Aller au contenu principal

Lin à fibre : soigner les semis pour une récolte homogène et de qualité

Pour une bonne valorisation au teillage, le lin doit être homogène à la récolte. Dès le semis, des précautions sont à prendre pour atteindre cet objectif.

Soigner le semis pour une bonne récolte de lin.
Soigner le semis pour une bonne récolte de lin.
© © Gnis


La régularité du semis sur la ligne, et surtout sur la profondeur, sont des éléments à maîtriser. Ils constituent les premières étapes pour obtenir une linière homogène. La culture du lin se raisonne sur l’ensemble d’une rotation. Par ailleurs, à la «reprise» de la terre, l’état hydrique du sol est essentiel pour obtenir de bons résultats, une bonne levée et un bon enracinement.
Il faut donc prévoir six à sept ans de rotation entre deux cultures de lin. Comme précédent, une céréale est recommandée. Toutefois, on s’attachera à ramasser la paille et, en tout cas, à laisser peu de résidus ou à les broyer. Il faudra aussi reprendre les terres en condition de sol bien ressuyé à très bien ressuyé, ne pas se précipiter. Puis, vous devrez vérifier l’humidité sur toute la profondeur du sol, c’est-à-dire sur environ 25 cm. Et ne pas laisser un sol «soufflé». Il est important de préparer une terre fine en surface et rappuyée en profondeur. Faites particulièrement attention au phénomène de battance, car les plantules pourraient avoir du mal à «traverser» la croûte qui pourrait se former.

Maîtrise du semis sur la ligne
Si l’état du sol au moment du semis est très important, la maîtrise du semis l’est tout autant. Le semoir doit être bien réglé, mais le matériel ne fait pas tout et le savoir-faire du semeur est essentiel pour cette culture. Quelques rappels sont bien utiles. Semez à 1 cm de profondeur sur un sol régulier. En effet, la graine a peu de réserve, et tout semis plus profond occasionnera des retards à la levée, une hétérogénéité, et même des pertes.
Maîtrisez la vitesse d’avancement de semis à 7 km/h pour un semis le plus régulier possible sur les lignes. Evitez les zones de tassements et les traces de roues en utilisant du matériel bien adapté. Utilisez des semences certifiées de lin high tech. Ces semences sont produites par des agriculteurs multiplicateurs et des établissements semenciers des Hauts-de-France, de la Normandie, de l’Ile-de-France et du Grand Est. Elles sont suivies par les techniciens des entreprises, et triées avec du matériel spécifique et adapté à cette espèce. Elles sont traitées à la bonne dose pour une protection efficace en respectant l’environnement par la maîtrise de l’émission de poussière, tout en assurant une bonne fluidité des graines dans le semoir. Elles sont analysées par les laboratoires internes des entreprises, et, enfin contrôlées officiellement au champ et avant commercialisation par les inspecteurs du Soc (Service officiel de contrôle et de certification)*.

* Le Soc est chargé des missions de service public confiées au Gnis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde