Aller au contenu principal

L’IBR circule dangereusement en région

Plusieurs départements de France et des Hauts-de-France sont impactés par une circulation virale significative d’IBR (rhinotrachéite infectieuse bovine) depuis quelques semaines. La vigilance est de mise.  

Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard  de l’IBR. 
Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard de l’IBR. 
© Pixabay

Elle est de retour. Alors qu’un plan d’éradication de la rhinotrachéite infectieuse bovine, communément appelée IBR, est en place depuis plusieurs années en Hauts-de-France avec un objectif d’éradication totale en 2027, le virus circule «significativement depuis quelques semaines», prévient le GDS Hauts-de-France. Certains troupeaux de la région auraient même vu la quasi-totalité de leur effectif contaminé par l’IBR ces derniers jours. «Nous avons atteint 2,3 % de prévalence cheptel dans la Somme, ce qui veut dire que nos animaux sont devenus naïfs sur cette maladie, et ont peu de défenses immunitaires», précise Laure Bonnard, ingénieur au GDS de la Somme. 

Aujourd’hui, les bovins infectés sont les plus souvent des porteurs sains et n’expriment aucun signe clinique. Cependant, les risques de voir réapparaître la maladie à l’occasion du transport et du mélange des animaux aux statuts IBR différents existent et en font une maladie à enjeu commercial. Cette maladie contagieuse est due à un herpèsvirus, le BHV-1. Elle se manifeste essentiellement par une rhinotrachéite (jetage, salivation), parfois discrète, voire des troubles de la reproduction (infertilité, avortement). La contamination d’un bovin sain se fait par contact étroit avec un animal excréteur du virus : de mufle à mufle principalement, de la mère au veau in utero, à travers une allée de bâtiment, une clôture, ou lors d’une proximité prolongée de moins de dix mètres.

 

Quarantaine et  dépistage des bovins

Les GDS des Hauts-de-France demandent donc la plus grande vigilance lors de mouvements de bovins entre exploitations. «Nous conseillons très vivement de mettre en place une quarantaine stricte des animaux qui entrent à l’exploitation, d’effectuer une visite d’achat pas le vétérinaire, et d’introduire les animaux seulement après le retour des résultats», recommande Sophie Thulliez, présidente du GDS de la Somme. Selon elle, la dérogation au contrôle sérologique en IBR à l’introduction n’est pas à privilégier en ce moment. «Une petite économie de dépistage peut coûter très cher en cas de contamination du troupeau.»

Comme pour la plupart des maladies virales, il n’existe pas de traitement spécifique. Il existe en revanche des vaccins, dont l’utilisation en élevage infecté vise d’une part à protéger les animaux infectés des manifestations cliniques, d’autre part à réduire notablement l’excrétion virale, et donc à maîtriser la circulation virale dans l’élevage. La décision et l’acte vaccinal se fait par le vétérinaire, en accord avec le GDS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde