Aller au contenu principal

Mobilisation syndicale
Les féculiers se joindront aux betteraviers dans la manif du 8 février

Confrontés à une conjoncture économie difficile, aux conséquences du changement climatique et au rejet par le gouvernement de leur demande d’une aide directe revalorisée, les producteurs de fécule sont appelés à manifester leur mécontentement le 8 février, à Paris, au côté des betteraviers.

manif Paris
La FNSEA Grand bassin parisien, la CGB et plusieurs fédérations départementales des Jeunes agriculteurs (JA) ont lancé le 27 janvier un appel à manifester le 8 février afin de « dire stop à la liquidation de l’agriculture ».
© V.F.

Face à l’interdiction des néonicotinoïdes annoncée le 23 janvier, la FNSEA Grand bassin parisien, la CGB et plusieurs fédérations départementales des Jeunes agriculteurs (JA) ont lancé le 27 janvier un appel à manifester afin de « dire stop à la liquidation de l’agriculture ». « Nous nous ferons entendre à Paris, en tracteurs dans le cadre d’une mobilisation autorisée début février 2023 », ont-ils annoncé dans un communiqué. La date finalement retenue est le mercredi 8 février, en matinée.

« La FNSEA soutiendra la mobilisation et sera partie prenante », ajoute par ailleurs Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA.

« Nous subissons des retraits de molécules les uns après les autres », s'alarme Damien Greffin, président de la FNSEA Grand bassin parisien. Or « ces interdictions répétées condamnent la production agricole et favorisent les importations massives de produits étrangers, mettant en péril la souveraineté alimentaire de la France », selon les organisateurs de la manifestation.

manif

Ces derniers en appellent au gouvernement pour qu’il « sorte » du plafond d'aide nationale «de minimis » et « garantisse des indemnisations pendant trois ans en cas d’attaque de jaunisse », rapporte Damien Greffin. A ces propos, Jérôme Despey ajoute vouloir un « cadre établi » permettant de « définir l’indemnisation totale annoncée par le gouvernement ».

Jeudi 2 février, c’est l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) qui a appelé les producteurs de pommes fécule à venir grossir les rangs de la manifestation du 8 février prochain. « Face au plongeon économique que connait la filière pomme de terre destinée à la fécule, l’UNPT appelle les producteurs à se mobiliser le 8 février prochain à l’appel de la FNSEA Grand Bassin Parisien pour faire entendre leurs revendications auprès du Gouvernement », peut-on lire dans un communiqué de l’organisation syndicale.

Dans sa communication, l’UNPT rappelle le contexte dans lequel se trouve actuellement la production fécullière : une reprise post-Covid « difficile » avec des prix mondiaux de la fécule qui se sont effondrés une crise climatique qui impacte très fortement les rendements nationaux… et la crainte de voir des producteurs se désengager, ce qui pourrait remettre en cause l’activité des deux usines de transformation françaises.

Après avoir porté depuis plusieurs mois la demande d’une aide exceptionnelle pour la filière fécule – une aide couplée de 500 euros par hectare au lieu de 80 euros actuellement pour permettre de passer le cap -, l’UNPT juge la situation amère. Et pour cause : « l’ensemble des propositions portées par les producteurs pour maintenir les surfaces via une aide directe est rejeté », souligne-t-elle.

« A l’image de la filière betterave-sucre en grand danger, les producteurs de fécule se retrouvent aussi au pied du mur face à l’indifférence du Gouvernement qui entraine le pays vers une dépendance à la fécule étrangère », regrette l’UNPT qui appelle donc l’ensemble des producteurs « à manifester la colère de la filière fécule », et continue de demander « une réponse à la hauteur de la crise historique que traverse le secteur féculier national ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde