Aller au contenu principal

L’hippodrome d’Amiens convie les joyeux sportifs au «Choc des licornes»

Ramper dans la boue, s’entraider pour escalader des murs, costumé et en fou rire. C’est ce que propose l’hippodrome d’Amiens, ce week-end, avec le premier «Choc des licornes».

© AAP

Départ donné sur la piste de trot. Des obstacles à franchir plus invraisemblables les uns que les autres... Mais cette fois, aucun cheval ne foulera l’hippodrome d’Amiens ces 23 et 24 octobre. Car les participants seront des coureurs, avides de relever le défi de la toute première édition du «Choc des licornes». Une course «Xtrem», du même genre que les désormais célèbres «Frappadingue» du Quesnoy (59) ou «Xtrem défi» de Saint-Quentin (02). Déguisement conseillé pour plus de rires !
L’idée a été apportée par une entreprise suédoise. «Elle nous avait proposé d’organiser une course en couleur à l’hippodrome, explique Carole Savreux, directrice générale du site. On avait trouvé l’idée excellente, car elle permettait d’attirer les Amiénois qui connaissent mal le lieu. Mais elle a annulé. Alors on s’est dit, pourquoi pas la faire nous-mêmes ?» Depuis juin, soixante bénévoles se retroussent donc les manches pour imaginer et mettre en œuvre l’événement inédit. La venue de deux mille intrépides en deux jours - le samedi pour les entreprises, le dimanche pour le grand public - est espérée. Carole Savreux avoue être un peu stressée «car nous avons l’habitude d’accueillir des courses de chevaux où tout est réglé comme une horloge. Alors que là, jusqu’à la dernière heure, on peut encore avoir des inscriptions».
L’équipe encadrante promet d’accueillir aussi bien que les nobles équidés les soirs de course. Entrée et retour par les boxes, douche à l’arrivée, course filmée et retransmise sur grand écran, spectateurs dans les tribunes qui profitent de la vue panoramique... «Il fallait qu’on se réinvente autour du cheval, car c’est lui la star de ce lieu. Alors on a imaginé que les participants seraient comme des chevaux», plaisante Carole Savreux.
Les obstacles, créés avec des entreprises locales qui ont fourni le matériel, ont été montés par le régisseur du site, Fabrice Fin. «Ici, il faudra grimper sur les grosses bobines de bois, là-bas, ramper dans l’eau, ensuite, escalader cette palissade de bois, plus loin, franchir le mur humain formé par les Spartiates d’Amiens (équipe de football américain)», détaille-t-il.
Au total, trente obstacles, parfois physiques et surtout salissants, pour 5 km de parcours. Fabrice a déjà fait son pronostic : «Les meilleurs devraient pouvoir le boucler en trente-sept minutes !» Mais la performance n’est pas le but premier. «Aucun obstacle n’est obligatoire, assure Carole Savreux. Il est possible de les contourner. Il n’y a d’ailleurs pas de classement. Mais un prix sera remis à l’équipe la plus corporate.»

Valoriser les acteurs locaux
En récompense : T-shirts, ravitaillement et nombreux cadeaux, dont un bon à parier de 2 euros pour le Grand prix d’Amiens métropole, cette fois avec de vrais chevaux, le samedi 7 octobre. Et surtout, une invitation à profiter du village partenaire, installé dans les boxes. «Masseur, sophrologue, stand de tir, self défense... Il s’agit de professionnels du coin, parce que nous voulons valoriser les acteurs du territoire.»
La directrice voit en cet événement l’occasion de développer le potentiel de l’hippodrome.   «On veut ouvrir nos portes et dépoussiérer notre image. Avec une course décalée, on prouve qu’on est accessible à tous !» L’occasion aussi de faire vivre le site en dehors des vingt-cinq courses par an qui sont organisées. «Le reste du temps, il reste vide et c’est bien dommage.» Pour l’ambitieuse, le «Choc des licornes» est le début d’une ouverture à d’autres projets : «Je rêve d’organiser des opérations de team building, du genre horse coaching (renforcer la cohésion de groupe et les talents en management grâce au travail avec un cheval, ndlr).» Le «Choc des licornes», lui, devrait être reconduit l’année prochaine, dès le mois d’avril, «parce qu’on pourra espérer profiter du soleil»

Informations pratiques
«Choc des licornes» à l’hippodrome d’Amiens, avenue de l’hippodrome. 
Tarifs : samedi, pour les entreprises, 45 euros par personne ; dimanche, pour les particuliers, 35 euros par personne (plus de 16 ans uniquement). Ce prix comprend le ravitaillement, le T-shirt, la douche, de nombreux cadeaux et l’accès aux animations du village partenaires. Accompagnateurs : 5 euros.
Horaires : samedi de 10h à 15h et dimanche de 9h à 15h. 
Restauration sur place.
Inscriptions sur www.lechocdeslicornes.com ou sur place, le jour de la course.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde