Aller au contenu principal

Liquidation de Van Hulle : les conséquences pour les producteurs créanciers

Le 28 juillet 2017, la société Van Hulle Agro Distribution était placée en liquidation judiciaire avec une poursuite d’activité de trois mois, qui a pris fin il y a deux semaines. Place au début des opérations de liquidation judiciaire.

250 agriculteurs du Centre-Val de Loire, de Normandie et des Hauts-de-France, sont en attente de recouvrement des créances.
250 agriculteurs du Centre-Val de Loire, de Normandie et des Hauts-de-France, sont en attente de recouvrement des créances.
© AAP

Van Hulle Agro Distribution, négociant en céréales et vendeur d’agrofournitures, basé à Mortemer (76), avait dans un premier temps été placé en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Dieppe. C’était il y a plus d’un an, le 19 juillet 2016. Depuis, cette procédure de redressement judiciaire a été convertie en liquidation judiciaire.
Le Tribunal avait accordé à la société une poursuite d’activité. 
Le temps pour elle, notamment, de trouver un repreneur. Une seule société a, au final, présenté une offre de reprise ; offre qu’elle a, au bout du compte, retirée. Faute de repreneur, le Tribunal a décidé de mettre fin à la poursuite d’activité le 20 octobre dernier.
Cet arrêt d’activité est synonyme d’annulation des commandes de produits qui étaient encore en cours, mais aussi et surtout de commencement des opérations de liquidation judiciaire. L’organe en charge de ces opérations est le liquidateur. Celui-ci va notamment devoir faire le point sur le passif et l’actif de la société.
Concernant le passif, il terminera la vérification des créances, lui permettant ainsi d’en connaître le montant exact et d’établir l’ordre des créanciers. Pour ce qui est de l’actif, il effectuera la vente des biens de la société et procédera également au recouvrement des sommes dues à la société, si nécessaire en justice. Les fonds détenus par le liquidateur seront ensuite affectés aux créanciers, selon un certain ordre fixé par la loi.

Des créances non réglées
Les producteurs ne sont pas les mieux placés dans cette hiérarchie de paiement des créanciers, et quand bien même, si la vérification des créances n’est pas encore terminée, la faiblesse des actifs face à l’importance du passif présumé de la société laisse supposer qu’ils ne seront pas réglés de leurs créances. 
Si ces créances s’avèrent au final bel et bien perdues, les producteurs pourront demander au liquidateur un certificat d’irrécouvrabilité des créances. Ce document, attestant du caractère irrécouvrable d’une créance, permet, en termes d’écriture comptable, de passer celle-ci en perte.
Cette procédure de liquidation judiciaire prendra très certainement fin pour insuffisance d’actif, c’est-à-dire lorsque le produit de la réalisation des actifs du débiteur et des actions et procédures engagées dans l’intérêt de l’entreprise ou des créanciers ne permettra plus de désintéresser, même partiellement, les créanciers. Le Tribunal de commerce de Dieppe rendra alors son dernier jugement dans cette procédure, celui de la clôture de la liquidation judiciaire.

Dates clés :
19 juillet 2016 :
Ouverture de la procédure de redressement judiciaire

28 juillet 2017 :
Conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité de trois mois

29 septembre 2017 :
Date limite de dépôt des offres de reprise

20 octobre 2017 :
Retrait de son offre par l’unique candidat à la reprise et fin de la poursuite d’activité


Chiffres clés :
27/12/2001 : Date d’immatriculation de la société au RCS
19 salariés
55 367 700 euros
: chiffre d’affaires 2016
Plus de 250 producteurs créanciers
Environ 47 M euros : passif de la société (en cours de vérification), dont plus de 4 M Ä dus aux producteurs créanciers

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde