Aller au contenu principal

L'Europe, dossier consensuel… sans passion

Les représentants de six partis candidats aux élections européennes se sont exprimés devant l’Apca, la Fnsea et les JA.

Approfondissement des politiques plutôt qu’élargissement, acceptation d’une Europe à plusieurs vitesses, harmonisation sociale et fiscale, rapprochement de l’institution européenne des citoyens… les différences de politiques proposées au vote du 25 mai s’expriment davantage en nuances qu’en fractures.
Approfondissement des politiques plutôt qu’élargissement, acceptation d’une Europe à plusieurs vitesses, harmonisation sociale et fiscale, rapprochement de l’institution européenne des citoyens… les différences de politiques proposées au vote du 25 mai s’expriment davantage en nuances qu’en fractures.
© Costie Pruilh


Pas d'inquiétude majeure à avoir mais pas de grands espoirs non plus. C’est ce que les agriculteurs peuvent penser au regard des programmes des grands partis politiques qui se présentent aux élections européennes. Pour en savoir plus, l’Apca (assemblée permanente des chambres d’agriculture), la Fnsea et les Jeunes agriculteurs avaient invité à s’exprimer le 14 mai dernier Jean-François Copé (président de l'UMP), Pascal Durand (tête de liste EELV pour l’Ile-de-France), Pierre Laurent (Front de gauche), Gilles Lebreton (tête de liste FN pour le Grand-Ouest), Pervenche Bérès (tête de liste PS pour l’Ile-de-France), et Marielle de Sarnez (vice-présidente du Modem). Un «speed dating» où chacun des invités avait un temps limité pour répondre à trois questions alternativement posées par François Thabuis (JA), Guy Vasseur (Apca) et Xavier Beulin (Fnsea). Une méthode permettant d’éviter l’inutile prise de bec entre politiques, souvent sur des sujets franco-français.
Mise à part le représentant du Front National dont l’objectif essentiel est de torpiller l’Europe de l’intérieur, un large consensus semble apparaître, en tout cas sur les questions qui concernent l’agriculture.

Pas d’alternative à la Pac
Premier consensus, il n’y a pas d’alternative à la Politique agricole commune pour soutenir le secteur. «64 milliards sont prévus pour la France entre 2014 et 2020, ce n’est pas le budget français qui pourrait assurer ce soutien», remarque Jean-François Copé. Seul Gilles Lebreton (FN) soutient qu’une Paf (Politique agricole française) devrait prendre le relais, estimant qu’en plus de coûter très cher à la France, la PAC n’a fait que «permettre à certains pays de rattraper leur retard et de nous concurrencer».
Deuxième consensus, un approfondissement des politiques intégrées est souhaitable, mais pas un élargissement. La totalité des candidats ont estimé que l’élargissement récent à 28 membres est allé trop vite, même s’il était justifié sur le plan politique après la dislocation de l’ensemble soviétique.
A contrario, l’Europe doit aller vers davantage d’harmonisation sociale, fiscale, environnementale. C'est «un sujet majeur», insistait Pervenche Berès (PS). Et Pascal Durand (EELV), allait jusqu’à estimer «qu’une Europe solidaire de l’énergie et des transports manque cruellement». Marielle de Sarnez (Modem), plaidait elle aussi pour une politique commune de l’énergie de manière à assurer l’indépendance énergétique.

Deux vitesses
Consensus également pour estimer qu’il faut accepter le principe d’une Europe à deux vitesses, sans que le mot soit explicitement utilisé. La zone euro, en particulier, pourrait constituer la zone marchante de l’Europe puisque c’est en son sein que l’harmonisation de la politique est la plus nécessaire. «Il faut une Europe recentrée sur la zone euro», insiste Marielle de Sarnez. Pervenche Bérès n’excluait pas que des pays européens membres de l’UE mais non dans la zone euro puissent rejoindre celle-ci. Dans ce cadre, rares sont ceux qui ne demandent pas un renforcement du couple moteur franco-allemand.
Cependant, Pervenche Berès mettait en garde : «Si on se disperse trop dans des géométries variables, on va perdre de la capacité à peser au niveau mondial».

Europe plus proche
L'Europe doit être plus proche des citoyens, notamment français, estimaient la plupart des leaders politiques présents. Rapprocher l’Europe des Français, oui, mais par quel moyen ? D’abord «en évitant de transposer les directives européennes avec tant de zèle qu’elles deviennent inapplicables en France», expliquait Jean-François Copé.
Autre voie, le fait d’associer étroitement chaque pays membre et son Parlement à la rédaction des textes adoptés ensuite par l’UE, expliquait Pierre Laurent (secrétaire national du PCF).
Pas question, pour ces politiques, de prôner une Europe franchement fédérale ou centralisée. La plus fédéraliste, Marielle de Sarnez, n’estimait pas moins qu’il faut conserver le principe de subsidiarité, c’est-à-dire régler les problèmes locaux sur le plan local. Et elle propose de mettre fin aux séances à huis clos du Conseil européen pour éviter le double discours des politiques à Bruxelles et à Paris.

Méfiance vis-à-vis du partenariat transatlantique
Dernier sujet de consensus, la grande méfiance à l’égard du «partenariat transatlantique» actuellement en discussion entre la Commission européenne et les États-Unis. Négociations obscures et cachées pour les uns (Front de Gauche), négociations risquées pour les autres. Jean-François Copé insistait sur la nécessité de faire respecter nos normes de production, notamment sur les questions alimentaires.
Et Pervenche Berès de rappeler qu’un tel traité n’est pas décidé par la Commission mais doit être voté par le Parlement, adopté par le conseil des ministres, puis ratifié par les Parlements avant d’être définitivement adopté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde