Aller au contenu principal

L’IBR circule dangereusement en région

Plusieurs départements de France et des Hauts-de-France sont impactés par une circulation virale significative d’IBR (rhinotrachéite infectieuse bovine) depuis quelques semaines. La vigilance est de mise.  

Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard  de l’IBR. 
Le GDS conseille très vivement de mettre en place une quarantaine des animaux qui entrent à l’exploitation et d’effectuer un contrôle sérologique au regard de l’IBR. 
© Pixabay

Elle est de retour. Alors qu’un plan d’éradication de la rhinotrachéite infectieuse bovine, communément appelée IBR, est en place depuis plusieurs années en Hauts-de-France avec un objectif d’éradication totale en 2027, le virus circule «significativement depuis quelques semaines», prévient le GDS Hauts-de-France. Certains troupeaux de la région auraient même vu la quasi-totalité de leur effectif contaminé par l’IBR ces derniers jours. «Nous avons atteint 2,3 % de prévalence cheptel dans la Somme, ce qui veut dire que nos animaux sont devenus naïfs sur cette maladie, et ont peu de défenses immunitaires», précise Laure Bonnard, ingénieur au GDS de la Somme. 

Aujourd’hui, les bovins infectés sont les plus souvent des porteurs sains et n’expriment aucun signe clinique. Cependant, les risques de voir réapparaître la maladie à l’occasion du transport et du mélange des animaux aux statuts IBR différents existent et en font une maladie à enjeu commercial. Cette maladie contagieuse est due à un herpèsvirus, le BHV-1. Elle se manifeste essentiellement par une rhinotrachéite (jetage, salivation), parfois discrète, voire des troubles de la reproduction (infertilité, avortement). La contamination d’un bovin sain se fait par contact étroit avec un animal excréteur du virus : de mufle à mufle principalement, de la mère au veau in utero, à travers une allée de bâtiment, une clôture, ou lors d’une proximité prolongée de moins de dix mètres.

 

Quarantaine et  dépistage des bovins

Les GDS des Hauts-de-France demandent donc la plus grande vigilance lors de mouvements de bovins entre exploitations. «Nous conseillons très vivement de mettre en place une quarantaine stricte des animaux qui entrent à l’exploitation, d’effectuer une visite d’achat pas le vétérinaire, et d’introduire les animaux seulement après le retour des résultats», recommande Sophie Thulliez, présidente du GDS de la Somme. Selon elle, la dérogation au contrôle sérologique en IBR à l’introduction n’est pas à privilégier en ce moment. «Une petite économie de dépistage peut coûter très cher en cas de contamination du troupeau.»

Comme pour la plupart des maladies virales, il n’existe pas de traitement spécifique. Il existe en revanche des vaccins, dont l’utilisation en élevage infecté vise d’une part à protéger les animaux infectés des manifestations cliniques, d’autre part à réduire notablement l’excrétion virale, et donc à maîtriser la circulation virale dans l’élevage. La décision et l’acte vaccinal se fait par le vétérinaire, en accord avec le GDS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde