Aller au contenu principal

Les maïsiculteurs européens jugent les droits de douane insuffisants

La CEPM (maïsiculteurs européens) juge insuffisants les droits de douane sur le maïs, activés le 27 avril, vu notamment les concessions tarifaires accordées lors des négociations internationales. «Le prix à l’intervention pour le maïs, sur lequel sont calculés et déclenchés les droits de douane, n’a pas été réévalué depuis vingt ans, ce qui limite l’efficacité d’une mesure qui n’est déclenchée qu’en situations de marché extrêmement critiques», selon un communiqué. Une «chute massive» des cours américains a permis l’activation des «droits (qui) devraient rester limités (5,27 €/t, actuellement)», compte tenu de la faible parité €/$, ajoute l’organisation. Cet instrument apparaît fragilisé par des concessions tarifaires, selon elle. «Depuis la ratification du Ceta, le maïs canadien peut être importé sans droits de douane, souligne le communiqué. C’est aussi le cas du maïs serbe et également d’un contingent de 1,225 Mt de maïs ukrainien en 2020.» La CEPM dénonce les «plus de 19 Mt» d’importations par l’UE fin 2019-20, qui en font le premier acheteur mondial sur quatre campagnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde