Aller au contenu principal

Semences
Les semences fourragères redorent leur blason

Après une année campagne 2021 décevante, la récolte de semences fourragères 2022 redonne de l’élan à la filière. Conditions de récolte, rendements et prix en hausse sont au rendez-vous.

Cette année, les semences fourragères se sont récoltées dans des conditions idéales.
© © A. P.

Les 2 400 ha de semences fourragères se battent comme sur des roulettes cette année. «On peut noter une facilité de récolte sur l’ensemble des espèces», assure Géraldine Poiret, responsable de SFP (Semences fourragères de Picardie). Celle-ci a démarré mi-juin et devrait se terminer dans quelques jours, «sans gros coup de pression».
Côté quantité et qualité, les acteurs de la filière ont le sourire. «Globalement, c’est bon, voire très bon», souligne Géraldine Poiret. Comptez en moyenne 12 à 14 quintaux par hectare (qx/ha) en trèfle incarnat, une quintaine de quintaux net agriculteur pour le ray-grass d’Italie et 8 à 10 qx/ha pour le dactyle. «Pour ces deux dernières espèces, la facilité d’andainage puis de récolte était réelle.» Avec 15 à 16 qx/ha de rendement moyen, le fétuque anglais n’a pas non plus à rougir. Petit bémol quant à la fétuque élevée. «En première année, elle s’en sort bien avec des résultats compris entre 12 et 22 qx/ha. Mais c’est moins bon pour la fétuque deuxième année, à cause d’un mauvais hivernage. Il aurait fallu un peu plus de gel.»
Les batteuses s’affairent toujours dans la plaine. La récolte de vesces communes démarrait cette semaine, et celle de la luzerne – qui paraît très belle – devrait débuter la semaine prochaine. Le trèfle violet, en cours de récolte, pourrait en revanche décevoir. «Sa floraison a eu lieu en pleine période de canicule. On peut craindre une coulure des fleurs.»

Des opportunité à saisir

«Ces rendements, conjugués à des prix revus à la hausse cette année, devraient permettre de belles marges nettes à l’hectare», se réjouit Géraldine Poiret. Des arguments qui pourraient séduire de nouveaux producteurs. Il reste d’ailleurs des contrats pour l’année prochaine. En semis post-moisson, il est possible de semer du ray-grass d’Italie. «La culture est intéressante pour les éleveurs et les agriculteurs-méthaniseurs, puisque une pré-coupe est à valoriser.» Le Ray-grass anglais, lui, s’avère «une bonne tête de rotation dans un système céréalier».
Les agriculteurs bio y trouvent aussi leur compte, puisque SFP a créé une filière semences fourragères bio en 2020 : luzerne, trèfle violet, vesce commune, ray-grass et fétuque élevée. «Avec l’évolution de la réglementation des semences bio, nous avons tout intérêt à développer ces cultures. Il y a une place à prendre», assure Géraldine Poiret.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

hôtel à cochons
En Chine, une méga-ferme de 600 000 porcs en construction
Cet « hôtel à cochons » devrait permettre de produire environ 54 000 tonnes de porcs par an.
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens
La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts…
pois de conserve
L'obligation de semer des Cipan partiellement levée
La préfecture de la Somme a levé, ce vendredi 12 août 2022, l’obligation d’implanter un couvert végétal après une culture de pois…
Coup dur pour les éleveurs de volailles de la Haute Somme
Jusqu’ici, les éleveurs de volailles de la Somme craignaient une contamination d’influenza aviaire sans trop vouloir y croire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde