Aller au contenu principal

Alimentation animale
Les protéines animales transformées à nouveau envisagées par Bruxelles

Après des années de tergiversations, la Commission européenne envisage, dans le cadre de la stratégie « de la ferme à la table », de réautoriser les protéines animales transformées pour l’alimentation des non-ruminants. Un projet de règlement est soumis à consultation publique. Les farines d’insectes devraient, elles aussi, être autorisées.

Farine animale
La Commission européenne tente de réduire la dépendance de l’UE à l’égard des protéines importées de pays tiers.
© Pixabay

La Commission européenne a lancé une consultation publique ouverte jusqu’au 6 avril sur une proposition visant à autoriser l’utilisation de protéines de non-ruminants et d’insectes dans l’alimentation des volailles et des porcs. Une initiative envisagée depuis plusieurs années déjà mais qui n’avait jamais été concrétisée.

C’est dans le cadre de la stratégie « de la ferme à la table » que cette décision est prise afin de « mieux utiliser les protéines et autres matières premières pour aliments des animaux produites en Europe » en vue de réduire la dépendance de l’UE à l’égard des protéines importées de pays tiers. L’objectif fixé est d’adopter le règlement délégué modifiant la réglementation en place au troisième trimestre de 2021.

« Il conviendra, précise la Commission, d’appliquer des exigences strictes lors de la collecte, du transport et de la transformation de ces produits et de procéder régulièrement à des échantillonnages et à des analyses, afin d’éviter tout risque et de contribuer à la vérification de l’absence de contamination croisée avec des protéines de ruminants interdites et de recyclage intraspécifique (c’est-à-dire de cannibalisme, NDLR) ».

Depuis l’interdiction totale des protéines animales transformées dans l’alimentation pour animaux d’élevage en 2001 suite à l’épidémie d’encéphalite spongiforme bovine (ESB), « la situation épidémiologique s’est considérablement améliorée dans l’UE, avec aucun cas d’ESB classique depuis 2016 », et vingt-quatre États membres présentant le statut « risque d’ESB négligeable », souligne la Commission.

Aucune inquiétude concernant les insectes

Dans le cadre de ce projet, le règlement relatif à l’interdiction de nourrir les animaux d’élevage non ruminants avec des protéines d’origine animale serait donc modifié afin d’inclure la possibilité d’utiliser des protéines animales transformées, des produits sanguins, des protéines hydrolysées d’origine animale, du phosphate décalcique et du phosphate tricalcique d’origine animale. L’interdiction de nourrir les animaux d’élevage non ruminants avec du collagène et de la gélatine provenant de ruminants devrait aussi être abrogée.

On estime que 100 000 tonnes de denrées alimentaires contenant du collagène et/ou de la gélatine de ruminants sont éliminées chaque année dans l’UE. Enfin, les protéines animales transformées dérivées d’insectes qui « ne suscitent aucune inquiétude » devraient, elles aussi, être autorisées pour l’alimentation des volailles et des porcins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde