Aller au contenu principal

Les marchés agricoles européens reprennent de la vigueur

Depuis avril, la plupart des secteurs agricoles se sont relancés avec des prix revenus à leur niveau d’avant la pandémie de Covid-19, indique le commissaire Janusz Wojciechowsk. Le secteur de la viande en particulier enregistre globalement de belles performances, tout comme l’huile d’olive. Toutefois, le gel printanier a fortement fragilisé les secteurs du vin et des fruits et légumes faisant craindre une pénurie de pêches, nectarines et abricots. 

Dans l’ensemble, la plupart des prix des produits agricoles sont revenus à leur niveau d’avant crise, voire à un niveau supérieur. C’est le cas, entre autres, des céréales.
Dans l’ensemble, la plupart des prix des produits agricoles sont revenus à leur niveau d’avant crise, voire à un niveau supérieur. C’est le cas, entre autres, des céréales. 
© Nord Céréales

Malgré un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, le commissaire à l’Agriculture Janusz Wojciechowski a indiqué, le
29 juin, à l’occasion d’un Conseil des ministres à Luxembourg, que «dans l’ensemble, nous avons assisté à une reprise assez rapide du marché post-Covid au cours des deux derniers mois et la plupart des prix sont revenus à leur niveau d’avant crise, voire à un niveau supérieur». En particulier pour les produits d’animaux, «où la crise est déjà derrière nous et où les marchés sont forts», poursuit-il. Sur ce point, il précise que «les prix de la viande bovine, de la viande porcine, de la volaille et des ovins sont nettement supérieurs à la moyenne sur cinq ans». Toutefois, dans certains États membres tels que l’Espagne et la Lettonie, le secteur de l’élevage reste toujours vulnérable. 

Quant aux marchés du lait, du sucre ou encore des céréales, le commissaire souligne le retour d’un certain dynamisme avec des prix qui se stabilisent, voire augmentent. Par exemple, pour les produits laitiers de l’UE, les prix ont enregistré une hausse à deux chiffres. Concernant le prix du sucre, il a atteint 394 €/t en mars, soit une hausse de 19 € par rapport à l’année dernière, indique Bruxelles. Et d’ajouter que le marché du riz est aussi marqué par des prix domestiques élevés. 

 

Relance du commerce de vin et d’huile d’olive 

Le commerce de vin et d’huile d’olive affiche aussi des signaux positifs, «sous l’effet de la suspension, en février, des droits de douane supplémentaires par les États-Unis», souligne le commissaire. En mars, le niveau d’échange de vin en volume et en valeur a enregistré une hausse significative, de respectivement 24 % et 26 % par rapport à février (soit un niveau plus élevé que la moyenne quinquennale). Quant aux exportations d’huiles d’olive de l’UE vers les pays tiers, elles ont augmenté de 7 % au cours des sept premiers mois de la campagne de commercialisation actuelle. Par ailleurs, les prix dans le secteur de l’huile d’olive sont passés «au-dessus de la moyenne sur cinq ans dans tous les États membres», indique la Commission. 

En revanche, en raison du gel printanier, certains États membres tels que la France, l’Italie et la Grèce ont rapporté que le secteur du vin tout comme celui des fruits et légumes, ont été sévèrement touchés avec des impacts négatifs sur l’industrie de transformation et sur les activités d’exportation. Sur le marché des fruits et légumes, Janusz Wojciechowski a indiqué qu’il fallait «s’attendre à une pénurie importante de pêches, de nectarines et d’abricots avec l’une des plus petites récoltes européennes depuis trente ans, soit une baisse estimée de 35 à 40 % par rapport à la moyenne sur cinq ans». 

En outre, après une année record en 2020, Bruxelles observe une «baisse à deux chiffres des importations et des exportations de fruits et légumes par rapport à l’année précédente», et précise que «cette situation est conforme à celle des autres secteurs agroalimentaires tout en étant fortement impactée par le Brexit». 

 

Reprise des échanges avec le Royaume-Uni 

Depuis la fin de la période de transition, les échanges agroalimentaires entre l’UE et le Royaume-Uni ont fortement diminué, note Bruxelles. En janvier, les exportations européennes ont atteint 2,5 Mds €, soit 23 % de moins que la performance moyenne au cours des quatre dernières années. Alors que les importations agroalimentaires de l’UE sont inférieures de 66 % à la moyenne mensuelle des quatre années précédentes. Selon l’exécutif européen, cette nette baisse pourrait être liée en partie à certaines difficultés que les opérateurs britanniques ont rencontrées aux frontières de l’UE en matière de contrôles sanitaires et phytosanitaires (SPS) et de formalités administratives. 

Toutefois, en février, les échanges ont repris partiellement avec une hausse mensuelle des exportations (2,9 Mds €). Et en mars, cette tendance haussière s’est confirmée puisque les exportations de l’UE vers le Royaume-Uni ont atteint 3,7 Mds €, ce qui est proche des chiffres normaux (0,6 % de plus que la moyenne sur quatre ans), précise la Commission. En revanche, les importations de l’UE sont restées quelque peu déprimées (25 % de moins que la moyenne sur quatre ans), atteignant 1 Mds €. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Pulpes
Tereos met les pieds dans le plat de pulpes avant le début de campagne
Les adhérents de la coopérative Tereos ont reçu il y a quelques jours (11 avril) une note dans laquelle le groupe détaille les…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Première étape pour les candidats, sous l’œil attentif du responsable de production de Picvert, Christophe Ringard (à g.) : différencier un chénopode d’une pousse de mâche.
Les indispensables petites mains des champs se raréfient
Chaque printemps, le casse-tête de la main-d’œuvre est de plus en plus sévère pour les producteurs de légumes. Le Groupement d’…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde