Aller au contenu principal

Les producteurs de légumes attendent le soutien de toute la filière

Après une campagne 2020 marquée par une revalorisation du prix des contrats avec Bonduelle, les producteurs de légumes estiment que l’effort doit se poursuivre en 2021. Et que la grande distribution doit également jouer le jeu.

La campagne 2020 a été difficile pour les producteurs qui appellent les autres acteurs de la filière à les soutenir.
La campagne 2020 a été difficile pour les producteurs qui appellent les autres acteurs de la filière à les soutenir.
© A. P.



Les efforts consentis doivent se poursuivre en 2021. C’est en substance ce que demandent les producteurs de légumes d’industrie des Hauts-de-France livrant à Bonduelle. Ils sont réunis au sein de deux organisations de producteurs (OP). OPLVert et Oplinord représentent 18 000 ha, soit 25 % des surfaces nationales. En effet, dans le cadre de la campagne 2020, «le groupe Bonduelle s’est engagé à nos côtés dans une démarche vertueuse en signant un accord de revalorisation permettant de financer une augmentation du revenu agricole et les investissements nécessaires à la transition agroécologique», rappellent les deux OP dans un communiqué.

La distribution attendue au tournant
Après la revalorisation de 2020, les OP espèrent que les «efforts engagés» vont se poursuivre en 2021, «avec une nouvelle étape de contrats revalorisés». Selon les producteurs, le recours à l’irrigation, aux techniques culturales alternatives et l’impact des aléas climatiques sur les rendements «rendent la culture de légumes de plus en plus difficile. Et de moins en moins rentable pour les producteurs». «C’est particulièrement vrai cette année, précise Éric Legras, agriculteur dans l’Aisne et président de l’OPLVert. La campagne a été très difficile, les producteurs ont dû mettre plus de moyens pour obtenir, au final, une récolte décevante.»

«Un problème global»
Éric Legras reconnaît que la filière rencontre «un problème global». La baisse des rendements a, aussi, des conséquences sur la rentabilité de l’industriel. Autre écueil : sa difficulté à répercuter la hausse des coûts de production à la grande distribution. C’est pourquoi les producteurs aspirent aussi à ce que cette dernière emboîte le pas à l’industriel. «La valeur des produits finis est insuffisante, estiment les OP. Nous appelons les acteurs de la grande distribution à se rallier aux efforts nécessaires pour soutenir une filière essentielle à la souveraineté alimentaire française.»

Une filière en sursis
Les deux organisations de producteurs ajoutent : «Nous avons impérativement besoin du soutien de tous les acteurs de la filière  industriels et distributeurs pour revaloriser le revenu agricole. Sans un soutien significatif, la filière légume sera amenée à disparaître petit à petit.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vigilance canicule : des restrictions pour la moisson
Le département de la Somme est placé en vigilance canicule orange depuis 12h ce jour. Les activités agricoles sont soumises à des…
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Quand la plaine s’embrase…
Les fortes chaleurs, la sécheresse et le vent sont le trio infernal de la moisson, augmentant les risques d’incendie dans les…
114 ha partis en fumée dans la Somme
Avec 41°C atteints ce 19 juillet, plusieurs feux de chaume et de récolte se sont déclarés dans la Somme. A 19h, 114 ha avaient…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
Pour les agriculteurs, le nouveau Système de suivi des surfaces en temps réel implique de s’approprier l’application mobile Telepac Géophotos.
À la découverte du Système de suivi des surfaces en temps réel
Le Système de suivi des surfaces agricoles en temps réel sera en place pour les contrôles des déclarations Pac dès 2023. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde