Aller au contenu principal

Les producteurs de légumes attendent le soutien de toute la filière

Après une campagne 2020 marquée par une revalorisation du prix des contrats avec Bonduelle, les producteurs de légumes estiment que l’effort doit se poursuivre en 2021. Et que la grande distribution doit également jouer le jeu.

La campagne 2020 a été difficile pour les producteurs qui appellent les autres acteurs de la filière à les soutenir.
La campagne 2020 a été difficile pour les producteurs qui appellent les autres acteurs de la filière à les soutenir.
© A. P.



Les efforts consentis doivent se poursuivre en 2021. C’est en substance ce que demandent les producteurs de légumes d’industrie des Hauts-de-France livrant à Bonduelle. Ils sont réunis au sein de deux organisations de producteurs (OP). OPLVert et Oplinord représentent 18 000 ha, soit 25 % des surfaces nationales. En effet, dans le cadre de la campagne 2020, «le groupe Bonduelle s’est engagé à nos côtés dans une démarche vertueuse en signant un accord de revalorisation permettant de financer une augmentation du revenu agricole et les investissements nécessaires à la transition agroécologique», rappellent les deux OP dans un communiqué.

La distribution attendue au tournant
Après la revalorisation de 2020, les OP espèrent que les «efforts engagés» vont se poursuivre en 2021, «avec une nouvelle étape de contrats revalorisés». Selon les producteurs, le recours à l’irrigation, aux techniques culturales alternatives et l’impact des aléas climatiques sur les rendements «rendent la culture de légumes de plus en plus difficile. Et de moins en moins rentable pour les producteurs». «C’est particulièrement vrai cette année, précise Éric Legras, agriculteur dans l’Aisne et président de l’OPLVert. La campagne a été très difficile, les producteurs ont dû mettre plus de moyens pour obtenir, au final, une récolte décevante.»

«Un problème global»
Éric Legras reconnaît que la filière rencontre «un problème global». La baisse des rendements a, aussi, des conséquences sur la rentabilité de l’industriel. Autre écueil : sa difficulté à répercuter la hausse des coûts de production à la grande distribution. C’est pourquoi les producteurs aspirent aussi à ce que cette dernière emboîte le pas à l’industriel. «La valeur des produits finis est insuffisante, estiment les OP. Nous appelons les acteurs de la grande distribution à se rallier aux efforts nécessaires pour soutenir une filière essentielle à la souveraineté alimentaire française.»

Une filière en sursis
Les deux organisations de producteurs ajoutent : «Nous avons impérativement besoin du soutien de tous les acteurs de la filière  industriels et distributeurs pour revaloriser le revenu agricole. Sans un soutien significatif, la filière légume sera amenée à disparaître petit à petit.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde