Aller au contenu principal

Betteraves
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI

Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques auprès de ses coopérateurs. Le point avec Gérard Clay, président de son conseil d’administration.

Tereos
Michel Blossier – Tereos
© La sucrerie Tereos de Bucy-le-Long.

Comme ses concurrents et autres acteurs de la filière betteraves, la coopérative Tereos a appris avec « stupéfaction » la décision de la Cour de justice de l’Union européenne du 19 janvier. « Cet arrêt, écrit le président de Tereos Gérard Clay dans une lettre aux coopérateurs datée du 27 janvier, ne peut être contesté ».

Concrètement, qu’est-ce cela change ? Que les semis de la prochaine campagne (2023) devront se faire uniquement avec des semences traitées F8 (soit 8g de téfluthrine par unité) ou standard. Gérard Clay ne le cache pas, le risque de voir une partie des parcelles de betteraves être touchée par le virus de la jaunisse est plus important qu’au cours des deux dernières campagnes (2021, 2022) « alors que les stigmates des dégâts causés par la jaunisse en 2020 sont encore présents ».

Les semences F8 en substitution

Après des échanges que l’on suppose nourris au sein des commissions « betteraves » et « nutrition animale », le conseil coopératif de Tereos s’est engagé sur un certain nombre de mesures pour les adhérents de la coopérative. Gérard Clay en détaille la liste (4). La première concerne les commandes de semences pour les semis 2023 : « Elles seront automatiquement converties en F8 », prévient le président Tereos, compte tenu de l’interdiction d’enrobage des semences avec des substances néonicotinoïdes.

En ce qui concerne l’engagement des coopérateurs en termes de surfaces, celle-ci doit être comprise entre 85 et 110 % de l’engagement « sur la base de la surface objective calculée d’après la moyenne olympique 5 ans ».

Les stocks de semences de la campagne 2022 traitées avec des substances néonicotinoïdes ne pourront quant à eux pas être utilisés. Si d’aventure des planteurs comptaient sur ces reliquats 2022 pour leurs semis 2023, « leur utilisation n’est pas permise », rappelle-t-on chez Tereos, avant de promettre une opération de « retrait » et de procéder au remboursement des unités entières non-utilisées et rapportées.

Surveillance, accompagnement et indemnisation

Une fois les semis effectués, le réseau de surveillance des pucerons auquel participe le service agronomique de Tereos sera mobilisé et « renforcé », annonce la coopérative. En cas d’alerte « pucerons » détectée par un outil d’aide à la décision, des SMS seront envoyés aux planteurs situés dans les zones à risques. Cet OAD, rappelle Tereos, est développé au sein du Plan national de recherche et d’innovation (PNRI).

Au sein de l’AIBS (interprofession), Tereos est solidaire d’un certain nombre de mesures demandées aux pouvoirs publics : autorisation d’un traitement foliaire de manière dérogatoire et palliative « pour se prémunir de toute nouvelle attaque de jaunisse » pour les campagnes 2023, 2024 et 2025 ; l’encadrement des importations de sucre ; le respect par l’ensemble des pays de l’Union européenne de la décision de la CJUE et enfin la garantie d’une indemnisation  des planteurs… comme des industriels ; celle-ci devant être « corrélative » à celle des agriculteurs, prévient Tereos.

Dans la communication de Tereos, pas question en revanche à l’heure qu’il est d’envisager une revalorisation du prix 2023, l’entreprise coopérative ne dérogeant pas à ses règles habituelles de fixation de prix. « En tant que coopérateur, l'augmentation de prix, on l'espère, le but d'une coopérative étant de s'associer pour avoir la meilleure valorisation qui soit de nos produits, déclare Gérard Clay. Mais pour le moment, il nous est difficile de savoir quel sera le prix des betteraves de 2023 étant donné que la campagne de commercialisation n'a pas encore commencé. On peut supposer que le prix 2023 sera supérieur à 2022 parce que nous avons des arguments à faire valoir. Nous ferons en tous cas au mieux pour payer le maximum. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde