Aller au contenu principal

Les horticulteurs dans le flou, malgré la vente de plants

Dans ce contexte de confinement, les plants potagers ont été classés «achats de première nécessité», ce qui autorise les horticulteurs à ouvrir à nouveau. Mais en pratique, ce n’est pas si simple.

La vente des plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité, donc les horticulteurs peuvent ouvrir à nouveau. Mais difficile pour eux de faire respecter les mesures barrières…
La vente des plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité, donc les horticulteurs peuvent ouvrir à nouveau. Mais difficile pour eux de faire respecter les mesures barrières…
© Serre de Villers-Campsart

«La vente des plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité», a annoncé la secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie Agnès Pannier-Runnacher le 1er avril, en réponse а une question du sénateur Emmanuel Capus (Maine-et-Loire, Les indépendants). Cette décision ouvre la voie а la réouverture des établissements vendant ces produits. Mais ses modalités d'application restent floues, ou en tout cas à géométrie variable selon les départements, d'après les professionnels.

Au début du confinement, l'alimentation pour animaux de compagnie a été considérée comme «de première nécessité», mais pas les plantes d'ornement, ce qui a exclu les horticulteurs indépendants au profit des jardineries. Pour Frédéric Lemaire, gérant de la Serre de Villers-Campsart, à l’ouest de la Somme, la concurrence déloyale était d’ailleurs sa plus grosse crainte. «Certains magasins ont le droit de rester ouvert car ils vendent des produits alimentaires. C’est bien normal. Mais si ces mêmes magasins vendent des produits similaires aux nôtres, comme des chrysanthèmes ou des plants d’échalotes, de pommes de terre ou d'oignons, alors ce sera double catastrophe pour nous, car les clients n’attendront pas notre réouverture», s’alarmait-il dans nos colonnes mi-mars.

Cette récente décision d'autoriser la vente de plants potagers est donc une «petite victoire face а une injustice», a réagi Mickaël Mercier, président de Val'Hov, l'interprofession de l'horticulture, de la fleuristerie et du paysage. De son côté, le directeur du SNPHP (horticulteurs et pépiniéristes, FNSEA), Julien Legrix, conseille а ses adhérents de se tourner vers les préfectures qui «ont pris la liberté d'apporter des cadrages plus clairs qu'au niveau national». Julien Legrix a confié а l'AFP attendre «une communication du ministère» afin d'«assainir des situations de concurrence déloyale entre départements».

Impossible de gérer les flux

Frédéric Lemaire, ainsi que d’autres pépiniéristes de la région, trouve cette décision «dépourvue de bon sens». «En concertation avec d'autres jardineries, nous faisons le choix de rester fermé pour participer à l'effort de confinement national», prévient-il ses clients sur Facebook.  «Même si nous perdons beaucoup d’argent, nous refusons de risquer de mettre les salariés et les clients en danger. Si nous ouvrons les portes, nous serons dans l'incapacité de gérer les flux de clients et de faire en sorte que les gestes barrières soient respectés», ajoute-t-il.

La Serre de Villers-Campsart fonctionne tout de même en drive : il s’agit de passer commande au 03 22 90 89 31, l’équipe de la serre prépare les plantes et le client n’a plus qu’à la récupérer à l'heure convenue. «Ce système est très chronophage, et ne représente que 15 % du chiffre d’affaires habituel, mais j’ai fait le choix d’assurer le service pour mes clients», confie le gérant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde