Aller au contenu principal

Les enseignements de la campagne 2012

En 2012, le résultat du désherbage est resté «satisfaisant» par rapport aux conditions de l’année.
En 2012, le résultat du désherbage est resté «satisfaisant» par rapport aux conditions de l’année.
© V. Marmuse / CAIA

Les semis 2012 ont été précoces (moins qu’en 2011 toutefois) avec une date moyenne au 23 mars dans la Somme, et ils ont été réalisés en une quinzaine de jours. Les levées ont été bonnes et rapides, hormis quelques difficultés en terres argileuses, a commenté Thierry Leclère, délégué ITB Somme. L’humidité persistante a été favorable au parasitisme souterrain : tipules, taupin, blaniules dans les cranettes. Mais les traitements de semence ont montré leur efficacité.
A noter toujours des problèmes avec les mulots en bordure de champ. Ce qui fait à nouveau répéter à Thierry Leclère le conseil de semer entre 2 et 2,5 cm de profondeur.

Chénopodes et chardons
Coté désherbage, la Somme se situe encore en dessous de la moyenne nationale pour la propreté des parcelles, mais le délégué ITB juge le résultat «satisfaisant par rapport aux condi­tions de l’année et aux deux mauvaises années précédentes». Les chénopodes (40% de parcelles sales) et les chardons (37% de parcelles) sont les principales adventices qui font problèmes. Contre les chardons, «il faut privilégier la lutte systématique dans la rotation et en combinant le chimique et le mécanique», a insisté Thierry Leclère.
Deux formulations du Lontrel sont à disposition. Règlementairement elles ne peuvent être appliquées qu’une fois tous les deux ans du stade cotylédons de la betterave à la fermeture des lignes ; il faut le faire par temps poussant et en augmentant la quantité d’eau pour avoir une bonne couverture. Contre les chénopodes, les expérimentations confirment l’efficacité du Bétanal et du Goltix (métamitrone), alors que le Venzar déçoit (ce produit étant par ailleurs efficace sur colza, morelle, renouée liseron, mercuriale) ; le mélange BTG est celui qui donne le meilleur résultat. Il faut savoir qu’un chénopode restant au mètre carré, c’est une perte de 3 tonnes à la récolte.
Thierry Leclère a rappelé les conseils d’utilisation du Centium. Il doit être appliqué à partir du stade deux feuilles vraies, c'est-à-dire à partir du moment où deux feuilles sont supérieures ou égales au cotylédon. Attention donc en cas de levée échelonnée dans les parcelles. «Le Centium ne fait pas tout, a-t-il ajouté, il ne contrôle pas les crucifères matricaires, fumeterres, renouées des oiseaux. Et ce n’est pas un produit de rattrapage».

Bien identifier les maladies
Cette année encore le réseau d’observation des maladies du feuillage, Résobet Fongi, opérationnel depuis 2006, a permis de raisonner au mieux les traitements. L’ensemble des sites a atteint le stade T1 et sept sites seulement ont atteint le T2, dont quatre seulement ont été effectivement traités. La ramulariose a été la principale maladie et l’oïdium en fin de saison. «Attention a bien vérifier que la variété observée dans le réseau soit la même que celle de votre parcelle, car la maladie arrive plus ou moins précocement et les variétés présentent des sensibilités différentes aux maladies du feuillage», a prévenu Adrien Gosser, de l’ITB Somme. Il a également incité les planteurs à bien identifier les maladies. Il ne faut ainsi pas confondre la cercosporiose, maladie peu prédominante dans la Somme, avec la batériose pseudomonas pour laquelle le traitement est inutile.
Les pégomyies ont fait leur retour en 2012. «Il faudra les surveiller en 2013», prévient Thierry Leclère. «Mais on dispose d’une gamme d’insecticides pour les contrôler».
A noter enfin qu’avec des conditions de récolte très humides (la tare terre s’est élevée à 16,5%, le déterrage portant sur 63% des betteraves dans la Somme au 30 décembre 2012 -source Asbs), on n’a pas constaté de gros problèmes de conservation dans les silos.
Thierry Leclère a rappelé à ce propos que le logiciel Silobet, téléchargeable sur le site internet de l’ITB, permet de définir en fonction des données météo, une date de récolte optimale par rapport à la date d’enlèvement des betteraves.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde