l’ordre de 7 à 8 % pour 2016, de 2,5 % par le groupe Cristal Union et de 1,5 % pour Saint Louis Sucre. «De fait, le département devrait progresser en termes de surfaces autour de 4,5 %», relève Jean-Jacques Fatous, directeur adjoint de l’ASBS.
A l’échelle de la région Hauts-de-France, le total des surfaces de betteraves atteint les 96 700 ha. Si cet accroissement est le plus important dans le Nord-Pas-de-Calais, les surfaces s’étendent aussi en Picardie
(39 600 ha). La hausse est donc de 6 % pour la nouvelle grande région (96 700 ha) par rapport à l’année précédente. L’augmentation de la production est prévue à 20 % pour 2017.
A l’échelle nationale, les plantations de betteraves sucrières s’amplifient de 5 % à 400 200 ha en 2016 contre 382 855 ha en 2015.
Tereos, Cristal Union et Saint Louis Sucre ont envoyé des enquêtes aux planteurs pour leur indiquer les choix faits par la filière, et pour leur proposer d’augmenter de 20 % leurs surfaces de betteraves. La course à l’hectare a donc commencé entre les groupes sucriers. La concurrence sera, à l’évidence, rude entre eux, surtout auprès de leurs planteurs mixtes, qui pourraient être tentés d’aller plutôt vers l’un ou l’autre groupe suivant leurs intérêts financiers. Affaire à suivre donc.

Les usines sont dans les starting-blocks
Quoi qu’il en soit, toutes les usines ont la possibilité d’étendre leur production. «La mieux placée dans le département pour capter les nouvelles surfaces est l’usine de Sainte-Emilie du groupe Cristal Union», précise Jean-Jacques Fatous. Autre groupe qui peut en faire tout autant, c’est Saint Louis Sucre, car ils ont fait des investissements sur la cristallisation, sur l’extension de la cour de betteraves à Roye, ainsi que sur un lavoir. «Leur objectif est d’atteindre les 16 000 tonnes par jour. C’est faisable. Aujourd’hui, ils sont à 14 000 tonnes», ajoute le directeur adjoint de l’ASBS. Quant à Tereos, avec ses quatre usines, dont celles d’Attin et de Boiry dans la Somme, il est tout aussi prêt. C’est d’ailleurs ce groupe qui propose la plus importante augmentation de surfaces, tant dans le département que dans la grande région. Sur les 96 700 ha de betteraves prévues, 70 900 sont destinés à alimenter les quatre usines régionales de Tereos (Attin, Boiry-Sainte-Rictrude, Escaudœuvres et Lillers, ndlr).
Dans la Somme, la zone où se trouve le potentiel de développement de la betterave le plus intéressant est dans l’ouest, «car les surfaces betteravières sont plus faibles en moyenne dans ce secteur que dans le reste du département», souligne Jean-Jacques Fatous. Autrement dit, dans la région d’Abbeville. Ironie de l’Histoire, c’est dans cette même région que la sucrerie d’Abbeville s’est vue contrainte de fermer en 2008, à la suite de la réforme des quotas sucriers à l’échelle de l’Union européenne, puis qui a été démantelée entre 2009 et 2010.
Aujourd’hui, le même groupe qui a fermé l’usine d’Abbeville est à la recherche de surfaces, notamment dans ce secteur. Drôle d’histoire...

Semis : où en est-on ?

Les semis ont commencé le 16 mars sur les chapeaux de roue. En moins d’une semaine, près de 50 % avaient été réalisés. Après le 22 mars, les travaux ont enregistré un ralentissement conséquent en raison des conditions climatiques, la pluie s’étant invitée dans le jeu. Autant d’averses qui ont compacté le sol. Il était d’ailleurs recommandé d’arrêter les semis en cas de pluies importantes prévues dans les 24 heures. La fin de partie a été sifflée le 22 avril dernier. «D’ordinaire, note Jean-Jacques Fatous, directeur adjoint de l’ASBS, on boucle les semis en dix jours. Cette fois, il a fallu quasiment un mois. Autrement dit, les conditions de semis ont été bien plus étalées dans le temps que les années précédentes.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde