Aller au contenu principal

Les horticulteurs attendent l'autorisation de la vente à la ferme

Quinze jours après que la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a déclaré devant le Sénat que les plants potagers étaient considérés comme des produits de première nécessité, aucun texte réglementaire n'autorise les horticulteurs à accueillir des clients sur leurs exploitations, regrette la FNPHP (horticulteurs et pépiniériste, FNSEA). L'arrêté du 23 mars (relatif à l'état d'urgence sanitaire) n'a pas encore été modifié. Il établit une liste des établissements pouvant déroger à l'interdiction d'accueil du public, dans laquelle ne figurent pas les horticulteurs, à l'inverse de la grande distribution ou des animaleries. Contacté le 15 avril, le directeur de la FNPHP Julien Legrix demande «un cadre clair et sécurisant». Faute de texte national, il constate des disparités importantes selon les départements. De leur côté, les jardineries/animaleries ont bénéficié d'une clarification après une décision de la cellule interministérielle de crise le 6 avril, leur permettant d'ouvrir leurs rayons jardineries. La FNPHP dénonce donc une distorsion de concurrence entre les horticulteurs en vente directe et les autres canaux de distribution. La situation serait d'autant plus mal vécue, que «la demande est très forte» en cette période de confinement et de beau temps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde