Aller au contenu principal

Chasse
L'ouverture sur le DPM se fera sans courlis

Le ministère de la Transition écologique a pris il y a quelques jours deux arrêtés suspendant la chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2022.

Courlis cendré
La chasse du courlis cendré reste interdite sur l'ensemble du territoire métropolitain jusqu'au 30 juillet 2022 au moins.
© Isnea

Le siffler oui, le tirer non. Cette année encore, l’ouverture de la chasse aux oiseaux migrateurs sur le littoral picard – elle est programmée le 7 août - se fera sans la possibilité de chasser le courlis, espèce pourtant emblématique de ce territoire.

Deux arrêtés ministériels du 12 juillet 2021 publiés au journal officiel (JO) le 28 juillet dernier confirment ce que les chasseurs de gibier d’eau ont déjà subi l’an dernier : la chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire reste suspendue « sur l'ensemble du territoire métropolitain » jusqu’au 30 juillet 2022.

Réagissant à cette décision, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) parle d’un « répit » quand les chasseurs évoquent quant à eux une « déception » et de l’incompréhension.

Pour la LPO, la suspension de la chasse de ces deux espèces est en effet jugée « insuffisante », s’agissant « d’espèces menacées, inscrites sur la liste rouge de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN) ». S’appuyant sur les chiffres de Pan-European Common Bird Monitoring Scheme (PECBMS), l’association souligne que les populations de courlis cendré sont « en déclin », avec une baisse de 43% des effectifs depuis 1980 en Europe, et de 68% depuis 2001 en France. Elle rappelle ensuite les recommandations d’experts européens demandant l’arrêt de la chasse de cette espèce.

En ce qui concerne la barge à queue noire, les arguments avancés sont peu ou prou les mêmes. Entre engagement d’un certain nombre de pays situés sur la voie migratoire de l’espèce à ne plus autoriser sa chasse et constat du déclin de la sous-espèce continentale, la France a ainsi opté pour le renouvellement d’un moratoire sur la chasse de la barge à queue, interdisant du coup de la pratiquer.

Du côté des chasseurs, on considère que ce n’est pas l’interdiction - ou la suspension - la chasse de ces deux espèces qui permettra de redresser la barre, mais plutôt un travail sur les milieux naturels où nichent. Dans la consultation publique qui précédait la publication de l’arrêté ministériel instaurant un moratoire sur la chasse de l’espèce courlis , quelques représentants des chasseurs indiquaient ainsi que les « chasseurs sont les premiers acteurs à s’intéresser à cette espèce et à conserver les milieux dans lesquels elle vit ». Mais l’argument n’a visiblement pas suffi.

Enfin, si la LPO reconnait elle aussi le rôle de la dégradation des habitats dans la conservation des espèces limicoles, le fait d’accuser les chasseurs est un plaisir dont elle ne semble pas prête à se passer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde