Aller au contenu principal

Lucile Botte : «La passion de l’élevage, c’est inné chez moi»

Demain, le 19 décembre, Lucile Botte, jeune agricultrice de 26 ans, inaugure son exploitation en élevage laitier à Gézaincourt. Son parcours.

© AAP



Elle a le sourire franc, le rire facile et le verbe clair des gens qui savent ce qu’ils veulent dans la vie, et qui en tirent une joie permanente. Cette toute jeune femme, pas encore maman, a pourtant «mis au monde» une ribambelle de veaux, de chiots et de poulains. Hasard ou pas, son premier chien était une chienne. Les chiots sont arrivés peu après. Hasard ou pas, son premier cheval était une pouliche. Les poulains ont suivi. Aujourd’hui, dans son exploitation, trois jours ne passent sans qu’un veau ne naisse. Bien qu’installée avec son père, c’est elle qui s’occupe des inséminations, des échographies, du suivi des vaches jusqu’au vêlage. «La passion de l’élevage, c’est inné chez moi», dit-elle simplement.
Comme Obélix tombé dans la marmite, Lucile est tombée dans l’élevage toute petite. Elle a toujours vu son père s’occuper de ses vaches laitières dans la ferme familiale. Rien de plus naturel pour la petite fille que de suivre son père sur ses talons et d’apprendre les premiers gestes. C’est pourtant dans l’équitation qu’elle se spécialise au lycée agricole où elle suit sa scolarité, puis en BTS, puis, enfin, en passant un diplôme agréé par le ministère de la Jeunesse et des sports pour pouvoir donner des cours d’équitation adaptée.
L’équitation sera sa voie, décide-t-elle, puisque la ferme, avec sa trentaine de vaches et ses 250 000 l de lait, ne permet pas à la jeune femme de pouvoir en vivre. Par ailleurs, son père, n’imaginant pas que l’une de ses filles (elles sont trois, ndlr) puisse reprendre la ferme, décide de ne pas investir dans la mise aux normes des bâtiments. La voie de l’élevage se referme pour la jeune femme. Qu’importe, sa passion de l’équitation lui ouvre d’autres perspectives.

Du cheval à la vache
Elle commence par le tourisme équestre. Tous les étés, elle accompagne des groupes dans le parc du Marquenterre. «Se balader dans un cadre magnifique, avec des gens heureux et détendus, c’était vraiment sympa comme boulot», dit-elle. Monter un centre équestre lui trotte dans la tête, mais la fragilité économique des centres, le type de clientèle qui les fréquente, comme la rudesse de l’épreuve physique que représente le fait de travailler avec des jeunes chevaux la font hésiter. Elle change alors son fusil d’épaule et se spécialise dans l’équitation adaptée.
C’est en terre connue, soit à Gézaincourt, qu’elle exerce cette activité dans un Esat (établissement et service d’aide par le travail). Rien de plus passionnant pour cette jeune femme, assoiffée d’indépendance, d’emmener les personnes en situation de handicap vers une forme d’autonomie. «C’est tellement beau quand une personne en situation de handicap accepte de diriger son cheval toute seule. Cela m’est arrivé», se souvient-elle, encore émue.
Mais elle ne travaille pas suffisamment à son goût, son contrat initial ne prévoyant que 25 h par semaine. «J’ai réalisé que l’idée de m’installer en agriculture me trottait toujours dans la tête. Comme j’avais du temps, j’ai commencé à préparer mon installation.» Une idée qui ne la lâchera plus, même après avoir signé un CDI de fonctionnaire à l’Esat. «De toute façon, je les avais prévenus, le jour même de mon entretien, que je ne resterais pas. D’ailleurs, peu avant, j’avais visité une ferme.»
La clé de son installation, elle la trouvera au cours d’un mariage. C’est en discutant avec un autre agriculteur, originaire du Pas-de-Calais, qu’elle rencontre son bonheur. Lequel ? Une ferme de 60 ha avec cinquante vaches et un quota de 450 000 l de lait, à 19 km de Gézaincourt, à Nœux-les-Auxi. «Avec les deux fermes, on est passés à 200 vaches, on a agrandi la superficie et cela permet de vivre à deux sur l’exploitation», explique-t-elle.
Installée en Gaec avec son père, depuis décembre 2014, ses journées sont désormais rythmées par la traite des vaches au petit matin, leur alimentation, le paillage, puis, suivant l’organisation de la journée, différentes tâches à remplir. «Moi, je m’occupe de la traite, de la reproduction, de l’alimentation des vaches et de l’administration. Mon père, lui, gère la distribution de l’alimentation et toutes les cultures. Le paillage, on le fait tous les deux. Chacun a son atelier», détaille-t-elle.

Travailler pour soi
Outre sa passion pour l’élevage, Lucile apprécie surtout de travailler pour elle et d’être son «propre patron, même si les politiques prennent les décisions pour nous», s’agace-t-elle. Si les vaches l’occupent beaucoup, elle n’a pas délaissé pour autant ses chevaux, qu’elle monte toujours. «En été, il n’est pas rare qu’elle aille chercher ses vaches à cheval», confie son père.
N’allez pas croire pour autant que cette jeune femme est une rêveuse. Si les difficultés de la filière élevage laitier ne la touche pas pour le moment, elle s’interroge sur la durée de la crise, comme sur celle de l’embargo russe. «Je fais attention à ce que je fais, et je travaille beaucoup sur la qualité de mon lait. Mais c’est vrai que les lendemains peuvent être inquiétants», avoue-t-elle.
Une fois cela dit, son énergie débordante revient au galop. Elle a déjà en projet de réaliser un bâtiment dans son exploitation du Pas-de-Calais, d’agrandir son silo et d’améliorer ses conditions de travail. «Une fois que tout cela sera fait, il faudra penser à des bâtiments de stockage», ajoute-t-elle. Avant de conclure dans un large sourire : «C’est quand même pas mal de vivre de son métier !»

La ferme

- A Gézaincourt : 107 ha consacrés aux cultures de blé, d’escourgeon, de colza, d’orge de printemps, de betterave, de maïs, et de prairie ; 250 000 litres de lait ; une trentaine de vaches
- A Nœux-les-Auxi : 60 ha consacrés à la culture du maïs et à des prairies ; 450 000 litres de lait ; une cinquantaine de vaches

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde