Aller au contenu principal

Les Pays-Bas veulent produire plus en polluant moins

Les éleveurs néerlandais ont pour objectif d'augmenter de 10 à 20% leur production de lait à la fin des quotas.

Les éleveurs néerlandais peuvent épandre 250 kilos d’azote issus des effluents d’élevage par hectare et par an.
Les éleveurs néerlandais peuvent épandre 250 kilos d’azote issus des effluents d’élevage par hectare et par an.
© Jean-Marc Guernion


Les Pays-Bas se préparent à déverser leur lait sur le monde dès la fin des quotas en 2015. Pourtant, le pays souffre de plusieurs handicaps, dont sa densité laitière, deux fois plus forte qu'en Bretagne.
Il bénéficie toutefois d’une dérogation à la directive nitrates qui lui permet d’épandre 250 kilos d’azote issus des effluents d’élevage par hectare et par an, quand le reste de l’Europe est limité à 170. Les éleveurs ajoutent en sus 115 kilos d’azote d'engrais minéraux par hectare en moyenne, afin d'être sûrs que leur herbe s’épanouisse convenablement. Et l'herbe, justement, est importante aux Pays-Bas : la dérogation n'est accordée aux élevages que si elle représente 70% de la surface de l'exploitation, utilisée en pâturage et ensilage.
Les autorités néerlandaises ont tourné la réglementation européenne à leur sauce : les surplus d'aliments achetés à l’extérieur de l'exploitation, dont les concentrés protéiques importés, ne sont pas pris en compte. 95% des producteurs de lait bénéficient de la dérogation. En externalisant la production d'aliments énergétiques, les exploitations peuvent ainsi rester très intensives (19 735 kilos de lait par hectare contre 7 224 en Bretagne, selon les chiffres de l’étude Dairyman).

Epandages de masse
Les éleveurs peuvent en outre épandre plus d'azote que les 250 kilos autorisés, moyennant le paiement de pénalités de 2,5 euros le kilo excédentaire par hectare. Selon Frans Aarts, chercheur au Wageningen-UR, un institut de recherche dans l’agriculture et l'environnement néerlandais, la ferme moyenne émet 57 kilos de nitrates supplémentaires, ce qui lui coûte 7 838 euros par an. Sans dérogation, avec un épandage limité à 170 kilos/ha, elle paierait près de 19 000 euros de pénalités par an.
Malgré ces épandages, la pollution des eaux diminue aux Pays-Bas : «Le niveau de concentration en nitrate dans les eaux souterraines atteint aujourd'hui l'objectif des 50 milligrammes par litre», affirme Frans Aarts. Mais il reste des problèmes, admet-il, comme les pertes de phosphore vers le milieu aquatique.
Malgré ces contraintes, les Pays-Bas veulent produire 10 à 20% de lait en plus après 2015. «Mais cela ne sera autorisé par l'administration qu'à la seule condition qu'il n'y ait pas d'impact sur l'environnement», prévient Frans Aarts, qui pense que «ce sera possible». Pour ça, les Néerlandais ont trouvé un «nouveau truc», explique-t-il : l'évaluation annuelle du cycle des éléments minéraux (ANCA, pour annual nutricient cycling assessment), une nouvelle façon d’appréhender les pollutions causées par l’élevage laitier tout en les réduisant, dont le coût sera pris en charge par la filière lait. Dans le système ANCA, chaque ferme doit scrupuleusement déclarer son surplus d'effluent. Les cycles des éléments minéraux sont analysés scientifiquement, et des indicateurs sont créés pour que chaque ferme puisse justifier ses performances, mais aussi les améliorer, en tendant vers les exploitations les plus efficaces. Toute la filière laitière serait impliquée, puisque les collecteurs seraient garants des données.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde