Aller au contenu principal

Les Girondins de Bordeaux sauvés par les grands crus ?

Le club de football professionnel de Bordeaux est en difficulté en raison de dettes importantes et après l'annonce du départ de l'un de ses actionnaires. Il doit retrouver un investisseur pour sortir la tête de l'eau.

Girondins de Bordeaux
Depuis l'annonce du désengagement de l'un de ses principaux actionnaires, le club girondin est dans le flou.
© Girondins de Bordeaux

Dans une lettre ouverte, l’homme d’affaire François Pinault, a appelé ses « collègues propriétaires de grands crus bordelais », à se rassembler pour reprendre le club de football des Girondins de Bordeaux. En effet, le 22 avril, King Street, le fonds d’investissement américain propriétaire des Girondins de Bordeaux, a annoncé « qu’il ne souhaitait plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs ».

François Pinault, par ailleurs propriétaire du Stade rennais (Ligue 1) s’est dit « ému à l'idée de voir les Girondins de Bordeaux en risque de disparaître ( …) comme tous les Français amoureux du football ». Il a appelé ses « collègues propriétaires (de grands crus, ndlr) à se réunir afin de préparer un projet de reprise des Girondins ».

François Pinault se dit « prêt à apporter (s)on soutien à toute opération montée par les acteurs du vin » et dit qu'il le fera « avec enthousiasme ». Déjà actionnaire du Stade rennais, le règlement de la Ligue 1 lui interdit de reprendre entièrement les Girondins.

Selon les informations du journal 20 Minutes, le déficit du club s’élèverait aujourd’hui à plus de 100 millions d’euros. En cas de dépôt de bilan, les Girondins risquent au moins la relégation en division inférieure, mésaventure qui leur est arrivée, il y a 30 ans, en 1991. En cas de liquidation, ils retrouveraient les championnats amateurs.

« Je pense que l'existence du club mythique que sont les Girondins est importante pour Bordeaux, son rayonnement, son équilibre auxquels tous les propriétaires viticoles ne peuvent que s'identifier », a indiqué François Pinault. Ce dernier, âgé de 84 ans, 27e fortune mondiale en 2020, et 6e fortune française, est propriétaire de plusieurs vignobles Château Latour (Pauillac – Médoc), Domaine d'Eugénie (Vosne-Romanée), Château-Grillet (AOC) Condrieu) etc. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde