Aller au contenu principal

Les Hauts-de-France mettent le paquet sur les protéines

Lors du Sia, les Régions Hauts-de-France, Grand Est et Normandie ont annoncé qu’elles s’engageaient avec Bioeconomy For Change (ex pôle IAR) et Protéines France dans le but de devenir des leaders des protéines. 

À l’image de la culture de lupin qui se développe en Hauts-de-France, la Région s’engage dans un programme d’action  pour devenir un des leaders des protéines végétales, d’algues et d’insectes. 
À l’image de la culture de lupin qui se développe en Hauts-de-France, la Région s’engage dans un programme d’action pour devenir un des leaders des protéines végétales, d’algues et d’insectes. 
© Pixabay

Devenir un des leaders européens de la protéine et des nouvelles ressources : telle est l’ambition de la Région Hauts-de-France, dotée depuis 2018 de son «Master plan de la bioéconomie». Comme le Salon international de l’agriculture (Sia) est propice aux annonces, ce 28 février, elle a annoncé s’engager avec les Régions Grand Est et Normandie auprès de Bioeconomy For Change (ex pôle IAR) et Protéines France pour «mettre en œuvre un programme d’action pour faire de la France et des trois régions des leaders des protéines végétales, d’algues et d’insectes». 

Pour la Région, «la demande croissante des consommateurs pour ce type d’aliments est une opportunité à saisir pour les territoires afin d’y développer des projets ambitieux d’innovation et d’industrialisation», note-t-elle dans un communiqué. Les projections 2030-2050 démontrent en effet que la disponibilité en protéines ne suffira pas à répondre à la demande mondiale. La France importe 45 % de ses besoins en la matière. «L’objectif est donc de répondre au double défi d’une plus grande souveraineté protéique et d’une demande croissante (15 à 20 % par an), tant pour l’alimentation humaine qu’animale», est-il ajouté. 

Les trois régions veulent donc saisir leur opportunité. Elles vantent leurs atouts : des protéines diversifiées et complémentaires (protéines végétales, d’insectes, d’algues, fermentation, lait, animal), une présence sur toute la chaîne de valeur, des semences à la distribution, en passant par la production d’aliments, de fortes capacités de recherche et d’innovation, une réalité industrielle… 

 

Un événement d’envergure

Dans le cadre de ce partenariat, trois grands engagements ont été actés. Il s’agit tout d’abord de «développer une market place des protéines du futur afin de favoriser les partenariats technologiques et commerciaux : recensement des expertises, compétences, offres et besoins, mise en avant sur les portails bioéconomie régionaux.» Il faudra ensuite «structurer des projets d’innovation entre les acteurs, notamment par la mise en place d’un appel à manifestation d’intérêt commun sur les protéines.» Enfin, un «événement d’envergure européenne autour des protéines» devrait être organisé d’ici le prochain Sia afin de démontrer le leadership des trois régions sur le sujet. À la clé, pour les locaux : une création de valeur et des emplois, tout en répondant aux exigences des transitions environnementales et économiques. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde