Aller au contenu principal

Elevage
Les Suisses disent un « Oui » massif à l’élevage intensif

Le 25 septembre dernier, les citoyennes et les citoyens suisses avaient à s’exprimer sur l'initiative populaire « Non à l’élevage intensif en Suisse ». Ils l’ont massivement rejetée à 63 %. Au grand soulagement des éleveurs locaux.

élevage intensif
© C.S.

L’initiative est venue des associations antispécistes et de défense des animaux, soutenus par les partis de gauche, Greenpeace et d'autres organisations environnementales. Tous voulaient inscrire dans la Constitution suisse la protection de la dignité des animaux de rente et l’interdiction de l’élevage intensif. Le texte prévoyait que d’ici 2050, les exigences en matière de bien-être du bétail et de la volaille atteignent au moins les standards 2018 du label Bio Suisse. Ces critères auraient également été valables pour les importations d’animaux et de produits d’origine animale. Les associations écologistes ont redoublé d’effort médiatiques pour tenter de convaincre la population. Mais celle-ci a estimé à une très forte majorité (63 %) que le bien-être des animaux de rente était déjà respecté dans le pays alpin.

Le gouvernement, le parlement et les organisations représentatives des éleveurs étaient fermement opposés à l’initiative. Au plan national, seule la ville de Bâle qui regroupe trois communes, s’est prononcée en faveur de l’initiative des antispécistes avec 55,2 % de oui. Les 2 138 autres communes ont massivement rejeté le projet écologiste.

Hausse des prix

D’ailleurs les lois en vigueur interdisent aux fermes de garder plus de 1 500 porcs à engraisser, 27 000 poulets de chair ou 300 veaux, ce qui exclut les gigantesques fermes industrielles que l'on trouve dans d'autres pays comme en Pologne, ou en Ukraine. Le gouvernement, le Parlement mais aussi les syndicats agricoles dont l’Union suisse des paysans (USP - équivalent de la FNSEA) s’étaient fortement opposés à cette initiative, estimant que la mise en place de nouvelles règles « entraînerait une hausse significative des prix, tandis que la clause d'importation pourrait avoir un impact sur les relations avec les partenaires commerciaux ».

Dans un communiqué de presse, l’USP a fait savoir que « l’agriculture suisse se réjouit de ce chiffre. Et ce pour la raison suivante : l’offre existe déjà. Si tous les partisans du « oui » puisent dans cette offre à l’avenir, le bio et les autres labels particulièrement respectueux des animaux connaîtront une augmentation significative de leurs ventes. » Le syndicat majoritaire suisse ajoute que « le niveau de bien-être animal en Suisse est déjà très élevé par rapport au reste du monde et les divers labels proposent déjà assez de viande, d’œufs et de produits laitiers aux normes particulièrement respectueuses des animaux ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde