Aller au contenu principal

Les endiviers veulent rester optimistes

Autorité de la concurrence et compte pénibilité étaient au programme de l’AG de l’Union des endiviers.

L’Union des endiviers, ce sont 126 adhérents et 86 899 tonnes d’endives.
L’Union des endiviers, ce sont 126 adhérents et 86 899 tonnes d’endives.
© D R

L’Union des endiviers a tenu son assemblée générale mardi 24 mars à Arras. Le syndicat compte désormais 126 adhérents (123 l’an dernier), pour un volume d’endives produites de 86 899 tonnes, soit une augmentation de 7 780 tonnes par rapport à l’an dernier.
Daniel Bouquillon, qui quittait ses fonctions de président de l’Union l’an dernier pour laisser la place «aux jeunes», est intervenu sur le dossier de l’autorité de la concurrence. Car l’affaire dure toujours. «En mai 2014, nous avons eu l’agréable surprise de gagner en appel contre l’Autorité de la concurrence, a-t-il rappelé, mais celle-ci s’est pourvue en cassation». La procédure est en cours. «La cour de cassation n’avait semble-t-il jamais vu un rapport aussi complet, aussi épais, et a donc demandé l’avis de la Commission européenne qui a rendu son rapport le 25 février». «Ce n’est pas si accablant que ça pour nous», a souligné Daniel Bouquillon. Les avocats de l’Union des endiviers ont maintenant jusqu’au 31 mars pour rendre un rapport. «Il y aura probablement une audience ; nous aurons l’occasion de défendre l’avenir de notre profession». Le jugement sera rendu début 2016. Le dossier est encore loin de se refermer : si les endiviers perdent en cassation, ils devront retourner en appel. Pendant ce temps, «la profession engage énormément d’argent», notamment dans les frais d’avocat. «C’est une longue procédure qui dure depuis 8 ans», a souligné Daniel Bouquillon.
Au-delà de ce sujet, l’Union des endiviers travaille actuellement sur le compte pénibilité (cf. encadré) : «Nous nous préparons, même si pour l’instant le mot d’ordre est d’attendre», a indiqué Philippe Brehon, co-président du syndicat. Autre point d’attention : la fin des tarifs réglementés en électricité et gaz. «Nous allons faire en sorte de trouver la meilleure offre pour vous», a souligné le co-président qui veut également renforcer les actions de communication de l’Union.

Management positif
La deuxième partie de l’assemblée était placée sous le signe du positivisme. «Nous voulons communiquer de manière positive», a confié Claire Lefevre, co-présidente de l’Union des endivier. Et à la question «l’optimisme peut-il augmenter la productivité dans nos endiveries», le consultant et coach professionnel Paul Devaux qui intervenait pour l’occasion, répond clairement «oui». Il a donné quelques clés aux producteurs pour un management positif de leurs employés. «La productivité n’est pas uniquement liée aux conditions de travail, mais également à des éléments subjectifs comme le bien-être et la qualité de relation avec le groupe».
Un management qui met en avant les erreurs de l’autre entraîne, d’après lui, solitude, perplexité, lassitude, voire révolte de l’équipe. Au contraire, un management positif entraîne émulation, résultats encourageants, alliance. «Le travail doit être valorisé, c’est important de porter un regard positif sur ses employés», a souligné Paul Devaux, avant de donner quelques idées pour augmenter la productivité, de manière indirecte : «Remercier, féliciter ses employés, s’intéresser sincèrement à eux, fêter les anniversaire ou encore offrir de petits cadeaux symboliques à Noël». Et Claire Lefevre de conclure : «Notre produit est un beau produit, il faut croire en ce que nous faisons».

Compte pénibilité : un délai octroy

Le compte pénibilité est applicable depuis le 1er janvier 2015. «C’est un dispositif trop complexe, il est inapplicable en l’état actuel des choses», a insité Hélène Boucherie, juriste à Légumes de France, qui intervenait lors de l’AG de l’Union des endiviers. Une circulaire publiée vendredi 13 mars précise en outre que «l’employeur, pour les contrats finissant l’année 2015, pourra établir les fiches d’exposition des salariés jusqu’au 31 janvier 2016, et non plus au 1er janvier 2015. Le même délai est octroyé pour la déclaration des expositions». «Mieux vaut attendre les précisions qui interviendront au cours de l’année et la fin des travaux qui sont en cours plutôt que de déclarer des informations qui pourraient mettre en cause la responsabilité des employeurs ultérieurement», a-t-elle insisté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde