Aller au contenu principal

L’impact de la sécheresse reconnu par le préfet de Région

Suite à l’action de la FRSEA et des JA Hauts-de-France, le préfet, sous l’impulsion de la Draaf Hauts-de-France a pris un arrêté reconnaissant l’impact de la sécheresse sur les productions agricoles en région.

L’arrêté régional reconnaît les impacts des conditions agronomiques exceptionnelles de juin à octobre 2018, 
comme des baisses de rendement importantes sur les cultures et les fourrages.
L’arrêté régional reconnaît les impacts des conditions agronomiques exceptionnelles de juin à octobre 2018,
comme des baisses de rendement importantes sur les cultures et les fourrages.
© © Annick Conté



La FRSEA, les JA Hauts-de-France ainsi que les représentants des producteurs de pommes de terre, de betteraves, de légumes, d’endives, et de lait ont alerté le préfet de Région sur la situation de sécheresse exceptionnelle que connaissent certains secteurs de la région depuis le début de l’été.
L’USSA a invité le directeur régional de la Draaf, Luc Maurer, et le DDT de l’Aisne, Pierre-Phillipe Florid, à venir constater sur le terrain la gravité de la situation dans le sud du département de l’Aisne. Suite à ces actions, un arrêté préfectoral régional a été pris le 20 novembre. Il reconnaît l’impact sur la production agricole des conditions agronomiques exceptionnelles de 2018. Il vient en complément de la décision nationale qui reconnaissait le cas de force majeure dans le cadre de la Pac et qui exonère de sanction les exploitants dont les dérobées SIE n’ont pas levé, si le couvert implanté n’est pas un mélange ou si la dérobée est conservée comme culture d’hiver.
Ce nouvel arrêté régional reconnaît que les conditions agronomiques exceptionnelles de juin à octobre 2018 ont pu conduire à des impasses d’implantation de cultures en fin d’été et au début de l’automne, à des échecs et des retards à la levée de ces cultures, à des baisses de rendement importantes sur les cultures et les fourrages récoltés en fin d’été ou à l’automne. Il fait également état des trois conditions du cas de force majeure : l’externalité, l’imprévisibilité et l’irrésistibilité qui caractérisent les conditions climatiques subies en Hauts-de-France cette année.
Il fait aussi référence à l’article 1218 du Code civil qui définit le cas de force majeure en matière contractuelle. Aussi, même s’il n’existe pas de lien direct entre le droit administratif et le droit des contrats, qui relève du droit privé, cet arrêté est un argument important qui reconnaît la situation exceptionnelle de cette année en région, utile dans le cadre des discussions entre producteurs et acheteurs.
En complément de ces éléments nationaux et régionaux, les préfets de départements ont la possibilité de prendre des arrêtés départementaux de dérogation à l’obligation d’implantation de couverts au titre de l’application de la directive nitrates dans les zones les plus touchées par la sécheresse.

REACTION

Denis Bully, secrétaire général
de la FDSEA

Une victoire qui ouvre des horizons

La FDSEA de la Somme avait demandé, dès juillet dernier, à ce que le département prenne un arrêté de cas de force majeure reconnaissant les circonstances exceptionnelles dues à la sécheresse, tant sur l’impossibilité et l’inutilité d’implanter des SIE que sur les manques de production sur les cultures d’automne. Une demande reprise début septembre avec les Jeunes Agriculteurs auprès du préfet De Mester, qui nous avait accordé une très grande attention. L’ensemble des départements des Hauts-de-France ont été concernés et cela a porté le sujet dans sa dimension régionale. Prendre un arrêté aujourd’hui a un double intérêt. Cela reconnaît les difficultés passées, et apporte des éléments de solution : sur la Pac et les contrôles notamment, cela permet de résoudre aujourd’hui des situations individuelles compliquées. Tant mieux, c’est un soulagement pour les agriculteurs concernés, et nous restons mobilisés pour les autres. L’autre axe, c’est le secteur de la pomme de terre. Rien n’est automatique, mais l’arrêté reprend bien les termes «externes, imprévisible et irrésistible» propres au cas de force majeure en matière contractuelle. La discussion doit s’ouvrir à présent sur ces bases avec les acheteurs, et cela aura lieu dans les prochains jours. Il faut aussi voir plus loin encore : la sécheresse engendre des impacts réglementaires, économiques et commerciaux au niveau agricole. Même si le déficit hydrique et les températures sont exceptionnels cette année, les aléas climatiques font partie intégrante du métier d’agriculteur. Dans chacune de nos fermes, nous devons nous saisir des outils de gestion des risques qui existent et se perfectionnent grâce à l’action syndicale nationale. Ils sont plus que jamais indispensables. Enfin, il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de la nécessité de souplesse dans la réglementation et d’accompagnement de la gestion de l’eau : multiplier les retenues d’eau, gérer l’étiage pour ne pas renvoyer systématiquement toute l’eau de pluie le plus vite possible à la mer, voilà des solutions simples, sans la moindre conséquence pour les finances publiques ou l’environnement, et qui peuvent répondre à nos besoins dans le contexte de changement climatique que nous vivons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde