Aller au contenu principal

Coopération
L’Union Sillage présentée à ses clients et partenaires

Cap Seine, Noriap, Capsom et la Coop de Luneray réunis dans une union de commercialisation.

Les présidents, directeurs et équipes de vente de l’union.
Les présidents, directeurs et équipes de vente de l’union.
© AAP

Lancée en juin dernier, l’union Sillage commercialise les céréales et oléo-protéagineux de quatre coopératives picardes et normandes : Cap Seine, Noriap, Capsom et Coopérative de Luneray. Le 13 septembre, plus d’une centaine de clients transformateurs, courtiers et partenaires étaient réunis à Paris pour la présentation de cette union.
«Le contexte économique et agricole ainsi que les fluctuations fortes des marchés nous obligent à aborder différemment la commercialisation. Le but de l’union n’est pas la taille mais l’efficacité. Efficacité pour nos clients, pour leur apporter produits et services à la qualité requise. Efficacité pour nos coopérateurs pour optimiser la valorisation de leurs productions», ont expliqué à l’unisson Jean-Jacques Prévost, président de Sillage et de Cap Seine et Jean-François Gaffet, président de Noriap.
L’organisation opérationnelle de l’union Sillage est bâtie sur la complémentarité des partenaires. Les profils des coopératives se complètent en effet en termes de débouchés et de productions. Cap Seine a un profil plus tourné vers l’export, tandis que Noriap est historiquement orienté vers les clients industriels. «L’union dispose d’une palette complète des débouchés. La profondeur et l’étendue de son territoire ainsi que la variété des terroirs assurent une sécurité d’approvisionnement et de qualité pour les clients», ont commenté Martin Migonney, directeur de Sillage et de Noriap, et Patrick Aps, directeur de Cap Seine.
«L’organisation de Sillage est basée sur la souplesse, ont-ils poursuivi. Chacun des membres met ses hommes et ses moyens à disposition de l’union. Les équipes travaillent en concertation tout en privilégiant les liens historiques de chacun avec ses interlocuteurs. Le but est de préserver et développer la proximité et la qualité de service au client».
Pour l’actuelle campagne, Sillage commercialisera plus de 2,8 Mt de grains, majoritairement du blé, collectées en Seine Maritime, Somme, Oise, Eure, Nord Ouest de l’Ile de France. «C’est une union ouverte, a réaffirmé Jean-Jacques Prévost. Elle est susceptible d’accueillir d’autres partenaires partageant la même vision».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La transhumance des moutons dans les prés salés de la baie de Somme est l’occasion d’échanger avec les éleveurs sur les conditions d’exercice de leur métier.
Une marée humaine s’annonce pour la fête de l’agneau
La nouvelle édition de la fête de l’agneau AOP des prés salés de la baie de Somme qui se tiendra ce samedi 16 septembre à Saint-…
Olivier Devillers cultive 4 ha de pommes de terre bio robustes. Un choix  agronomiquement cohérent.
Davantage de pommes de terre robustes dans la plaine
100 % de pommes de terre robustes chez les producteurs bio de la région en 2026. C’est l’objectif de la coopérative Norabio et de…
Déployée sur 3 hectares, la canopée d’une puissance de 2,9 MWc devrait permettre de réaliser une économie en eau de près de 30 % pour les cultures irriguées.
À Brouchy, une canopée agrivoltaïque totalement inédite
Ce 21 septembre, Benoît Bougler inaugurait une canopée agrivoltaïque de 3 ha sur son exploitation de grandes cultures à…
Betteraves : la richesse doit augmenter
Le second prélèvement de betteraves a été réalisé par la CGB Somme, lundi 28 août dans quatorze sites répartis sur l’ensemble du…
betteraves
Cristal Union prêt à accueillir de nouveaux producteurs
Le contexte est porteur et le groupe coopératif assure qu'il dispose des capacités industrielles nécessaires dans ses sites.
Semés plus tard, comparativement aux années précédentes en raison d’une forte pluviométrie printanière, les conditions météorologiques qui ont suivi ont toutefois été favorables à leur développement, «ce qui permettra pour bon nombre  d’éleveurs de se reconstituer un stock».
Bien calculer le prix du maïs sur pied de 2023
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde