Aller au contenu principal

Les Régions deviennent les principaux leviers du développement rural

La gestion des aides du deuxième pilier de la PAC, à travers le Feader, sera pilotée par les Régions.

«l'Etat conserve une place qui est la sienne mais fait confiance aux régions pour assurer l'avenir», commente Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.
«l'Etat conserve une place qui est la sienne mais fait confiance aux régions pour assurer l'avenir», commente Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.
© AAP

Par un hasard du calendrier, le Printemps des territoires s'est tenu le 3 juin au Sénat, un jour après l'annonce de la refonte des régions par le Président de la République, ce qui n'a pas manqué d'interpeller l'assistance. Cette rencontre entre Etat et Régions avait pour but de favoriser les échanges pour faciliter notamment la mise en oeuvre de la PAC 2015-2020. La gestion des aides du deuxième pilier, à travers le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader), sera en effet pilotée par les Régions, nécessitant une stratégie concertée pour assurer une cohérence sur l'ensemble du territoire sans oublier les spécificités plus locales.
Concrètement, le mot d'ordre est «compétitivité» avec un plan d'investissement élaboré par le ministère de l'Agriculture et l'Association des régions de France (ARF) pour favoriser l'adaptation des exploitations agricoles. D'un montant de 240 millions d'euros par an financé par le Feader, l'Etat et les régions, ce plan de compétitivité doit permettre la modernisation des systèmes de production, l'élevage en priorité (modernisation des bâtiments, autonomie alimentaire, adaptation en vue de la fin des quotas laitiers...) mais aussi le secteur végétal avec une plus grande maîtrise des intrants. Le tout en laissant une marge de manoeuvre aux Régions pour s'adapter à une grande diversité des agricultures. Un «ciblage plus précis» des aides PAC pour répondre à la réalité des enjeux sur le terrain.

Développer l'emploi
Cette compétitivité ne pourra non plus se passer de l'agro-écologie, avec un appui aux projets qui favorisent la durabilité (MAE, aides à la conversion et au maintien de l'agriculture biologique, Giee...). La pérennité des systèmes d'exploitation est un point crucial pour Stéphane Le Foll qui veut aussi redonner de l'attractivité au métier pour encourager le renouvellement des générations.
«L'enjeu pour nous demain, ce n'est pas le nombre de vaches», ajoute-t-il en faisant référence à la ferme polémique en Picardie, «c'est d'avoir demain des chefs d'exploitation qui soient des éleveurs, des agriculteurs, des paysans» attachés à leur territoire même quand l'activité subit des baisses de productivité. La création d'emploi n'est pas indispensable qu'à l'agriculture mais aussi à l'ensemble des territoires ruraux.
«Le monde rural ne vit que s'il y a des emplois», rappelle Alain Rousset, président de l'ARF. La déclaration commune qu'il a cosignée avec Stéphane Le Foll à la fin de la journée a ainsi pour objectif de faire des territoires ruraux les «moteurs pour l'économie et l'emploi». Les engagements communs visent également à développer l'activité sociale et l'attractivité globale des territoires ruraux grâce à l'approche Leader ou les fonds structurels (Feder et FSE).

REACTIONS

Le syndicalisme veut une stratégie de filière


Les professionnels agricoles redoutent un plan d'aide à l'investissement trop «territorialisé».
«Il y a la nécessité d'une articulation entre les stratégies de filières proposées par France AgriMer et les stratégies régionales. Ces deux schémas doivent fonctionner ensemble», a demandé Jean-Bernard Bayard, président de FranceAgriMer.
«Nous avons besoin de croiser la dynamique de filière et la dynamique de territoire, sinon je crois que l'on passera à coté de la modernisation», a abondé Xavier Beulin, président de la Fnsea.
«Nous allons porter plus fort la co-production avec la profession agricole», a assuré le président de l'Association des régions de France (ARF), Alain Rousset, souhaitant tranquilliser la profession.
Dans le Poitou-Charentes, le vice-président de la région, Benoit Biteau, se veut moins rassurant et rappelle bien que c'est le Conseil régional qui «tient le stylo» et non les agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde