Aller au contenu principal

A Chevrières, l'usine Tereos fabrique un produit unique

Les fructo-oligosaccharides (Fos), fibres à chaîne courte, sont produits uniquement sur le site Tereos de Chevrières (Oise) et sont valorisées par les clients industriels du groupe coopératif en alimentation humaine et animale, et bientôt en cosmétique.

La sucrerie de Chevrières, la dernière de l'Oise, absorbe jusqu'à 12 000 t de betteraves sucrières par jour pour produire du sucre cristallisé et du sirop qui sera stocké jusqu'au printemps où son avenir, sucre cristallisé ou éthanol, sera arbitré en fonction des cours du moment. Peu de planteurs savent sans doute qu'au sein des 35 ha du site, un bâtiment de 2 500 m2 environ est dédié à la production de molécules haut de gamme, les Fos, les fructo-oligosaccharides. 

De quoi s'agit-il ? Les Fos sont le résultat de l'action d'une enzyme sur le saccharose issu des betteraves sucrières de Chevrières. Depuis plus de vingt ans, Tereos s'intéresse à ces fibres alimentaires de courtes chaînes et maîtrise leur production. L'enzyme, sous certaines conditions, casse les molécules de saccharose pour obtenir du glucose et du fructose et les recompose en GF2, GF3 et GF4, toujours dans les mêmes proportions, respectivement 37, 47 et 16 % (voir schéma ci-dessus). «Ces fibres alimentaires solubles ont un intérêt sur le plan nutritionnel. Prébiotiques, ni digérées ni absorbées, elles servent de substrat aux bonnes bactéries du microbiote intestinal qui se développent ainsi. Plus de 250 articles publiés dans des revues scientifiques attestent du bénéfice des Fos sur la santé humaine et animale : propriétés prébiotiques, santé intestinale, défense immunitaire, métabolisme énergétique, performances de croissance animale et santé osseuse», détaille Cindy Le Bourgot, docteur en sciences de la nutrition chez Tereos. Ainsi, depuis presque vingt ans, Tereos commercialise Actilight®, à destination humaine, et Profeed® pour les animaux. 

 

Des molécules d’intérêt 

Actilight® augmente la teneur en fibres des aliments (il en contient 95 %), réduit le sucre (index glycémique des Fos purs proche de zéro et valeur calorique de 2 kcal/g) et possède une bonne tolérance digestive (jusqu’à 40 g/jour). 65 % des personnes sont satisfaites de leur confort intestinal avec cette consommation de Fos en plus de leur alimentation habituelle. On retrouve ainsi Actilight® dans des produits finis en boulangerie, pâtisserie, biscuits, barres de céréales et céréales pour le petit déjeuner, lait, yaourts, desserts laitiers, préparations de fruits, glaces, sorbets, confiserie, chocolat, boissons et plats préparés. Il est également utilisé pour ses propriétés santé en nutrition clinique et dans des compléments alimentaires. Mais Tereos ne dévoile pas qui sont ses clients pour ce segment.

Par contre, Royal Canin fait partie des utilisateurs de Profeed®. En élevage, c’est une solution efficace pour améliorer le microbiote intestinal des porcs, augmenter les défenses immunitaires et augmenter la croissance. Les doses d’antibiotiques peuvent ainsi être diminuées.

 

Marché en pleine croissance

Tereos s’est associé à Meiji, société japonaise qui produit l’enzyme requise, dans une joint venture, Beghin-Meiji qui ne peut commercialiser ses produits que dans la zone Emea (Europe Moyen Orient Afrique), Meiji s’étant associée à d’autres entreprises sur le reste du monde. «Le marché des fibres solubles est en croissance dans le monde. On y trouve en premier l’inuline, à base de chicorée, puis les Gos et les galactofructose, à base de lait. Les Fos pèsent 9 % sur le marché des fibres solubles en 2021 contre 6 % en 2018. Chez Tereos, les volumes de Fos vendus ont augmenté de 35 % en cinq ans car ces fibres courtes correspondent aux tendances de consommation alimentaire dans le monde», analyse Perrine Sy, responsable de marché Santé et nutrition. Par exemple, la politique de santé publique européenne préconise de consommer 25 g de fibres par jour alors que la moyenne n’est que de 15 à 20 g. Actilight® peut  répondre à ce constat. En attendant, le site de Chevrières produit des Fos 24h/24 et tous les jours de l’année tant la demande est importante. Il est d’ailleurs le principal client de la sucrerie. «Le procédé de fabrication de nos Fos est tenu secret, mais sachez que chaque étape fait l’objet de multiples analyses dans notre laboratoire qui fonctionne également 24h/24 et 7 jours/7», lâche Fabien Legrand, responsable du site. Les Fos sont livrés aux clients sous forme de sirop à 72 % MS, en vrac ou conteneur de 1 000 l ou sous forme de poudre en sacs de 25 kg. Nous ne saurons rien du prix de vente, ni de celui de l’achat de l’enzyme, mais ces molécules de grand intérêt et de forte valeur ajoutée sont un axe de développement du groupe.

Et demain la cosmétique


Beaucoup de recherches sont encore à mener pour explorer tous les bénéfices des Fos et pouvoir conseiller aux industriels les bonnes doses à incorporer dans leurs recettes. Ce qui est sûr, c’est que les Fos impactent positivement non seulement le microbiote intestinal, mais aussi le cutané. 
Tereos annonce la commercialisation dès 2023 de Fos Beauty®, à destination des industriels de la cosmétique. Ce produit a dû être soumis à une réglementation complexe, notamment en toxicologie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde