Aller au contenu principal

Mobilisation
Les pêcheurs vont descendre la Somme jusqu'à Paris

La Fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique s’associe à la fédération de pêche de Paris pour une mobilisation des pêcheurs le 17 avril, dans la capitale.

Pêcheur
Face aux attaques d’associations animalistes, on sent les pêcheurs piqués au vif.
© Pixabay

D’ordinaire si discrets, les pêcheurs vont manifester le 17 avril prochain, à Paris. L’appel que l’on voyait circuler depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux prend de l’ampleur et vient d’être relayé par la Fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique qui appellent ses ressortissants à s’y associer.

Face aux attaques d’associations animalistes, on sent les pêcheurs piqués au vif. La pêche au vif, c’est justement de cette pratique dont il est d’abord question pour expliquer la mobilisation des pêcheurs. Ces derniers évoquent dans leur communication des attaques en règle « contre l’halieutisme, avec le vif dans un premier temps », et redoutent dans un avenir plus ou moins proche « une interdiction nationale de notre loisir au mépris de la science et de notre rôle écologique ».

La mobilisation prévue dans un peu plus d’un mois devrait prendre la forme « d’un grand rassemblement et sera suivi d’une manifestation », indique la Commission fédérale pêche à Paris qui assure le relais entre l’Union des pêcheurs parisiens, la Fédération de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne pour la pêche et la protection du milieu aquatique et les autres associations en France.

Il s’agira pour les pêcheurs de s’opposer (entre autres) au projet d’interdiction de la pêche au vif évoqué en février dernier lors du vote de vœux par le Conseil de Paris et le Conseil Communautaire de Grenoble. La pêche au vif, rappellent les associations de pêcheurs, est « parfaitement légale » et « codifiée par le Code de l’environnement ». Elles rappellent en outre que la pratique de la pêche, « tradition ancestrale et loisir naturaliste » est « indispensable à la préservation des milieux aquatiques ». Une mobilisation de grande ampleur serait l’occasion de « désavouer les intégristes qui propagent de fausses vérités ». Ce qui pourrait donner des idées à d’autres…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde