Aller au contenu principal

Biocarburants
L’éthanol continue de gagner des parts de marché

Comment se comporte la consommation de biocarburants en France dans un contexte de crise sanitaire ? Plutôt bien, selon la filière. 

Biocarburants
© CGB

L’E10, éthanol à 10 % dans l’essence, occupe désormais une part de marché des essences de 48,5 % (en 2020), soit près d’un point en plus qu’en 2019, a indiqué le 26 janvier la collective du bioéthanol qui rassemble les betteraviers, les céréaliers et les industriels de l’alcool.

Dans le même temps, la consommation d‘E85 a augmenté de 4% en 2020, alors même que les carburants essence ont chuté de 14%.

La consommation d’E10 devrait se poursuivre, selon la collective, car il est vendu près de 4 centimes moins cher que le SP95 en moyenne dans une même station.

Quant à l’E85, son prix est la moitié de celui de l'E10, et l’homologation de boîtiers de conversion E85 incluant les véhicules de 15 CV est bien engagée, selon la collective.

Enfin, Ford sortira pas moins de six modèles de voitures «flexifuel» (capables de rouler à l'E85), à partir du printemps, a annoncé le patron de Ford France. La progression du débouché devrait se poursuivre aussi du fait de la règlementation.

L’objectif français d’incorporation de biocarburants dans l'essence est passé de 8,2% en 2020 à 8,6% pour 2021, puis à 9,2% pour 2022. L’adoption par l’UE d’un objectif plus ambitieux de réduction d’émissions de GES (de 55% en 2030 au lieu de 40%) devrait conduire à une révision en hausse, de 14% à 24%, de l’objectif d’énergie renouvelable dans les transports

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde