Aller au contenu principal

Les JA : promouvoir le métier ne s'arrête pas aux frontières

Le 48ème Congrès des Jeunes agriculteurs à Saint-Brieuc a réaffirmé les fondamentaux du syndicat sur l'installation avec une dimension plus internationale.

Thomas Diemer, nouveau président de JA, a plaidé 
pour " un accompagnement adapté de tous les porteurs de projet par tous les acteurs de l'installation, coordonnés".
Thomas Diemer, nouveau président de JA, a plaidé
pour " un accompagnement adapté de tous les porteurs de projet par tous les acteurs de l'installation, coordonnés".
© ACTUAGRI

Le 48ème Congrès des Jeunes agriculteurs s'est achevé le 5 juin à Saint-Brieuc avec un conseil d'administration renouvelé et un nouveau bureau qui compte suivre les orientations amorcées par la précédente mandature puisque «les positions défendues par l'équipe précédente résultent d'un cheminement démocratique, elles traduisent la volonté du syndicat», a déclaré Thomas Diemer, nouveau président de Jeunes agriculteurs qui succède à François Thabuis.
Même si cela doit de temps en temps se traduire par des discussions animées avec la Fnsea dont le président Xavier Beulin a rappelé que cela n'avait pas empêché les deux syndicats d'avoir eu, avec l'équipe sortante, des combats «pour la plupart partagés» avec des succès à l'arrivée. Et ce, malgré «des dialogues difficiles, tendus, vifs, qui sont le propre du syndicalisme». «Jamais le président de la Fnsea ne vous demandera de vous subordonner», a-t-il ajouté.

Le renouvellement des générations d'abord
Première priorité de JA rappelée par Thomas Diemer, le renouvellement des générations qui passe par «un accompagnement adapté de tous les porteurs de projet par tous les acteurs de l'installation, coordonnés». Une table-ronde a permis d'échanger sur ce sujet en évoquant notamment les complémentarités possibles entre les niveaux européen, national et régional pour favoriser l'installation des jeunes.
Si elle permet une meilleure prise en compte des diversités locales, la délégation aux régions du deuxième pilier de la PAC soulève la crainte d'un désengagement de l'Etat. Ces inquiétudes, les jeunes agriculteurs ont pu les manifester devant le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll venu conclure le congrès et répondre aux questions de la salle. S'il a écouté avec attention les témoignages mécontents sur les sujets sensibles comme le loup ou Notre Dame des Landes, il a aussi rappelé son engagement à soutenir les installations. Le dernier Conseil supérieur d'orientation de l'agriculture a notamment confirmé la prise en compte de beaucoup de préoccupations des JA.

L'importance des Points accueil installation
Interrogé sur le financement des installations et notamment le maintien des prêts bonifiés, le ministre a ainsi exprimé sa volonté de «maintenir les outils existants en les adaptant pour qu'ils soient les plus efficaces possibles». Stéphane Le Foll a également souligné l'importance des Points accueil installation, pour lesquels il souhaite renforcer les financements. Quant à la possibilité de transformer les Earl en Gaec pour la reconnaissance de tous les actifs, autre enjeu pour la profession, le ministre s'est montré moins enthousiaste. «La Commission européenne est réticente» explique-t-il. Sur ce point, Thomas Diemer a bien l'intention de «redonner foi au ministre», car «on est très attachés à cette position, importante pour l'installation».

Défense du modèle familial
Pour des politiques agricoles efficaces, la reconnaissance des agriculteurs reste également une priorité, rappelle également Thomas Diemer. Ce qui passe en France par la mise en place d'un registre de l'agriculture, au sujet duquel «on va vers la bonne solution», a expliqué Stéphane Le Foll.
Mais ces combats ne doivent pas être menés uniquement dans le cadre français : en témoigne le rapport d'orientation adopté par Jeunes agriculteurs le 4 juin. Mettant en valeur «Une seule agriculture, celle des Hommes», le titre même du rapport signifiant l'universalité de la vision. Les JA défendent un modèle familial, excluant une agriculture de firme aux mains d'investisseurs peu attachés au territoire et une agriculture de subsistance trop peu productive pour répondre à la demande alimentaire.
Le caractère familial s'avère, pour les JA, le seul mode d'exploitation viable et durable, avec des chefs d'exploitation qui sont des agriculteurs passionnés et ancrés sur le territoire même quand ils connaissent des périodes difficiles. Le rapport reste volontairement large quant à la définition du modèle familial, pour le rendre accessible au-delà des frontières.

"Terres de Jim"
JA souhaite en effet, à l'occasion des Terres de Jim en septembre 2014, organiser un Sommet mondial de jeunes agriculteurs qui signeront un manifeste en faveur de l'agriculture familiale. Ce document réunira les grandes orientations des jeunes agriculteurs du monde pour l'agriculture de demain. Une «ouverture aux autres» nécessaire pour «relever les défis qui nous attendent», selon Thomas Diemer. Les Terres de Jim, prochain rendez-vous clé de Jeunes agriculteurs, marquera la rentrée syndicale de 2014. Avec le soutien du ministre de l'Agriculture qui a rappelé son engagement dans cet évènement devant montrer «montrer le beau visage de notre pays, celui des jeunes agriculteurs et des jeunes agricultrices».

Thomas Diemer nouveau président de Jeunes Agriculteurs

Thomas Diemer a été élu président de Jeunes agriculteurs (JA) au congrès de Saint Brieuc. Agé de 31 ans, il succède à François Thabuis. Il était auparavant trésorier de JA depuis 2012, en charge des dossiers foncier, alimentation/circuits courts, juridique/fiscal et distribution. Agriculteur à Hurtigheim dans le Bas-Rhin, il a rejoint en 2005 l'exploitation familiale de ses parents et produit des céréales, des betteraves, de la vigne, de la viande bovine, ovine et des volailles.
Il est également vice-président d'Afdi (Agriculteurs français et développement international).

Le nouveau bureau
Président : Thomas Diemer.
Secrétaire général : Florent Dornier, producteur de lait en Franche-Comté.
Trésorier : Christophe Lenaerts (Midi-Pyrénées).
Vice-présidents : Julien Bigand (Franche-Comté), Jérémy Decerle (Bourgogne), Céline Imart (Midi-Pyrénées) et Stéphane Lecoq (Pays de la Loire).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde