Aller au contenu principal

Economie
Les mesures agricoles du plan de résilience

Le Premier ministre a présenté mercredi 16 mars un plan de résilience économique et sociale pour faire face, notamment, aux augmentations brutales du prix de matières premières liées à la guerre en Ukraine. Plusieurs mesures concernant directement le monde agricole ont été dévoilées par le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie.

Présentation plan de résilience
Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, lors de la présentation des mesures agricoles du plan de résilience, le 16 mars.
© Matignon - Capture d'écran

Le ministre de l'Agriculture a annoncé en conférence de presse le 16 mars les mesures d'urgence contenues dans le plan de résilience qui concerneront le secteur agricole. Deux mesures visent les carburants : en sus des 15 ct/l de remise à la pompe déjà annoncés sur la gazole non routier (GNR), les agriculteurs bénéficieront d'un remboursement anticipé de la TICPE 2021 (attendu habituellement en juin), et sur demande d'un acompte de 25% du remboursement de la TICPE 2022, à partir du 1er mai.

Le secteur agricole et agroalimentaire sera par ailleurs éligible à l'aide transversale dédiée aux entreprises fortement consommatrices de gaz et d'électricité (plus de 3% de leur chiffre d'affaires) et déficitaires en 2022, dont « la moitié du surplus » de charges pourra être pris en charge « dans la limite de leurs pertes ». Ce dispositif devrait notamment s'adresser « aux maraîchers, aux producteurs de volaille, aux sucreries, aux entreprises laitières qui sèchent le lait », a cité le ministre.

Des aides ciblées toucheront les élevages « fortement dépendants en aliment du bétail ». Une enveloppe de 400 M€ y sera dédiée, et versée d'ici deux mois, prenant en compte une période de quatre mois à compter du 15 mars. Une réunion est prévue « dans les prochains jours » sur ce dossier. Enfin, l'enveloppe dédiée à la prise en charge des cotisations sociales sera abondée de 60 M€ en 2022 « pour prendre en compte les exploitations confrontées à des hausses de charges qui dégradent leurs comptes ».

Des mesures « additionnelles » pour « sécuriser » la production

Au-delà des mesures d'urgence visant à conforter la trésorerie des exploitations agricoles, le plan de résilience contient aussi quatre mesures « additionnelles » ayant pour objectif de « sécuriser les producteurs et la production agricole en 2022 », a annoncé le ministre de l'Agriculture.

La première est la réunion, ce vendredi 18 mars, des acteurs des filières agroalimentaires, pour « entamer sans délai de nouvelles négociations commerciales », afin notamment de « mettre en œuvre les mécanismes d'indexation, de renégociation et du cadre des pénalités logistiques ».

Concernant les engrais, un « plan de sécurisation » de l'approvisionnement est annoncé, pour assurer la campagne d'automne. Il inclut la mise en place d'un groupe de travail dédié et « l'adaptation ou le report » de mesures « pouvant impacter la disponibilité en 2022 ».

Julien Denormandie a d'ores et déjà précisé que les discussions sur l'évaluation environnementale du stockage des engrais était reportée.

Par ailleurs, plusieurs plans (ou leur renforcement) sont annoncés « pour accélérer les transformations de long terme » : un « plan souveraineté azote » privilégiant la « production d'engrais verts » ou la «valorisation d'engrais organiques » ; le « renforcement du plan protéines végétales » dans le cadre de France 2030 ; le « développement d'un plan de souveraineté énergétique, agricole et alimentaire pour accélérer les énergies renouvelables et la décarbonation de l'amont agricole »; et enfin « l'élaboration d'un plan français et européen dédié aux fruits et légumes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Depuis 2005, afin de couvrir les emprises liées à cet ouvrage, la Safer a procédé à l’acquisition de terres agricoles pour  constituer une réserve foncière qui s’élève à ce jour à plus de 1 100 hectares.
A qui vont profiter les 1100 ha de réserves du canal Seine-Nord ?
Pour exploiter ces réserves foncières, il faut déposer sa candidature auprès de la Safer avant le 23 juin 2023.
Les amendements organiques ont une action globale et durable sur l’équilibre  et la fertilité du sol.
Des amendements organiques adaptés pour des sols fertiles à long terme
Comment va mon sol ? Pour le savoir, une analyse de terre est intéressante. Encore faut-il pouvoir interpréter les résultats, et…
Le premier Frison de la saison, Wagner de Selincourt, est né il y a deux semaines. Marien Dezoteux et Patrick Abauzit  attendent onze naissances cette année.
Les Frisons véhiculent l’image de Selincourt à l’international
À Selincourt, hameau d’Hornoy-le-bourg, une équipe de passionnés a fondé un élevage de Frisons et de KWPN Tuigpaard. Ces chevaux…
Le coût maîtrisé de l’équipement et sa facilité d’utilisation ont séduit Sébastien Gras.
Un système d’autoguidage «maison», comment ça marche ?
La Chambre d’agriculture de la Somme accompagne les agriculteurs à l'installation d'un système d’autoguidage autoconstruit pour…
Les quatre digesteurs sont capables d’ingurgiter près de 100 tonnes de matières organiques par jour.
Un méthaniseur avant-gardiste inauguré
Les associés de la SAS Sanamethan ont accueilli du monde (beaucoup) le 23 mai dernier à Vraignes-en-Vermandois pour l’…
46,57 €/t de betteraves 2022 : Saint Louis Sucre met la barre haut
Dans un communiqué du 7 juin, Saint Louis Sucre annonce le prix final des betteraves pour la campagne 2022. Il sera en moyenne,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde