Aller au contenu principal

Les limousines de Nord Picardie se défendent bien

L’Assemblée générale de la section «Nord Picardie» du Herd-Book Limousin (HBL) s’est tenue le mardi 29 octobre à la Scea de Lavergny à Parfondru (02).

La section Nord Picardie est en hausse de 9 % du nombre d’adhérent au Herd-Book Limousin.
La section Nord Picardie est en hausse de 9 % du nombre d’adhérent au Herd-Book Limousin.
© HBL



À la fin de la campagne 2018-2019, le Herd-Book Limousin national comptait 1 437 numéros de cheptels, soit 45 de moins que sur la campagne précédente, soit une évolution négative de 3 %. En effet, on compte au total 52 nouvelles adhésions pour 97 démissions. Ces démissions sont dues à différents facteurs : cessations d’activité générale ou d’élevage, arrêt du Contrôle des performances, regroupement de cheptels ou encore diverses raisons (économique, sanitaire, santé...). Ces différentes causes, notamment économiques, ont amené le Herd-Book Limousin à réadapter son offre de services aux éleveurs et à proposer un service qui ne soit pas uniquement orienté vers la certification, qui n’apparaît pas pour eux comme une priorité.

Adhérents en hausse en Nord-Picardie
Au cours de la campagne 2018-2019, les adhérents de l’association ont été interrogés sur le type d’adhésion qu’ils souhaitaient à compter du 1er juillet. Beaucoup d’entre eux ont ainsi renouvelé leur confiance au Herd-Book Limousin en choisissant le «pack expertise» à 91 % ou en poursuivant avec le «pack certification» (9 %). Les élevages qui ont choisi de quitter le HBL l’ont fait pour les mêmes causes qu’habituellement. Pour 80 % d’entre eux, il s’agit d’une démission suite à une cessation d’activité (départ en retraite), à l’arrêt de l’atelier bovins allaitants ou à la démission du contrôle de performances. À l’échelle des sections, Midi-Pyrénées demeure sur la 1ère marche du podium avec 224 adhérents devant la Corrèze avec 175 et la Haute-Vienne, 139. La plus forte progression est à mettre à l’actif de la section Nord-Picardie avec un nombre d’adhérents en augmentation de 9 %. Celle-ci compte 24 adhérents sur la campagne écoulée. On compte en effet une seule démission pour trois nouvelles adhésions : Earl de Vailly (02), Earl des Bauges (62) et Andréa Lenne (80).

Les vaches cotisantes
Le nombre de vaches cotisantes suit la diminution du nombre d’adhérents. Il s’établit désormais à 70 606, avec une diminution d’1,4 % sur la dernière campagne. Celle-ci s’explique également par le départ de troupeaux aux effectifs importants. Par ailleurs, l’augmentation de la taille des troupeaux ne compense plus la perte de troupeaux adhérents. La section Corrèze occupe toujours la première place en nombre de vaches cotisantes (12 134 vaches), devant Midi-Pyrénées (10 285) et la Haute-Vienne (9 418). Dans la section Nord Picardie, la section compte 798 vaches cotisantes, soit une progression de 53 animaux (+ 7 %), avec un taux de cotisation de 69 %.

Une campagne de certification «encourageante»
Après une précédente campagne marquée par une forte hausse, le nombre de femelles certifiées HBL continue d’augmenter : + 2,4 % (20 042). La certification des mâles diminue avec une courbe qui s’infléchit très légèrement (5 289, soit - 1,2 %). Cette campagne se révèle donc plutôt encourageante au regard du nombre d’animaux certifiés sur l’ensemble du territoire. Sept sections du Herd-Book voient leur nombre de femelles certifiées augmenter quand celle des mâles progresse dans six sections. À noter également que le nombre de femelles certifiées ainsi que celui des vaches enregistrées augmentent cette campagne. Même si cette augmentation demeure assez faible, cela constitue des signes encourageants au regard des chiffres de nombreuses sections. Les sections les plus actives en termes de certification sont la Corrèze (4 277), la Haute-Vienne (3 462) et Midi-Pyrénées (3 083). À l’échelle nationale, on constate une augmentation de 1,7 % du nombre d’animaux certifiés. Dans la section Nord Picardie, la section a fait certifier sur la campagne 45 mâles (- 10 %), et 232 femelles (+ 13 %). Le total est de 277 animaux certifiés soit 1 % de l’activité nationale.

Un pointage stable et régulier
Cette année encore, l’équipe des inspecteurs a largement assuré ce service auprès de tous les adhérents, toutes les femelles de renouvellement ayant été une nouvelle fois pointées sur une période de 3,5 mois. Sur cette campagne, 21 447 génisses ont été pointées, soit un effectif en diminution de 3 % par rapport à la campagne précédente avec 3 180 génisses en moins. Cette baisse est concomitante à la diminution du «troupeau France». Dans la section Nord Picardie, le pointage a porté sur 139 génisses.

Hausse du nombre de vaches et taureaux qualifiés
Après une stabilisation des effectifs sur la campagne précédente, le nombre de femelles qualifiées RR (Top 10 % supérieur de la race, 2 833 contre 2 327) et RRE (Top 1 % supérieur de la race, 998 contre 811) repart à la hausse sur cette campagne. Les vaches qualifiées RRE représentent 2 % des vaches certifiées TA. Les sections Aquitaine, Auvergne, Grand-Est, Midi-Pyrénées et Pays de Loire se distinguent au niveau national en qualifiant davantage de vaches RR proportionnellement aux vaches cotisantes de leur section. Le nombre de taureaux qualifiés sur descendance en ferme diminue sur cette campagne avec 156 taureaux qualifiés RR VS (- 22 en France, faisant suite à une année 2018 exceptionnelle ; auxquels s’ajoutent 5 taureaux luxembourgeois), tandis que 33 taureaux ont été qualifiés RRE VS en France (+ 1, auquel s’ajoute 1 taureau luxembourgeois). Dans la section Nord Picardie, 22 femelles ont été qualifiées RR et 7 RRE. Du côté des mâles, 2 ont été qualifiés RR VS en 2019 et font partie des 156 meilleurs de leur génération à l’échelon national (Top 10 % supérieur). Il s’agit d’Ilong, de l’EARL Saint-Roch et de Jordy de l’élevage d’Antoine Mantel, tous deux installés dans le Pas-de-Calais.

Des exportations partout en Europe
Avec 2 326 pedigrees édités sur la campagne, on assiste à une très légère diminution par rapport aux campagnes précédentes (- 47 par rapport à 2017-2018). Les principaux pays importateurs de cette génétique à haute valeur ajoutée sont l’Espagne avec 649 femelles et 116 mâles, l’Italie (474/81), la Serbie (279/3), la Hongrie (117/16) et le Portugal (79/15). Viennent ensuite la Belgique, la Lituanie, la Pologne et le Luxembourg. Une vingtaine de pays d’Europe importe la génétique Limousine. Hors Union européenne, des animaux ont également été expédiés vers le Maghreb et le Moyen-Orient.

 

 

Ils ont brillé au concours inter-régional de La Capelle

L’inter-régional limousin de La Capelle s’est tenu les 31 aout et 1er septembre derniers, à l’occasion de la Foire aux Fromages. Ce concours a réuni une vingtaine d’éleveurs, une cinquantaine d’animaux venus de quatre départements des Hauts-de-France, et a été jugé par Damien Panafieu, éleveur de limousines. Venu du Cantal pour l’occasion, il a su émailler ce concours de commentaires clairs et intéressants pour le public, permettant de mettre en valeur la race limousine.

Aperçu du palmarès :

Négoce TI, jeune mâle de 24 mois, né et appartenant à la SCEA du Tignon (02), fils de Isaac (Elite x Lux) x Hortense RR (Délice x Neuf), a remporté le challenge d’espérance mâle.

Onde, jeune femelle de 18 mois, fille de Jackpot RR VS (Fanon P / Clovis) x Joconde (Clown x Vison) appartenant au Gaec de l’Allière (14), a remporté le challenge d’espérance femelle.

Jeunesse RRE, vache suitée de 5 ans, appartenant à Antoine Mantel (62) est une fille du fameux taureau Farceur MN RRE VS x Acidulée RRE (Trèfle / Ogre) suitée de Précieuse, une jeune femelle de 3 mois et demi, fille de Magma RJ (Edam) ; laquelle est sacrée meilleure femelle adulte, ainsi que meilleure femelle qualifiée de cet inter-régional.

Nounours, ce taureau de 30 mois, nés au Gaec Launay (35) et appartenant à la SCEA La vallée (14) est un fils de Ioda (Diabolo Z x Udin) x Ida (Carnaval x Udin), est sacré meilleur mâle adulte ainsi que meilleur animal du concours.

Deux veaux de la région qualifiés «espoir» à Lanaud

Après 594 en 2017-2018, 589 veaux sont entrés sur la campagne, dont 203 provenant de la région Limousin (34 %), 386 hors région Limousin (66 %) et un veau en provenance du Luxembourg. Au total, 229 veaux sont ressortis qualifiés «Espoir» et 218 «RJ». 37 veaux ont été évalués à la Station de contrôle individuel de moussours dans le cadre du schéma d’insémination animale. Les sections Midi-Pyrénées (97), Haute-Vienne (78) et Corrèze (74) sont les premiers apporteurs en nombre, juste devant l’Auvergne (59) et la Creuse (51). Par ailleurs, on constate que l’hétérogénéité dans la répartition des sections pourvoyeuses de veaux à Lanaud est moins prononcée sur cette dernière campagne, les apports et les achats s’en trouvant mieux équilibrés. La Station nationale de qualification continue de jouer pleinement son rôle de diffusion de la génétique de façon homogène au sein des sections du HBL. Sur la campagne, 76 % des veaux Espoirs se sont vendus le jour de leur mise en vente à 3 155 € de moyenne, et 98 % à une moyenne de 4 853 € chez les RJ. La troisième édition de la vente des «Génisses de Lanaud» affiche cette année encore 100 % de taux de vente et un prix moyen en baisse à 2 950 €. Au total, ce sont 91 veaux (dont 42 Espoir et 49 RJ) et 13 génisses qui sont partis à l’export, soit une très nette progression. Dans la section Nord Picardie, les éleveurs de la section ont apporté 3 veaux à la station de Lanaud dont 2 ont été qualifiés Espoir. Par ailleurs, les éleveurs originaires de cette section se sont portés acquéreurs de 5 veaux, dont 3 Espoirs et 2 RJ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde