Aller au contenu principal

Les producteurs de sapins de Noël en pleine activité

Qu’est-ce qui est vert, plein d’épines et qui clignote joyeusement au milieu du salon en décembre ? C’est la pleine activité pour les producteurs de sapins de Noël, comme Eddy Goethals, à Fricamps.

Eddy Goethals cultive 4 ha de Nordmann, d’Épicéas et de Pengens. Chaque année, les 2 000 à 2 500 sapins partent comme des petits pains.
Eddy Goethals cultive 4 ha de Nordmann, d’Épicéas et de Pengens. Chaque année, les 2 000 à 2 500 sapins partent comme des petits pains.
© A. P.



Il tronçonne, il charge sur sa remorque, il livre… Depuis vendredi dernier, Eddy Goethals, agriculteur à Fricamps, près de Poix-de-Picardie, a entamé la grosse activité de l’hiver : celle des sapins de Noël. Il semblerait que les 2 500 arbres qu’il récolte chaque année vont, cette fois encore, trouver un lieu à animer, malgré la crise du Covid-19. «Dans quinze jours, je n’aurais plus rien à vendre», souffle-t-il entre deux livraisons.

Le contexte lui a tout de même fait perdre quelques clients. «20 %sont des particuliers, 30 % sont des communes et 50 % sont des comités d’entreprises et des associations de parents d’élèves, détaille-t-il. Deux ou trois d’entre eux ont préféré annuler l’opération sapins cette année à cause des contraintes sanitaires, mais d’autres prennent d’avantage de sapins pour éviter aux gens d’aller en magasin… Je subis aussi des annulations de marchés de Noël, mais les communes jouent le jeu en commandant plus de sapins. Finalement, le compte s’équilibre pour moi.»

Chaque hiver, l’agriculteur, dont une partie de son exploitation est en bio, prélève 30 ou 40 ares de sapins sur les 4 ha qu’il cultive, à raison d’un arbre au m2 soit dix-mille plants à l’hectare. Dans ses parcelles y poussent à 80 % des Nordmann, originaires des régions tempérées d’Asie occidentale et connus pour la robustesse de leurs aiguilles. Eddy cultive également quelques Épicéas, moins chers car poussant deux fois plus vite, mais dont les épines tombent plus vite, et des Pungens. «Les gens apprécient celui-ci car il a une belle couleur verte bleutée et une agréable odeur de pin. Il embaume toute la maison.» Il faudra huit ans à un Nordmann et environ quatre ans à un Épicéa et à un Pungens pour attendre la taille standard de 1,50 à 1,75 m de haut. «Les plus vieux ont dix ans et mesurent 4 à 5 m. Ils sont achetés par les communes pour des décorations extérieures.» Presque tous sont coupés au pied et environ deux-cents Épicéas sont arrachés, pour les jardineries ou particuliers qui souhaitent les replanter.

Un itinéraire technique est à suivre pour assurer des sapins conformes aux attentes. La parcelle, labellisée bio, est fertilisée au compost et fientes de poules. Les plants, vieux de trois ou quatre ans, sont plantés vers mars, après les grosses gelées. Ils mesurent alors 25 cm pour les Nordmann et 35 cm pour les Épicéas. Un désherbage est ensuite nécessaire les deux ou trois premières années. «Nous passons la bineuse entre les rangs, puis nous utilisons la débroussailleuse quand les sapins sont plus grands.» Ceux-ci nécessitent une ou deux tailles par an. «Le but est d’obtenir une seule belle flèche, pas trop haute.» Pour ce qui est de la rotation, comptez trois ans après la récolte pour pouvoir replanter du sapin. «Le sol a besoin de plusieurs années pour retrouver une structure correcte.»

 

Les sapins souffrent de sécheresse

Cette diversification, l’agriculteur la pratique depuis une vingtaine d’années. Elle lui apporte un revenu intéressant… «à condition de réussir !» Il s’avère que les conifères souffrent des printemps chauds et secs de ces trois dernières années. «J’ai déjà perdu 70 % de jeunes sapins car les bourgeons avaient grillé», confie-t-il. Dans la parcelle, quelques sapins adultes portent également le signe de leur souffrance, puisqu’ils sont jaunis. «La dernière bonne année était 2016, lorsque toutes les autres cultures souffraient de la pluie en période estivale», se souvient-il. Il n’y a donc plus qu’à espérer que la pluie chasse définitivement la Covid au printemps prochain pour un Noël 2021 des plus réussis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde