Aller au contenu principal

Les ficelles et filets de ballots usagés valent de l’or

En matière de valorisation des déchets, le monde agricole est plutôt exemplaire. La filière Adivalor traitait 93 000 t de déchets en France en 2022, soit 78 % de taux de collecte. Cette dynamique est suivie en Hauts-de-France. Les agriculteurs doivent cependant progresser sur la collecte des sacs de semences, de ficelles et de filets balles rondes. 

Les filets de balles rondes doivent être bien secoués, mais pas de panique si quelques brins de paille restent accrochés.
Les filets de balles rondes doivent être bien secoués, mais pas de panique si quelques brins de paille restent accrochés.
© Adivalor

Les déchets de l’agro-fourniture constituent l’une des filières de recyclage les plus abouties de France. Aujourd’hui, 93 000 t d’emballages de produits phyto, de fertilisants, de produits d’hygiène pour l’élevage, ou encore de films agricoles sont collectées via la filière Adivalor (pour Agriculteurs, distributeurs, industriels pour la valorisation des déchets agricoles), créée en 2001. «90 % des déchets collectés sont recyclés. Cette performance est réalisée grâce au tri à la source que réalisent les agriculteurs. C’est un effort au quotidien qui paye», assure Gaël Denizart, responsable performance collecte chez Adivalor.

En Hauts-de-France, les agriculteurs y participent grandement, en apportant leurs déchets dans les centres de collectes, que sont les coopératives et les négoces. Mais une marge de progression est espérée concernant quelques déchets. «Seuls 40 % des sacs de semences et 50 % des ficelles et filets de balles rondes sont collectés. Nous devons lever les freins pour faire progresser ce chiffre.» Il faut dire que l’objectif d’Adivalor est ambitieux : 100 % de déchets collectés et 100 % de déchets recyclés à l’horizon 2030.

 

Un taux de souillures accepté

Les freins ? Pour les 20 000 tonnes de ficelles en polypropylène et les 8 000 tonnes de filets en polyéthylène, utilisés pour le conditionnement des fourrages, il s’agit surtout de la procédure de collecte. Les deux produits doivent être séparés, et surtout remis «propres» au centre de collecte. «Mais propres ne veut pas dire neufs. Nous avons un taux d’acceptation de 20 % de souillures pour les ficelles, et de 40 % maximum pour les filets», assure Gaël Denizart. Ceux-ci doivent être bien secoués, mais pas de panique si quelques brins de paille restent accrochés. Les sacs, eux, sont peu déposés aux centres de collecte car trouvent souvent une deuxième utilisation, en servant de sac poubelle, par exemple. «Ils sont pourtant recyclables.»

Pour améliorer son taux de collecte, Adivalor élargit aussi son périmètre et initie de nouveaux programmes en 2023. Les emballages de nutrition animale (gisement potentiel de 10 000 tonnes), les emballages vides de semences de betteraves (gisement de 130 tonnes) et les pots horticoles plastiques professionnels (potentiel de 4 400 tonnes) peuvent être collectés à partir de cette année après la mise en place d’une nouvelle écocontribution sur ces filières. 

 

Accès à l’écorégime de la Pac

À chaque dépôt en point de collecte, l’agriculteur se voit remettre une attestation qui prouve l’élimination conforme avec la réglementation et respectueuse de l'environnement. «Cette preuve de l’engagement dans une démarche de recyclage des déchets fait partie d’une des voies d’accès à l'écorégime de la nouvelle Pac», rappelle Gaël Denizart. 

Le recyclage relocalisé

En 2025, 80 % des déchets agricoles devraient être recyclés sur le territoire français. Adivalor se donne les moyens pour cela. En 2022, RecyOuest, une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles a vu le jour à Argentan (Orne) en 2022. Novus, une unité chargée du recyclage des bigs-bags, entrera en fonctionnement cette année dans l’Eure. Plasticlean, destinée au recyclage des films de paillage, sera inaugurée en 2023 à Vendargues (34). En 2024, Néoplast, pour les films d’élevage, sera inaugurée en Bretagne, et l’usine Suez située à Orée-d’Anjou (49) s’équipera d’une ligne supplémentaire. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde