Aller au contenu principal

Syndicalisme
Les producteurs de lait manifestent dans une grande surface

Prix du lait : les producteurs ne veulent pas être des victimes collatérales de la guerre entre les entreprises et la grande distribution.

© AAP

Le secteur laitier est de nouveau en crise. La faute à qui ? Mais surtout comment en sortir ? Tout le monde a en tête l’année 2009 où le prix à la production avait atteint des niveaux très bas (rappelons-nous des 220 € appliqués au mois d’avril 2009). Le prix moyen annuel était alors de 274 € par 1000 litres (38-32). Les projections indiquent que le prix moyen de l’année 2012 devrait se situer autour de 315 €. Ce qui rapproche 2012 de 2009, c’est le niveau des charges supportées par les éleveurs qui atteignent désormais des niveaux jamais atteints. Et finalement, selon Dominique Dengreville, président de l’Uplp, «nos comptes de fin d’année pourraient être une nouvelle fois dans le rouge».

Les entreprises dans une logique de baisse des prix
Si en 2009 la conjoncture des autres productions n’était pas favorable, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Bon nombre d’éleveurs laitiers pourraient revoir leur stratégie et abandonner le lait si la situation perdurait. N’importe quel secteur d’activité répercuterait ses coûts de production dans son prix de vente. En toute logique les producteurs devraient aujourd’hui aller rencontrer les entreprises pour revaloriser le prix du lait. Or celles-ci sont dans une autre logique. C’est ainsi que l’annonce faite par Sodiaal il y a un mois de baisser le prix du lait de 5 € pour notamment présenter des comptes équilibrés, comme l’expliquait Olivier Gaffet, président de Sodiaal Nord dans ces colonnes (voir AAP du 21/09), est venue déclencher les hostilités entre les entreprises. Et Lactalis d’emboiter le pas de Sodiaal un mois plus tard pour ne pas perdre en compétitivité.
«Les deux plus importantes entreprises françaises qui baissent le prix du lait. Pas besoin d’être devin pour imaginer le comportement des autres» a déclaré Dominique Dengreville lors de la réunion du conseil d’administration de l’Uplp et des délégués cantonaux de la Fdsea qui se tenait le 26 septembre à Amiens. Et de poursuivre «Nous ne pouvons pas nous permettre une nouvelle guerre entre les entreprises, car les victimes collatérales, ce sont nous les producteurs de lait».

«Le problème c’est la distribution»
Les responsables de l’Uplp ont eu l’occasion ces derniers jours de rencontrer les responsables des entreprises de la Somme, Sodiaal et VPM, pour manifester le désarroi des producteurs de lait. Les dirigeants de celles-ci ont expliqué notamment l’impossibilité de faire passer des hausses aux grandes surfaces en rattrapage des baisses consenties au printemps sur les laits UHT.

La raison : l’afflux de lait sur les marchés. Pour Dominique Dengreville, «l’important c’est de
trouver une issue positive à cette crise, nous n’avancerons pas en disant c’est la faute à Sodiaal, ou à d’autres. Le problème c’est la distribution qui est impitoyable. Et qui malgré des discours positifs sur ses sources d’approvisionnement, ou le respect des producteurs en général, met une pression considérable dans ses négociations au mépris de tous». Aussi la trentaine de délégués présents ont-ils décidé sur le champ d’aller manifester dans une grande surface d’Amiens.
Le choix s’est porté sur l’enseigne Casino de Glisy, en raison de ses pratiques réputées très dures. Les délégués présents ont rencontré le directeur du magasin M. Novis et l’ont prévenu : «acceptez les hausses demandées, il en va de notre survie. Nous sommes suffisamment déterminés pour revenir prochainement, plutôt un samedi d’ailleurs, et plus nombreux». Comme d’habitude, ce n’est pas la première fois que les producteurs manifestent dans une grande surface, le directeur s’est déclaré incompétent car ce n’est pas lui qui négocie les prix d’achat ; mais le message devrait rapidement remonter dans la hiérarchie et via les médias ce sont toutes les enseignes qui devraient l’entendre. Premier coup de semonce. Sera-t-il suffisant ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde