Aller au contenu principal

Analyse économique
Les systèmes agricoles intensifs n’ont pas dit leur dernier mot

Bien que décriés par une certaine frange de la population, les systèmes d’exploitation qualifiés «d’intensifs» dégagent des revenus qui permettent d’envisager sereinement leur avenir. Le point avec deux experts du Cerfrance Picardie Nord de Seine, Sébastien Daguenet et Christian Boddaert.

Selon le Cerfrance Picardie Nord de Seine, la marge brute par hectare pour le blé pourrait se situer à 1 390 € en 2023.
Selon le Cerfrance Picardie Nord de Seine, la marge brute par hectare pour le blé pourrait se situer à 1 390 € en 2023.
© A. P.

Et si l’agriculture que l’on qualifie d’intensive n’avait pas encore dit son dernier mot ? Ce constat, c’est celui qui ressort de la présentation de chiffres d’un échantillon représentatif de fermes de la Somme et de l’Oise réalisée par les experts du Cerfrance Picardie Nord de Seine à l’occasion de son assemblée générale. Malgré l’explosion des charges en 2022, l’EBE de la ferme moyenne «Somme-Oise» se chiffre à 1 207 €/ha, ce qui est supérieur à 2021 (872 €/ha), pourtant qualifiée de «belle année». Ce résultat, les conseillers d’entreprises du Cerfrance Picardie Nord de Seine, Sébastien Daguenet et Christian Boddaert, le constatent d’après les chiffres d’une exploitation moyenne avec une dominante «plantes sarclées». L’EBE moyen constaté en 2022 constitue «un record» selon M. Daguenet qui l’assure : «On a rarement vu cela…» 

 

Des marges brutes jamais atteintes 

Si l’on s’intéresse en détails aux cultures et à leurs marges brutes (MB) en 2022, les chiffres confirment le caractère «exceptionnel» de 2022 : 1 952 €/ha pour le blé avec un rendement de 9,3 t et un prix de 260 €/t ; 2 225 €/ha pour la betterave sur la base d’un rendement de 88 t/ha au prix de 40 €/t ; 5 133 €/ha en pommes de terre… Même en production laitière, les chiffres sont en progression : 257 €/1 000 l en 2022 contre 227 €/1 000 l en 2022, et une moyenne sur dix ans de 197 €/1 000 l. En ce qui concerne 2023, même s’il ne s’agit que de projections et que le niveau de charges ne devrait pas baisser, les perspectives sont prometteuses. Selon le Cerfrance Picardie Nord de Seine, la marge brute par hectare pour le blé pourrait se situer à 1 390 €, 2 086 €
par hectare pour la betterave – hors accident –, ou encore de 6 482 €/ha pour la pomme de terre.

 

En profiter pour préparer l’avenir

Pour Sébastien Daguenet, si les résultats de la ferme moyenne Somme-Oise sont élevés, cela est dû à une combinaison efficiente entre technicité et investissement : «Le prix de l’azote est élevé, mais si on fait l’impasse, le risque est de voir le rendement dégringoler et la marge diminuer également», explique le conseiller d’entreprise. Autre facteur, et pas des moindres, le potentiel agronomique de la région qui reste parmi les plus élevés de France. Pour Christian Boddaert, pour les années à venir, pas la peine non plus de jouer les apprentis-sorciers : «Ce qui a fonctionné jusqu’à présent fonctionne toujours…» Problème, si l’intensification est efficace, elle se heurte à une pression sociétale grandissante qui voudrait la remettre en cause. Pour l’avenir, Sébastien Daguenet ne se fait pas d’illusion, et appelle à la prudence quand d’aucuns céderaient à l’euphorie : «Les bons résultats d’aujourd’hui doivent servir la performance de demain.» Et cela suppose de prendre en compte dès à présent le «réchauffement climatique, le coût de l’énergie, les attentes de la société qui évoluent, le renouvellement des actifs…»  

Plutôt que de rester sur ses acquis, le conseiller d’entreprise préconise de s’intéresser à de nouvelles pratiques et méthodes, citant par exemple la vente de crédits carbone, la couverture de l’aléa climatique ou encore le pilotage de la stratégie d’irrigation. «Tant que la conjoncture est favorable, il faut en profiter pour préparer l’avenir», prévient Sébastien Daguenet. Car bien malin est celui qui peut prédire de quoi demain sera fait. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde