Aller au contenu principal

L’IBR circule dangereusement en région

Plusieurs départements de France et des Hauts-de-France sont impactés par une circulation virale significative d’IBR (rhinotrachéite infectieuse bovine) depuis quelques semaines. La vigilance est de mise.  

Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard  de l’IBR. 
Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard de l’IBR. 
© Pixabay

Elle est de retour. Alors qu’un plan d’éradication de la rhinotrachéite infectieuse bovine, communément appelée IBR, est en place depuis plusieurs années en Hauts-de-France avec un objectif d’éradication totale en 2027, le virus circule «significativement depuis quelques semaines», prévient le GDS Hauts-de-France. Certains troupeaux de la région auraient même vu la quasi-totalité de leur effectif contaminé par l’IBR ces derniers jours. «Nous avons atteint 2,3 % de prévalence cheptel dans la Somme, ce qui veut dire que nos animaux sont devenus naïfs sur cette maladie, et ont peu de défenses immunitaires», précise Laure Bonnard, ingénieur au GDS de la Somme. 

Aujourd’hui, les bovins infectés sont les plus souvent des porteurs sains et n’expriment aucun signe clinique. Cependant, les risques de voir réapparaître la maladie à l’occasion du transport et du mélange des animaux aux statuts IBR différents existent et en font une maladie à enjeu commercial. Cette maladie contagieuse est due à un herpèsvirus, le BHV-1. Elle se manifeste essentiellement par une rhinotrachéite (jetage, salivation), parfois discrète, voire des troubles de la reproduction (infertilité, avortement). La contamination d’un bovin sain se fait par contact étroit avec un animal excréteur du virus : de mufle à mufle principalement, de la mère au veau in utero, à travers une allée de bâtiment, une clôture, ou lors d’une proximité prolongée de moins de dix mètres.

 

Quarantaine et  dépistage des bovins

Les GDS des Hauts-de-France demandent donc la plus grande vigilance lors de mouvements de bovins entre exploitations. «Nous conseillons très vivement de mettre en place une quarantaine stricte des animaux qui entrent à l’exploitation, d’effectuer une visite d’achat pas le vétérinaire, et d’introduire les animaux seulement après le retour des résultats», recommande Sophie Thulliez, présidente du GDS de la Somme. Selon elle, la dérogation au contrôle sérologique en IBR à l’introduction n’est pas à privilégier en ce moment. «Une petite économie de dépistage peut coûter très cher en cas de contamination du troupeau.»

Comme pour la plupart des maladies virales, il n’existe pas de traitement spécifique. Il existe en revanche des vaccins, dont l’utilisation en élevage infecté vise d’une part à protéger les animaux infectés des manifestations cliniques, d’autre part à réduire notablement l’excrétion virale, et donc à maîtriser la circulation virale dans l’élevage. La décision et l’acte vaccinal se fait par le vétérinaire, en accord avec le GDS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde