Aller au contenu principal

Les marchés céréaliers sous pression d’abondantes récoltes en vue

Si le blé garde une capacité de rebond, le maïs traverse une phase difficile.

© AAP


«De nombreux voyants sont au vert pour la production mondiale de céréales, souligne Damien Vercambre chez inter-Courtage. Ça se présente très bien côté Europe, en blé et même en maïs, grâce aux pluies». Le tableau apparaît plus sombre aux Etats-Unis, notamment dans les plaines du sud, où mûrissent avec difficulté des plants de blé rouge d’hiver très affectés par des mois de sécheresse. Mais là aussi, les derniers bulletins météo viennent rassurer les marchés. Reste particulièrement surveillée la situation des blés au sud de la Russie, en proie à un stress hydrique aggravé par une vague de chaleur.
Le dernier rapport mensuel du département américain à l’Agriculture (Usda), publié le 9 mai, souligne l’abondance de la production mondiale pour 2014-15, à 697 Mt de blé (-2,4 %). En maïs, à 979 Mt, elle devrait être quasi similaire à celle de la campagne qui s’achève, marquée par des récoltes records.

Retour aux fondamentaux
«Le potentiel de production en blé en Europe est actuellement prometteur», appuie le cabinet Agritel, qui estime que la récolte pourrait atteindre 137,9 Mt. La Commission européenne est un peu moins optimiste : elle table sur 135,9 Mt pour le blé (37,4 Mt en France contre 36,8 Mt l’année précédente), ce qui représenterait tout de même une hausse d’environ 1,5 Mt par rapport à la récolte antérieure. Pour le maïs, un peu plus de 69 Mt seraient récoltées, soit un niveau stable.
«Les fondamentaux ont repris le dessus», souligne Coop de France dans son hebdomadaire paru le 16 mai. En d’autres termes, les spéculations liées aux conditions météo ou à l’instabilité géopolitique sont passées au second plan. Les marchés subissent la pression des bonnes perspectives de récoltes mondiales.

Le maïs pèse sur le blé
Pendant la première quinzaine de mai, le cours du blé sur le marché français a perdu 11 à 15 euros la tonne, selon les parités, pour les livraisons mai/juin, relève la publication de la coopération agricole. En nouvelle récolte, il a baissé de 6 à 10 euros la tonne. «Le marché a intégré l’instabilité en Ukraine : les opérateurs n’en ont pas rajouté sur la prime de risque», explique notamment Jean Charzat, de la société de négoce Bunge.
Après s’être dégonflés, les prix peuvent-t-ils rebondir ? «Certains pensent que les conditions de cultures en Russie, aux Etats-Unis, les tensions en Ukraine peuvent alimenter une hausse du marché», rapporte Damien Vercambre. Jusqu’à la récolte, les cours peuvent fluctuer sous l’influence de la météo : c’est le «weather market».
Agritel estime que si le blé garde une capacité de rebond, le maïs «traverse une phase difficile. Néanmoins le potentiel de repli paraît moins important que ce qui a pu être observé en 2013». Le marché mondial ploie sous d’importants stocks de maïs. Cela pèse sur le cours du blé. «Les prix de la nouvelle récolte ne devraient pas dépasser ceux de l’ancienne», estime Jean Charzat, qui pointe le manque de compétitivité du blé origine UE.
Un espoir vient de l’affaiblissement de la monnaie unique, dans un marché qui anticipe une action de la BCE (Banque centrale européenne) début juin, afin de stimuler l’économie de la zone euro et peser sur une devise jugée trop forte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde