Aller au contenu principal

Filière oeufs
L’industriel à l’origine du scandale du Fipronil condamné à de la prison ferme

Le tribunal d'Anvers (B) a condamné vendredi 4 juin l'industriel belge qui avait commercialisé du fipronil pour la désinfection de bâtiments d'élevage de volailles, et engendré une grave crise dans la filière avicole européenne.

Fipronil
L'affaire du Fipronil a été un coup de massue pour la filière oeufs au niveau européen.
© Pixabay

Il aura fallu un peu plus de trois ans pour que l'affaire des œufs contaminés au Fipronil en Europe trouve un épilogue judiciaire. Vendredi 4 juin, le tribunal d'Anvers a condamné à une peine d'emprisonnement de trois ans - dont deux avec sursis ainsi qu’une amende de 200 000 euros également avec sursis -, le patron de l'entreprise Agro Remijsen.

Jusqu'en 2017, date à laquelle le scandale a éclaté, cette entreprise commercialisait auprès d'entreprises de nettoyage qui officiaient chez d'éleveurs de volailles en Europe un produit « miracle » pour la désinfection des bâtiments d'élevage, notamment contre le pou rouge. Le problème, c'est que la solution d'Agro Remijsen contenait en réalité du fipronil importé de Roumanie.

S’il est autorisé à être utilisé comme antiparasitaire pour les animaux de compagnie (chiens et chats), le Fipronil est en revanche banni pour les animaux de rente entrant dans la chaîne alimentaire, en raison d’un risque de trouver des traces de molécules dans leurs produits ; en l’occurrence, dans les œufs.

La découverte de l’utilisation du Fipronil pour la désinfection de poulaillers principalement en Belgique et aux Pays-Bas – un cas de contamination a aussi été révélé en France, dans Calaisis (62) - avait secoué toute la filière avicole européenne avec pour conséquence des abattages préventifs d’oiseaux et le retrait de plusieurs millions d’œufs des circuits de distribution. « Rien qu’en Belgique, plus de 77 millions d’œufs ont dû être détruits » et « 1,6 million de poules pondeuses tuées », a déploré l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), lors de l’ouverture du procès, le 22 avril dernier.

Ce procès qui s’est tenu devant le tribunal correctionnel d’Anvers a vu comparaitre sept prévenus, représentant quatre sociétés, mais tous n’ont pas été condamnés. La juridiction belge a en effet considéré que seuls trois d’entre eux – tous associés au sein d’Agro Remijsen - étaient responsables de malversations.

Le seul éleveur français concerné par cette affaire, Pascal Butez, un agriculteur installé à Saint-Tricat (62), a déclaré dans le quotidien local Nord Littoral du samedi 5 juin être « satisfait » de la décision du tribunal correctionnel d’Anvers : « C’est une bonne chose que le dirigeant de la société Agro Remijsen ait été condamné. Cela permet d’établir qu’il y a bien eu une fraude ». Pascal Butez cherche désormais à savoir les poursuites qui pourraient être engagées par d’autres protagonistes de l’affaire, dont la société qui a utilisé une solution de désinfection contenant du Fipronil chez lui. Son activité n’a quant à elle toujours redémarrée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde